Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Critique] Don't call it mystery

[Critique] Don't call it mystery

Fiche Technique

Titre original :  ミステリと言う勿れ
Scénario : Yumi Tamura
Dessin : Yumi Tamura
Type : Josei
Thème : Drame, mystère, enquête, psychologie
Date de sortie France : 30 mai 2021
Nombre de pages : 188
Éditeur France : Editions Noeve Grafx
Prépublication : Flowers
Origine : Japon
Nombre de tomes VO : 8 (série en cours)
Nombre de tomes VF : 1
Prix : 7,95€
Acheter : Amazon

 

Synopsis

Un jour d’hiver bien gris, un de ces jours où la seule chose à faire, c’est un bon curry, la police débarque chez Totonô alors que celui-ci en est à émincer les oignons. Un crime a eu lieu dans le quartier et les inspecteurs ne trouvent rien de mieux à faire que de l’embarquer et de lui mettre sous les yeux une longue liste de preuves indubitables que le coupable, c’est lui. Ils vont vite apprendre à connaître Totonô, “le déchiffreur de mystères”, cet anti-héros au regard si doux.

Mon voisin Totonô

Lorsque Sagae Ken est retrouvé mort poignardé près de chez Totonô Kuno, la police est persuadée que ce dernier est l’assassin. Affirmant n’avoir rien à se reprocher, le jeune homme accepte de suivre les inspecteurs au commissariat, après avoir éteint le feu sous son curry bien sûr!

Imperturbable et impassible, cet étudiant à la tignasse fournie dispose d’un esprit sagace. Très observateur et fin psychologue, il trouve toujours les mots qui font mouche pour déstabiliser ses “adversaires”. En effet, sa rhétorique imparable amène inévitablement ceux qui ont affaire à lui à se confier. Ils ressentent le besoin de tout dévoiler. C’est ainsi que souvent, les rôles sont inversés, le questionneur passe aux aveux. Totonô n’est motivé par aucune mauvaise intention, aucun jugement sur la personne en face de lui, son seul but est à chaque fois d’exposer la vérité au grand jour…

 

Don’t call it a mystery est un manga de Yumi Tamura, auteure connue pour les célèbres Basara et 7 seeds. La série compte 8 exemplaires sortis au Japon, pour plus de 7 millions de ventes. C’est un beau succès pour ce josei dont le héros est un étudiant tout à fait atypique. Nulle violence dans cette histoire mais des dialogues d’une efficacité remarquable. Notre ami motive les bons à agir et pousse les mauvais à la confession.

 

Le style graphique de la mangaka est doux, et met en valeur les personnages en mettant l’accent sur les expressions, tout en laissant des décors flous, voire inexistants. L'action se déroule toujours dans des lieux clos, provoquant ainsi une promiscuité entre les personnages qui rend la tension presque palpable. Cette tension retombe une fois que la personne n'a d'autre choix que d'avouer. L’intrigue est menée tambour battant, les joutes verbales se succèdent et le dénouement est toujours inattendu. Même quand on pense que la situation est éclaircie, il y a de nouveaux rebondissements. Je trouve l’histoire digne d’un roman classique. 

 

Mon avis

J’ai été vraiment conquis par ce manga, c’est un vrai plaisir de voir débarquer cette série en français.  Véritable Sherlock Holmes des temps modernes, rien n’échappe à Totonô, il voit tout, il entend tout et il décrypte tout. Ses tirades sont exceptionnelles, c’est un vrai régal. Si vous aimez les récits d’enquêtes, Don’t call it a mystery est fait pour vous!

 

 

Nous remercions les éditions Noeve Grafx pour l'envoi du service de presse

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

[Test] Returnal sur PS5 : fais-moi mal, Sony !PS5

[Test] Returnal sur PS5 : fais-moi mal, Sony !

Sorti le 30 avril et première véritable exclusivité PS5 après le remake de Demon’s Souls et le “pétard mouillé” Destruction AllStars, Returnal était attendu au tournant. Développé par les Finlandais de Housemarque acclamés par la critique et les joueurs après leurs hits successifs Super Stardust, Dead Nation ou Resogun, ce jeu mélange roguelite, fast-TPS et arcade, LA marque de fabrique du studio...
Lire la suite...

[Test] R-Type Final 2 sur Switch, shmup never die?Switch

[Test] R-Type Final 2 sur Switch, shmup never die?

18 ans après R-Type Final sur PlayStation 2, voici le retour de la célèbre licence shmup. Développé par Granzella Inc. (Disaster Report) et édité par NIS America, ce nouvel opus a décollé sur PlayStation 4, Xbox One et Series, Switch et PC depuis le 30 avril 2021.
Lire la suite...

[Critique] The elf and the hunter, Atelier MagritteManga

[Critique] The elf and the hunter, Atelier Magritte

Dans une petite cabane au fond des bois vit l’elfe artisan Magritte, ainsi que celui qui lui voue une adoration sans borne, le chasseur humain Yura. Bien qu’ils soient d’âges et d’espèces différents, ils demeurent ensemble et créent des objets fabuleux pour répondre à diverses requêtes. Et si vous jetiez un œil à leur paisible vie, tissée au quotidien dans cet atelier forestier ?
Lire la suite...

[Test] MotoGP 21 sur PS5, pleins gaz!PS5

[Test] MotoGP 21 sur PS5, pleins gaz!

Voici venir dans un énorme bruit d'échappement la version annuelle de MotoGP cru 2021! Le championnat du monde de course débarque pour la première fois sur la nouvelle génération de consoles (PS5 et Xbox Series) mais aussi sur l'ancienne (PS4, Xbox One et Switch) et sur PC le 22 avril 2021.
Lire la suite...