Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Déballage et test de la PSP Street

Image de couverture de Déballage et test de la PSP Street

Aujourd'hui nous allons mettre les pieds dans l'univers du gaming avec le test de la première console portable grand public de Sony : la Playstation Portable, dans sa version « street ».

Ce modèle en fin de vie se retrouve néanmoins toujours en magasin mais se fait de plus en plus rare. On peut l'acquérir neuve entre 70 et 99 € hors pack, et de 89 € à très cher selon le pack.

Déballage :

La boite est toute ce qu'il y a de plus sobre, petite et légère… il y a comme un doute, la console est elle bien dedans ?

Arrière de la boite PSP street

Un peu de suspense, plein de choses écrites. Diantre, passons à louverture, s'en est trop d'attendre !

Déballage de la PSP street

On ouvre, un compartiment… prévu surement à l'origine pour contenir quelque chose ? Mais quoi donc ? Quel élément aurait bien pu être sabré chez sony ?
Voici ce qui se trouve à l'intérieur :


De la paperasse que nous ne lirons jamais, un chargeur secteur, une console...

PSP street emballée avec son chargeur

C'est tout ?????? Oui : pas de kit écouteurs, bon à la rigueur ce n'est pas grave, par contre pas non plus de cable USB… ah ben mince pour une console qui doit être connectée à un PC pour y transferer quoi que ce soit ou l'activer… et qui ne dispose pas de wifi ni de store.. bon pas grave on va en trouver un plus tard pour moins d'un euro.

Description de la console :

PSP street déballée

d'Aspect plastiques « charbon » ou « cheap » selon que l'on lise la boite ou dans ses propres pensées, ce plastique n'inspire pas confiance au premier coup d'oeil.
Les agencements sont très moyens, on surprend même des jours entre certains éléments de la coque moulée et assemblée à la va-vite...

Jours dans l'assemblage de la PSP street


L'impression de fragilité atteint son paroxisme quand on ouvre le compartiment UMD, celui ci est scellé par 3 minuscule « picots » qui sont retenus par un systeme de glissière et de ressorts. Autant dire que quand on doit exercer une traction sur le capot pour l'ouvrir c'est toujours avec une certaine apréhenssion.

Lecteur UMD de la PSP street

La connectique est vaste : Prise casque stéréo (j'insiste), prise d'alimentation dédiée pour le bloc secteur, connecteur mini-USB (non pas micro-usb, mini).

Le haut de la console comporte un port memory card qui n'est pas protégé par un cache. Cette carte mémoire comme à l'accoutumée de SONY est propriétaire, il faut absoluement utiliser un memory stick… cela existe encore ? Bref.

Face avant PSP street
La prise jack casque est située sur le dessous, tout comme le connecteur d'alimentation, cela a ses avantages.
Les boutons reprennent le design et l'ergonomie d'une manette de PS2, une paire de gachettes est aussi présente ainsi qu'un seul stick analogique (tant qu'a diviser par 2 le nombre de gachettes…).
Nous reviendrons plus tard sur l'aspect « manette ».
Un seul haut parleur est présent, surement après une plainte des usagers du bus ou du métro… non je déconne encore une fois on sent les économies de bout de chandelle.

Caractéristiques :

Ecran : qualité correcte mais peut mieux faire

Qualité de l'écran "TN" PSP street
Nous disposons ici d'un confortable écran de 4,3 pouces d'une définition de 480x272 pixels, qui est très agréable et lumineux… tant que nous sommes bien en face. Ici il s'agit d'une dalle de type TN bas de gamme sur cet l'aspect angle de visions. Sinon il fait bien son travail, pas de fuites de lumières du rétro éclairage, pas d'effet de rémanence ni de tramage, la luminosité est uniforme.

PSP street qualité d'écran en extérieur
En extérieur cela fonctionne plutôt bien ! Mais attention aux reflets !

Connectique : absente

Pas de wifi, contrairement aux modèles précédents et à la PSP Go
Pas de Bluetooth non plus, contrairement à la PSP Go uniquement.
Pas de port série donc pas de sortie TV.
Un port mini USB permettant de communiquer avec un pc ou une PS3.

Puissance : la panacée !

Ici nous avons un processeur qui aujourd'hui fait rigoler, 333mhz, très peu de mémoire : 64 mo, un stockage interne inexistant, obligé de passer à la caisse pour acheter une carte memory stick, qui bien évidement est plus chère qu'une carte SD à capacité équivalente, un lecteur de disque UMD.

L'UMD :

Bizarerie made in sony, après avoir inventé le CD, le DVD, le MiniDisc.. voici un nouveau venu (depuis 2004) l'UMD, un disque spécialement designé pour la PSP, entouré d'une sorte de cartouche plastique, il peut contenir maximum entre 900 Mo et 1,8 Go, peut contenir : jeux, mise à jour système, films (le tout en lecture seule évidement). Le contenu de ce lecteur n'est bien évidement pas accessible à un pc une fois la console connectée et ne peut pas être copié sur la carte mémoire de manière légale.., ne rêvons pas !
J'ai pu trouver quelques jeux neufs pour 5 € chaque, c'est dire si jouer à cette console va être économique !

 

Arrière de la PSP street, lecteur UMD

Système embarqué :

L'OS est vraiment bien pensé et reprend les codes de la PS3 avec la « Crossbar »
Les applications intégrées de musique vidéo et… c'est tout, sont excellentes
L'application musique est une des plus abouties que j'ai pu voir sur console et surpasse allègrement celle de la PS VITA pourtant bien plus récente.
Le Playstation Store et le navigateur internet sont absents, pour cause de wifi absent.
Le transfert de fichiers est facile, la console est reconnue comme un lecteur de disque classique, on peut même imaginer la connecter à un autoradio en tant que clé USB.
Le système est très fluide et « simple et efficace »

Manette :

Contrairement au reste de la console, les boutons inspirent confiance, vraiment, le toucher est agréable et le tout répond bien, le seul bémol est le « stick » analogique qui par contre fait très très cheap, je ne sais pas si il est très solide… en tout cas il n'est pas des plus pratiques ni précis.

PSP street partie basse prise casque


Les boutons sous l'écran ne sont pas tactiles, en fait il faut enfoncer le doigt ou l'ongle pour que l'action se fasse.
Les gachettes sont OK, pas de jeu particulier, moins que sur PS VITA en tout cas.

Autonomie :

Avec la luminosité à 3 sur 3, et en utilisant des jeux sur carte mémoire on peut passer facilement les 4 heures, en utilisation mixte (écoute de musique, jeux sur carte) cette autonomie peut grimper à 6h facilement voire plus si vous vous en servez qu'en tant que lecteur mp3.
Par contre cela se corse si vous utilisez un UMD, là selon le jeu votre autonomie va tourner autour de 3h.

Jeux :

Les jeux que j'ai pu tester sont vraiment épatant pour une console portable qui a maintenant 10 ans ! Pour des caractéristiques modestes, les graphismes sont top.
Jeux testés : Gran Turismo, Little Big Planet, Wipeout Pulse, Angry birds, loco roco, GTA chinatown wars…
Les jeux sont faciles à trouver, la PSP dispose d'une grande ludothèque.
Les jeux ne sont pas chers, on en trouve à 10 € neufs, d'occasion encore moins cher et en très grand nombre, et on peut en télécharger via le PS Store via pc ou PS3.
Les jeux sur UMD sont bien entendu légèrement plus lents à charger, et le lecteur est assez bruyant en environnement calme...

Exemple de jeu PSP street neuf à 5 €

son :

Le seul et unique haut parleur a la lourde charge de vous immerger dans l'environnement de jeu, le son est relativement fort et de bonne qualité, mais bon mono quoi… un peu déçu.
Le son qui sort de la prise casque quant à lui est tout à fait correct.

Poids :

Le poids plume de cette PSP vous fait oublier que vous l'avez dans le sac, par contre tant qu'a y être autant lui trouver une pochette ou un revêtement silicone, car j'imagine qu'a la première chute elle sera en morceaux.

Conclusion :

Disposant de nombreuses consoles portables j'ai été convaincu par cette PSP. Ce n'est certe pas la qualité de ses plastiques ni sa solidité qui m 'ont émerveillé mais bel et bien la logitèque (en volume et en qualité) ainsi que le prix des jeux et de la console.
Les accessoires se trouvent encore très facilement, par exemple les packs que vous avez pu voir ci-dessus avec un jeu + protection écran + casque + connecteur USB/recharge → PC se vendent pour 5 € neuf !
Certes vous préfererez plutot une PSP d'ancienne génération et d'occasion, mais j'ai préféré tenter l'aventure du neuf pour ma part et pour l'instant je ne suis pas déçu. Le temps dira comment vieillissent les divers éléments de la console.

Facebook Twitter Google Plus email

3 Commentaires

Yatto
le 13 mai 2015 à 15h14
Merci pour ce test !
Pour en avoir une dans les mains, je ne trouve pas qu'elle fait cheap, et j'apprécie beaucoup le fait que la coque soit ENFIN matte... fini les traces de doigts \o/
Pour le reste, je suis globalement d'accord avec le test, mais franchement, le coup du haut-parleur mono, ça me reste en travers de la gorge, j'ai l'impression d'être sourd de l'oreille droite. Je cherche si y'a pas moyen de lui souder un 2e haut-parleur à droite, quitte à percer 4 trous dans la coque. Je crains qu'il ne soit mono comme celui de gauche, et qu'on ne puisse pas bidouiller pour retrouver la stéréo...

Sinon, bah, niveau jeux, aujourd'hui plus personne n'utilise d'UMD, vu le niveau de perfection atteint par les Custom Firmwares.
Kevin
le 18 août 2017 à 17h47
Bonjour Dimitri,
Je cherche à me procurer une PSP Street.
Est-elle toujours fonctionnelle depuis le 28 janvier 2015?
Les composants n'ont pas trop vieilli que ça soit interne ou externe?
Je peux me lancer?
Cordialement.
Kevin
Dimitri
le 20 decembre 2017 à 17h10
Salut !
Désolé je n'avais pas vu ton commentaire, je le déterre...
Elle fonctionne toujours superbement bien, elle est restée comme neuve (pourtant je l'utilise plusieurs fois par semaine).
RAS c'est de la qualité ! Elle est facile à trouver en occasion, il y en a des tonnes.
Il est possible d'installer facilement un custom firmware, même avec la dernière MAJ.

Ajouter un commentaire