Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] 13 Sentinels : Aegis Rim sur PS4, Vanillaware à son top?

Image de couverture de [Test] 13 Sentinels : Aegis Rim sur PS4, Vanillaware à son top?
Consultez directement le verdict

Prévu depuis 2013, annoncé au TGS 2015 et sorti il y a un an au Japon, 13 Sentinels : Aegis Rim débarque enfin chez nous. La dernière perle de Vanillaware (Muramasa, Dragon's Crown, Odin's Sphere…) s'est faite attendre, le plaisir sera-t-il à la hauteur de nos espérances ?

 

Fiche technique :

  • Genre : Aventure/VN/Tactique
  • Développeur : Vanillaware (Atlus)
  • Editeur : SEGA
  • Langues : Français
  • Plateformes : PS4
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 4,27 GB
  • Date de sortie : 22 septembre 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

13 histoires en 1

13 adolescents japonais, qui n'ont souvent rien d'autre en commun que le lycée Sakura qu'ils fréquentent, ont la capacité de piloter des Sentinelles, des mechas géants. Ils ont été choisis, par qui? Comment? Pourquoi? On n'en sait rien pour le moment, mais dans le but d'empêcher la destruction du monde par des kaijus. En effet ces monstres, géants eux aussi, arriveront bientôt pour raser leur ville…

13 Sentinels : Aegis Rim étant un jeu basé principalement sur la force et la richesse de son scénario, je n'en dévoilerai pas plus pour ne pas spoiler.

 

2 jeux en 1

13 Sentinels comprend 2 phases de jeux distinctes : une partie à la croisée entre aventure et visual novel et une partie combat tactique en temps réel.

Le menu principal nous permet de choisir à tout moment à quelle partie nous allons jouer. Toutefois, les 2 sont intimement liées et la progression dans l'une est souvent conditionnée à la progression dans l'autre. En effet, le scénario du jeu est comme qui dirait éparpillé façon puzzle. Chaque partie de l'histoire jouée, chaque bataille remportée est comme une pièce de ce puzzle. Le début pourra sembler flou, voire décousu, mais au fur et à mesure, les pièces s'emboîtent les unes avec les autres et nous révèlent une intrigue tentaculaire. En effet, nous allons suivre 13 personnages totalement différents, avec autant de timelines. Les retournements de situations sont nombreux et on n'est jamais tout à fait sûr (du moins sur une grosse première moitié du jeu) de qui est qui, qui ment, qui tire les ficelles, etc…

L'écran de séléction indique le pourcentage de complétion de chauqe partie

 

George Kamitani, le boss de Vanillaware, commençait à en avoir assez des univers fantasy auxquels le studio nous avait habitué. Il avait envie d'un scénario SF avec des histoires multiples imbriquées et de réaliser le projet le plus ambitieux pour Vanillaware jusqu'ici.

 

Les apparences sont parfois trompeuses

Abordons donc la partie aventure/VN. On commence par choisir un des protagonistes, parmi ceux disponibles au début. Les autres seront débloqués au fil de l'histoire.

On dirige notre personnage dans un monde en 2D avec un système de défilement horizontal. On interagis avec d'autres personnages (souvent parmi les 12 autres protagonistes de l'histoire) pour avancer dans le scénario et comprendre ce qui se trame en arrière plan. On a parfois le choix entre différentes propositions de dialogue ou de destinations auxquelles se rendre, ce qui nous fait emprunter différents chemins sur le schéma de l'histoire.

On peut reprendre l'histoire autant de fois qu'il n'y a de chemins différents à emprunter

 

On pourra ensuite emprunter les chemins restants pour compléter le schéma du personnage en relançant le jeu et en sélectionnant un choix différent. Plusieurs fois dans leur histoire, les personnages seront "bloqués". Pour les débloquer, il faudra remplir certaines conditions : dépasser un taux de complétion pour X personnages, avoir terminé X batailles, avoir débloqué X fichiers dans le Codex ou encore avoir dépassé une étape précise dans l'histoire d'un autre personnage. Le but étant de ne pas aller au bout de l'histoire de chacun un par un, mais d'avoir une évolution à peu près équilibrée de tous les protagonistes. Un parti pris dans la réalisation qui accentue l'effet puzzle évoqué plus haut.

Pour continuer l'histoire de Nenji; il faut terminé la 5e vague de la première zone

 

Pacific Rim

Passons à l'aspect tactique du soft. Avant chaque bataille, on sélectionne un maximum de 6 persos parmi les 13 pour aller combattre. Les autres, du moins ceux qui sont disponibles, seront affectés à la défense. Ils sont répartis en 4 classes différentes, correspondant aux différentes générations de sentinelles. Certains sont spécialisés dans le combat rapproché, d'autres à distance, d'autres encore peuvent utiliser des tourelles, etc… Certains encore volent tandis que d'autres doivent suivre les routes pour se déplacer.

Lorsque l'on termine des batailles ou même des parties du scénario du mode histoire, on obtient des "metacredits" qui servent à améliorer et personnaliser les sentinelles. On peut ainsi augmenter les caractéristiques (attaque, défense, vitesse…) et débloquer puis équiper de nouvelles armes depuis l'écran de sélection des sentinelles.

Chaque sentinelle peut être améliorée individuellement

 

Les batailles ont la particularité d'êtres jouées dans ce qui ressemble à un écran de radar : la ville est modélisée en blanc sur fond noir, les sentinelles en vert et les kaijus de différentes couleurs sont représentés de manière symboliques.

Le champs de bataille semble être vu au travers d'un radar ou d'un scanner

 

Chaque sentinelle possède une barre de temps qui, lorsqu'elle est pleine, permet d'effectuer une action. Ces actions peuvent être bien sûr offensives, défensives ou curatives et requièrent des PE pour être effectuées (enfin certaines non). Ces PE sont régénérés soit en abattant des kaijus, soit en se mettant en défense pendant un tour.

La bataille est remportée lorsque l'on atteint l'objectif à savoir détruire tous les kaijus à l'écran ou bien tous ceux d'un type précisé. C'est alors que nos personnages acquièrent de l'expérience, leur procurant tous les 5 niveaux une nouvelle capacité passive. Selon notre score, on obtiendra également un rang (SABCD), sachant que si l'on obtient le rang S, cela déverrouille un fichier dans le Codex, de même que si l'on a rempli tous les objectifs bonus.

Un beau feu d'artifices!

 

Il existe également un système de multiplicateur de points, selon le nombre de batailles consécutives remportées. Il faut savoir que piloter une sentinelle épuise nos chers lycéens, qui ne peuvent donc pas être dans l'équipe d'attaque plus de 2 fois de suite sans repos. Parmi les objectifs bonus, il faut parfois utiliser l'un d'eux en particulier mais si il a déjà combattu les 2 précédentes batailles, il se trouve en "cérébralysie" et ne sera donc même pas affecté à la défense. On peut choisir de récupérer en pressant la touche carré sur l'écran de sélection des personnages, mais cela a alors pour effet de remettre à zéro le compteur de victoires et donc le multiplicateur de points.

Le mode combat tactique est donc associé au mode histoire puisque pour avancer dans le scénario, il faut avancer dans les batailles et inversement. D'ailleurs, les dialogues durant ces batailles font intégralement partie de l'histoire et nous en apprennent plus sur les kaijus et le déroulement des évènements.

 

Une direction artistique proche de la perfection

13 Sentinels jouit d'une réalisation graphique à couper le souffle. Les décors dessinés à la main sont magnifiques et chaque lieu possède sa propre ambiance. Les éclairages y sont pour beaucoup et donnent de la profondeur à l'image, c'est à chaque nouveau lieu visité une découverte, une toile que l'on contemple avec admiration. Tantôt à contre-jour avec un soleil orange et très lumineux, tantôt éclairé de néons, mais toujours dans un paysage urbain du Japon, de 1945 au XXIIe siècle.

Je ne pourrai jamais mettre assez de screens pour vous montrer à quel point le jeu est beau

 

On doit le charadesign du soft à Yukiko Hirai, dont on reconnaît aisément le coup de crayon puisque c'est à elle que l'on doit déjà le design des personnages d'Odin Sphere et de Dragon's Crown. Chacun de nos lycéens à son propre style, mais tous ont méchamment la classe!

Tellement de classe dans ces personnages!

 

Le scénario à la thriller SF nous amène à réfléchir, à chercher à comprendre… et arrive à chaque fois à nous surprendre. On a du mal à savoir qui est qui, qui fait quoi tant que l'on a pas eu toutes les infos. L'histoire est captivante et pleine de références à la pop culture tant japonaise avec les films de Kaijus des années 50 à nos jours que d'autres à des films SF occidentaux tels que E.T., La Guerre des Mondes ou encore Terminator.

Cette fois, Skynet n'y est pour rien! Enfin, je crois...

 

La bande son s'accorde parfaitement au scénario, et sait se faire oublier pour laisser place aux dialogues, entièrement doublés en japonais. Le patch day one permet de bénéficier du doublage en anglais, mais entre nous, était-ce nécessaire ? ^^

Tous les dialogues sont d'ailleurs sous titrés en français, avec une traduction de bonne qualité. Point ô combien important, sachant l'importance et la quantité des textes à lire. Mais même traduit, les textes gardent ce côté japonais que l'on aime tant avec les suffixes honorifiques (kun, chan, san…). Aujourd'hui les jeux japonais, parlant du Japon, et avec l'esprit du Japon ont leurs fans et n'ont plus besoin d'êtres dilués pour plaire, on le voit avec des titres comme Yakuza, Sakura Wars, Judgment… Merci Sega de localiser ces jeux chez nous en conservant cette essence qui fait tout leur charme!

 

13 Conclusions 

(Y en aura qu'une, t'inquiètes pas c'est juste un titre). Que dire de plus sur 13 Sentinels ? Est-ce que le jeu m'a plu? Je suis totalement conquis. Ce mélange des genres entre aventure/VN et combat tactique est un cocktail savoureux que seul George Kamitani pouvait nous servir. Très addictif, on ne s'ennuie pas un instant. Il faut compter pas loin de  trente heures pour voir le générique de fin. 13 Sentinels fera indubitablement partie de mes jeux de l'année, il est tout simplement exceptionnel, je ne peux que vous encourager à vous le procurer et à en apprécier la réalisation léchée ainsi que le scénario de grande qualité.

 

 

Verdict :

Les +

  • Scénario SF complexe sur le thème des voyages dans le temps
  • Graphismes exceptionnels
  • Combats tactiques originaux et prenants
  • Localisation en français

Les -

  • Je ne sais pas si je suis entièrement objectif, mais je ne trouve pas de réels défauts à ce jeux

On aurait aimé :

Rien d'autre personnellement

Dans le même genre :

Stein's Gate pour le côte VN et l'intrigue à base de voyages dans le temps

Graphismes :
Tout simplement magnifiques pouur la partie Histoire, très originaux pour la partie Batailles
10/10
Musique et sons :
OST nickel et ainsi que les doublages en japonais
9/10
Gameplay :
Prise en main très simple et les tutos du début sont très clairs
8/10
Scénario et histoire :
Clairement l'autre point fort du jeu avec les graphismes
10/10
Durée de vie :
Un trentaine d'heures environ, on ne s'ennuie à aucun moment
8/10
Rapport qualité / prix :
Excellent, le jeu vaut chaque euro et même plus
10/10
Coup de coeur :
complètement!
10/10
Total : 9.3/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] RPG Maker MV sur Switch, la création à portée de tous?Switch

[Test] RPG Maker MV sur Switch, la création à portée de tous?

On ne présente plus la licence RPG Maker de ASCII puis Enterbrain, active depuis 1992. C'est cependant la première itération disponible sur Switch et PS4 qui sort ce 11 septembre. Cette mouture était déjà disponible depuis 2015 sur PC. Vous avez toujours rêvé de sortir votre propre RPG? Un scénario incroyable qui vous trotte dans la tête mais vous ne savez pas coder? Direction RPG Maker MV, c'est par ici…
Lire la suite...