Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Gun Crazy - Xbox One - Le run and gun retrouve sa dynamique

Image de couverture de [Test] Gun Crazy - Xbox One - Le run and gun retrouve sa dynamique
Consultez directement le verdict

Gun Crazy est un jeu arcade façon run & gun qui compte bien remettre au goût du jour le genre avec des belles couleurs criardes, une jolie héroïne toute de pixels vêtue et surtout une bonne dose de musique électronique saturée !

 

Fiche technique :

  • Genre : Run & gun, shoot’em up, beat’em up (rien que ça)
  • Développeur : Grab the games
  • Editeur : Ratalaika
  • Plateformes : Xbox, PS4, Switch et bientôt PS Vita
  • Testé sur : Xbox One S
  • Prix : 4,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 169 Mo
  • Date de sortie : 29 avril 2020 sur PS4, 30 avril sur Xbox, 1er mai sur Switch
  • Disponibilité : Dématérialisé

 

L’histoire c’est pour les vieux

Vous voulez une histoire ? Y’en a pas ! Gun Crazy se présente à vous dans son plus simple appareil façon jeu arcade avec une débauche d’action et de couleurs se passant de tout prétexte pour envoyer des projectiles aux 4 coins de l’écran. Des prétexte, en effet, il y en a trop eu : une ville en proie aux aliens, un château en proie aux dragons, un clan en proie à d'autres clans… peu importe à chaque fois c'était à vous et vous seul qu'il incombait de rétablir la situation.

Ici c'est bel et bien le cas et ce qui compte c’est de tout secouer, démolir, éradiquer, sans vergogne ni enrobage ! Mince je commence déjà à m’emporter, veuillez me pardonner.

Avant tout cela donc, c’est d’abord en toute simplicité -et non excentricité- que Gun Crazy se dévoile avec un menu des plus simples et basique : Démarrer et Options.

Ces dernières permettent de modifier les paramètres de volume, activer ou non le “secouage d’écran” et… et puis c’est tout ! Au moins on nous épargne les filtres retro/aliasing/CRT inutiles que je m'empresse généralement de désactiver.

démarrage

En démarrant une nouvelle partie 3 choix s’offrent à nous :

  • Le mode Arcade
  • Le mode 1 CC (à débloquer) pour les chaud bouillants qui n’ont peur de rien !
  • Enfin “controls”, vous téléporte dans un espace d'entraînement "à la Street Fighter V" et vous explique où appuyer pour faire telle ou telle action. On aimerait voir ça plus souvent tiens !

 

entraînement

Bon, je dois vous avouer que même si j’adore le genre run&gun, je ne suis pas le plus doué qui soit, c’est donc avec un profil type “classique” du gars qui connait mais qui n’excelle pas que j’ai abordé naturellement le jeu.

 

Début de partie

Vous êtes donc Ginette (oui car pour l’instant on ne connaît pas son nom), une jolie policère du futur, pixélisée,  avec des poings énormes comme ceux de Mega Man et un super pantalon façon sarouel ou soufflet de bouffon du roi. Elle sort d’une voiture futuriste avec une attitude de guerrière prête à en découdre.

La ville futuriste -à la Mega man, encore une fois- apparaît dans le fond. Au second plan de la végétation et au premier des structures métalliques et constructions humaines qui feront office de plateformes. Car oui Gun Crazy est en premier lieu un jeu de plateforme (qui m’a parfois fait furieusement penser à Robocop 2 sur NES).

presentation

Le gameplay est extrêmement direct :

  • Le joystick gauche (ou la croix directionnelle) pour les déplacements et la visée
  • A pour sauter
  • X, LT, RT pour tirer
  • B pour dasher

 

Notre amie supporte le double saut en appuyant sur A puis à nouveau A lorsqu’on veut s’élever un peu plus dans les airs (pratique pour parer une longue attaque au sol par exemple… et rien n’empêche d’enchainer avec un dash juste après).

Notre héroïne virevolte dans les airs et cours rapidement, elle est très maniable et agile c’est un bon point car les ennemis ne vont pas tarder à surgir !

Et pour cela elle aura de quoi les accueillir avec un tir plasma façon mitraillette (ou plasma gun de doom) mais également la possibilité de trouver des power ups temporaires qui viendront modifier le tir, sa puissance, sa portée pour une certaine période de temps.

tirs annexes

Ce n’est pas tout, dès qu’un corps à corps s’enclenche (très forte proximité d’ennemi), Ginette fout des torgnoles à ses ennemis et les met KO du premier coup (ou pas).

 

Toi, t’as loupé tes études d’architecte !

Le level design des niveaux est relativement simple et très plat. même si on peut escalader des structures, il n’y a que peu de progression verticale vers les hauteurs ou les profondeurs, pas d’embranchements ou d’allers retours (d’ailleur impossible de revenir en arrière). C’est très linéaire comme la plupart des run&gun du genre.

Sur le plan visuel, les lieux sont très joliment produits façon pixel art, qui se rapprochera, là encore, davantage d’un Mega Man que d’un Metal Slug. Les thèmes graphiques sont peu variés avec 4 univers qui sont intimement liés aux 4 "chapitres" du jeu.

ennemis

Les ennemis se présentent sous de nombreuses formes : terrestre, volant, mortier, animal, robotique, militaires, petits, géants, etc. Dans tous les cas ils n’ont pas une IA ou une mécanique extrêmement poussée puisque leur seul but sera d’aller à l’affrontement ou la collision, tout en vous envoyant si possible des projectiles au passage. leur apparence, grandeur, projectiles et surtout résistance seront assez variées.

Certains niveaux comportent plusieurs phases ou étapes avec un boss à la fin de chacune d’elle puis un boss final censé être plus coriace (dans les faits ils sont tous aussi relou à dégommer). On se retrouve rapidement confiné dans peu d’espace avec un géant qui prend régulièrement une bonne moitié de l’écran et canarde sec ! Il faudra non seulement bien viser mais surtout tenter d’éviter ses attaques autant que possible en s’aidant de plateformes (quand il y en a).

boss

 

Pixels à la loupe

Globalement j’ai beaucoup apprécié la patte graphique de Gun Crazy, c’est beau, coloré, assez détaillé pour un représentant du genre (enfin on n’est pas au niveau d’un Metal Slug bien entendu ;)) et surtout ça rappelle des souvenirs !

Quoi qu’il arrive les animations sont bonnes, et surtout c’est très fluides, le contraire m’aurait beaucoup étonné sur Xbox...

Sur certaines actions comme les coups de poings au corps à corps, il y a des moments de micro-pause (voulu par le gameplay, un peu comme dans les jeux de combat arcade) donnant l’impression de saccades si on les enchaîne rapidement.

boss

Il est bien évidemment possible (et difficile) de prendre des captures d’écran et vidéos de gameplay... mais à l’inverse de 99% des autres jeux, Gun Crazy ne se met pas automatiquement en pause et on se fait démolir alors qu'on est dans le menu Xbox. Veuillez donc excuser le manque de capture "en plein feu de l'action".

Je n’ai pas constaté de bugs particuliers… que ce soit de collisions ou autres... et en même temps vu le fourmillement de projectiles, “lingots” collectables et autres éclaboussures d’ennemis sur l’écran, je ne vois pas comment il serait possible d’en voir !

Au rayon des petites attentions des développeurs : le second niveau est un peu particulier, vous évoluez enfermé dans une sorte d'ascenseur attaqué par des balles / ballons géants qu’il faudra dégommer. Plus vous les dégommez, plus les balles se divisent et deviennent nombreuses…Un fonctionnement qui rend hommage à Asteroid (que j'ai poncé sur ma vieille Atari 7800).

balles

 

Le troisième niveau fera la part belle à un grand classique des jeux du genre, mais aussi certains twin stick shooter comme Riddled Corpses, avec une course poursuite où vous vous retrouvez déambulante sur votre voiture filant à vive allure et traversant d’immenses tunnels remplis d’ennemis. Je ne vous en dis pas plus pour la suite !

poursuite

Enfin bonne chose, les loading sont extrêmement rapides... sauf lors du game over où un écran noir de 10 secondes et quelques craquements sonores vous font penser que le jeu est en train de rendre l’âme ou rebooter…. c’est peut être ce qu’il fait : simulation de hard reset de borne d’arcade ^^’.

 

Bande sonore :

Un des très gros points forts de Gun Crazy, c’est clairement sa bande son qui, du début à la fin, dégomme tout. C’est péchu, électronique, dynamique ! J’ai carrément accroché et je regrette simplement que le nombre de pistes soit ultra réduit ! (Encore, encore !)

Bonne nouvelle, la musique change lors des phases de boss et c’est vraiment stressant et kiffant à la fois, façon sprint hardcore dans les Shoot'em up !

Les effets sonores sont bons et tout à fait dans le thème. On notera aussi la présence de quelques expressions de la part de Ginette lorsqu’elle vainc l’ennemi ou se fait dégommer : petits rires sarcastiques en fin de niveau et cri d’adieu lors de sa mort.

 

Elle est dure la vie...

La durée de vie sera directement proportionnelle à vos facultés de concentration, votre dextérité et votre patience car Gun Crazy est clairement hardcore et “sans relâche” lors de certaines phases de jeu et sur certains boss.

Les 3 crédits contiennent chacun 3 vies de 5 “touchettes”/coeurs possibles : Recevoir un coup ou toucher un ennemis vous fait perdre un “coeur”. Faites le calcul, on a droit à 45 touchettes max en 4 niveaux relativement longs, boss compris, ça peut dégringoler très vite si vous n'essayez pas d’éviter le moindre contact ou projectile à coup de jump, double jump, dash, ou encore tout ça combiné !

boss

Je vous rassure, c’est en forgeant qu’on devient forgeron et j’ai pu m’en sortir malgré mon niveau relativement moyen à force de recommencer sans cesse (depuis le premier niveau, arcade oblige, snif).

Ah, euh, oui…. le platine euh 1000G tombe dès la fin du niveau 2. On peut donc dire qu’au bout d’une heure max vous obtiendrez votre précieux sésame, peut être même bien plus rapidement. Je trouve ça dommage car une fois acquis, la motivation s'effondre complètement.

Comptez bien le double de temps pour réellement finir le jeu… enfin essayer, à force de die & retry, et bien entendu si vous vous attaquez au 1CC alors là… bon courage !

 

Conclusion Crazy

Gun Crazy est un très joli run&gun qui n'émerveille pas que nos rétines avec une bande son accrocheuse et dynamique, tout comme son gameplay “énervé” et très fluide.

J’ai beaucoup apprécié parcourir les niveaux du jeu et faire la rencontre de boss aux looks très “graphiques”. Même si l’ensemble n’est pas aussi travaillé que certains concurrents arcade de la belle époque, c’est là une très belle proposition qui nous est faite histoire de nous divertir à peu de frais.

C’est un vrai plaisir de tenter de survivre face aux flots ininterrompus d’ennemis aussi dangereux les uns que les autres avec un entrain jamais vu jusque là. Si vous êtes fan du genre et que les aventures courtes mais hard vous plaisent, pour le prix je pense qu’il n’y a pas trop de risque à se laisser tenter.

continue

 

Verdict :

Les +

  • C’est beau
  • Bien animé et fluide
  • La bande son !!!
  • Un gameplay fast & furious
  • Du bon try hard / die & retry à l’ancienne !
  • Une bonne variété d’ennemis et boss

Les -

  • Un seul personnage
  • 4 niveaux seulement
  • Certains ennemis vraiment redondants (le plus relous comme par hasard !)
  • ça manque un peu d’une histoire quand même
  • Durée de vie courte
  • 1000 G à la moitié du jeu :/

On aurait aimé :

Leaderboard en ligne ?, Un 1000G / Platine méritoire

Dans le même genre :

Mega man, Riddled Corpses, Metal Slug, Brotherhood United, Biolab Wars

Graphismes :
7/10
Musique et sons :
7/10
Gameplay :
8/10
Scénario et histoire :
-/10
Durée de vie :
4/10
Rapport qualité / prix :
7/10
Coup de coeur :
8/10
Total : 6.8/10

 

Nous remercions Ratalaika Games qui nous a fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, n'hésitez pas à vous fournir en cartes prépayées chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Zombie Army Trilogy sur Switch, visez la tête !Switch

[Test] Zombie Army Trilogy sur Switch, visez la tête !

Sortie sur PC, PS4 et Xbox One en 2015, la trilogie Zombie Army est enfin portée sur Nintendo Switch. Après les portages réussis de Sniper Elite V2 et Sniper Elite 3, c'est donc au tour du spin off de la licence TPS aux fameuses killcams de faire exploser des crânes sur la console de Nintendo.
Lire la suite...