Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Sakura Wars sur PS4, Seijiro et ses drôles de dames (en mecha)

Image de couverture de [Test] Sakura Wars sur PS4, Seijiro et ses drôles de dames (en mecha)
Consultez directement le verdict

Avec Sakura Wars, Sega offre un reboot à la franchise, qui n'avait plus connu de nouvel opus depuis 2005 avec Sakura Wars : So long, my love sur PlayStation 2. Véritable carton au Japon, le soft connaîtra-t-il le même succès en Europe ?

 

Fiche technique :

  • Genre : RPG, Action, Visual Novel
  • Développeur : Sega
  • Editeur : Sega
  • Plateformes : PS4
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.1
  • Taille : 48.16 GB
  • Date de sortie : 28 avril 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Une histoire émouvante pendant l'ère Taisho

En l'an 19 de l'ère Taisho (vers 1930), la bataille de Tokyo opposa la Brigade des Fleurs de Tokyo à un archidémon. Depuis ce jour, personne n'a revu les membres de la brigade...

Dans Sakura Wars, 10 ans après ces événements, on incarne Seijiro Kamiyama, jeune militaire aux états de service élogieux, qui se rend à Tokyo pour être promu capitaine de la Brigade des Fleurs.

Cette brigade est particulière, elle ne comprend que des jeunes femmes, et à 2 fonctions : protéger la ville des démons en pilotant des mechas et redonner sourire et espoir à ses habitants en leur proposant des spectacles. En effet, le quartier général de la brigade est un théâtre. La directrice de l'établissement est d'ailleurs Sumire Kanzaki, qui était une des membres de la brigade dans les précédents opus de la licence.

La Brigade des Fleurs protège Tokyo

 

À l'heure où Seijiro prend ses fonctions, la situation est grave. La brigade n'est plus que l'ombre d'elle-même. Les armures de combats sont vieillissantes, et le théâtre ne fait plus recette. Les caisses sont donc vides et si la situation ne change pas très vite, le théâtre va fermer et la Brigade des Fleurs sera dissoute. Ce scénario ne changerait rien à la vie des Tokyoïtes, actuellement protégés par la Brigade de Shanghaï.

C'est dans ce contexte difficile que le nouveau capitaine prend ses fonctions et retrouve une amie d'enfance : Sakura Amamiya…

 

Le coq de la basse cour

Le jeu s'articule sur 2 phases distinctes : la partie exploration/dialogues et la partie combat.

Excepté le fait qu'on dirige notre personnage à la 3e personne, la partie exploration ressemble beaucoup à un visual novel. En effet, on passera notre temps à courir à droite et à gauche pour essayer de satisfaire ces demoiselles. Le scénario comporte son lot de situations cocasses, de quiproquos et de cet humour coquin très manga/japanime. Tout au long de l'histoire il faudra faire attention aux réponses que l'on donne quand on en a le choix. Certaines auront tendances à passablement énerver ces demoiselles tandis que d'autres augmenteront leur confiance en nous. Ce détail aura son importance puisqu'il aura des répercussions sur la cohésion de l'équipe en combat, ainsi que pour débloquer les différentes fins des filles.

Il faut choisir ses mots...

 

Enfin il y a aussi une partie "simulateur de drague". Seijiro est un séduisant jeune homme et il semblerait qu'elles en aient toutes après lui! On se retrouvera à certaines occasions en tête à tête avec l'une des filles. Ces moments se joueront à la première personne. Ici encore, d les choix de réponses mais aussi d'actions auront leur importance.

Seijiro le bourreau des coeurs

 

La partie combat se fait donc à bord de mechas. On dirige généralement une équipe de 2 ou 3 combattants, entre lesquels on peut switcher via la touche L1. On combat donc des vagues de démons à la manière d'un beat em all. Les commandes sont classiques : attaque faible, attaque forte et attaque spéciale une fois la jauge remplie. Ces dernières donnent d'ailleurs lieu à des petites cinématiques bien classes. Il est également possible, si la confiance avec une des combattantes est suffisamment élevée, de lancer une attaque coordonnée.

Les effets de lumière pendant les combats sont superbes

 

Même si cette partie est plutôt sympa en soi, on notera quand même que les ennemis ne sont pas très variés, on combat beaucoup les mêmes, idem concernant les boss. En fin de combat, divers critères sont notés pour avoir ensuite un rang global (S,A,B,C, ou D) mais c'est tout. Derrière il n'y a pas de prise d'expérience, ni de possibilité de faire évoluer nos personnages ou leurs armures de combat.

 

Fans de japanime, vous êtes servis!

On ne peut nier qu'il y a dans la direction artistique du jeu une bonne dose de fan service. Cependant, il est de grande qualité et fait mouche à chaque fois.

L'histoire se déroule donc en l'an 29 de l'ère Taisho, dans un passé alternatif correspondant à peu près aux années 1940. On est alors dans un Japon encore plutôt traditionnel où les gens portent toujours le kimono. A côté de ça, il y a un petit côté steampunk, les machines fonctionnant toutes à la vapeur, avec la présence de tuyau de cuivre en évidence un peu partout. Et enfin il y a, avec les mechas et ce qui les entoure, un côté ultra moderne, et même futuriste. Tout cela crée un parfait décalage et un style unique vraiment intéressant.

Un ordinateur steampunk

 

Les couleurs des décors sont vives et les reflets sur les sols marbrés sont magnifiquement réussis.

Les personnages sont attachants et les filles ont chacune une personnalité bien tranchée : Sakura la rêveuse déterminée, Claris l'intellectuelle, Hatsuo la bagarreuse, Anastasia la star et Azumi l'apprentie ninja.

La narration est jalonnée de scènes animées de grande qualité, c'est un régal à chaque fois. D'ailleurs, en parallèle du jeu, Sega a lancé une série animée baptisée Sakura Wars The Animation. Les évènements de celle-ci sont différents de ceux du jeu et on peut la regarder en France sur Wakanim.

Seijiro découvre son armure de combat

 

Le scénario est divisé en 8 chapitres, et à la fin de chacun, on trouvera un trailer "dans le prochain épisode...". Cela renforce l'impression donner par les graphismes de jouer directement dans une série animée.

 

Bande son

L'OST du soft est composée par Kohei Tanaka, qui travaille notamment sur One Piece. Outre un opening absolument génial, chacune des filles a aussi un thème qui colle à sa personnalité. 

Les doublages sont de qualité et en Japonais, et cerise sur le gâteau, les textes sont intégralement traduits en Français ! Même en étant à l'aise avec l'Anglais, dans ce genre de soft où il y a beaucoup à lire, c'est un confort très appréciable !

Kage bunshin no jutsu!

 

Conclusion Wars

Je n'avais pas joué au précédent opus de Sakura Wars mais dès que j'ai vu le premier trailer de celui-ci, j'ai eu envie d'y jouer. Je m'attendais à un jeu centré sur les combats de mechas or c'est l'inverse. La partie la plus développée est bien la partie dialogues mais celle-ci est tellement drôle et prenante que je ne le regrette pas du toute. D'ailleurs, à titre personnel, je préfère les combats tactiques comme ce qui se faisait dans les précédents opus, mais ça, c'est une question de goûts.

Malgré donc une partie combat relativement peu approfondie, le jeu n'en est pas moins captivant. En effet, en tant qu'amateur d'animation nippone, j'ai énormément apprécié l'histoire et la mise en scène de celui-ci. L'ambiance est vraiment drôle et je dirais même qu'elle met de bonne humeur.

J'ai donc énormément apprécié l'expérience proposée et je ne peux que fortement vous le recommander si, comme moi, vous êtes férus de culture manga/anime.

 

Verdict :

Les +

  • Graphismes superbes
  • OST géniale
  • Scénario drôle et captivant

Les -

  • Partie combat peu développée

On aurait aimé :

Un côté RPG plus poussé, avec une évolution des persos et des mechas

Dans le même genre :

Graphismes :
Direction artistique superbe, graphismes beaux et colorés
8/10
Musique et sons :
OST vraiment top!
9/10
Gameplay :
Système de dialogues bien pensé, partie combat perfectible
7/10
Scénario et histoire :
On ne s'ennuie pas un instant, les personnages sont excellents!
8/10
Durée de vie :
Une trentaine d'heures pour vraiment tout faire et d'ailleurs, on ne les voit pas passer!
7/10
Rapport qualité / prix :
Voilà un jeu que les fans de japanime ne voudront pas manquer et ne regretteront pas d'avoir acheté!
7/10
Coup de coeur :
Oui!
9/10
Total : 7.9/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Zombie Army Trilogy sur Switch, visez la tête !Switch

[Test] Zombie Army Trilogy sur Switch, visez la tête !

Sortie sur PC, PS4 et Xbox One en 2015, la trilogie Zombie Army est enfin portée sur Nintendo Switch. Après les portages réussis de Sniper Elite V2 et Sniper Elite 3, c'est donc au tour du spin off de la licence TPS aux fameuses killcams de faire exploser des crânes sur la console de Nintendo.
Lire la suite...

Image de couverture de [Test] Final Fantasy VII Remake sur PS4, à la hauteur de ses ambitions?PS4

[Test] Final Fantasy VII Remake sur PS4, à la hauteur de ses ambitions?

Certainement un des remakes, si ce n'est LE remake le plus attendu de l'histoire du jeu vidéo, 5 ans après son annonce officielle et 23 ans après la sortie du jeu original, Final Fantasy VII Remake débarque enfin dans nos consoles. Après l'accueil mitigé de Final Fantasy XV, ce remake était attendu au tournant. Saura-t-il satisfaire les fans de la première heure? Et ceux qui découvriront Cloud et son équipe?
Lire la suite...