Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Final Fantasy VII Remake sur PS4, à la hauteur de ses ambitions?

Image de couverture de [Test] Final Fantasy VII Remake sur PS4, à la hauteur de ses ambitions?
Consultez directement le verdict

Certainement un des remakes, si ce n'est LE remake le plus attendu de l'histoire du jeu vidéo, 5 ans après son annonce officielle et 23 ans après la sortie du jeu original, Final Fantasy VII Remake débarque enfin dans nos consoles. Après l'accueil mitigé de Final Fantasy XV, ce remake était attendu au tournant. Saura-t-il satisfaire les fans de la première heure? Et ceux qui découvriront Cloud et son équipe?

 

Fiche technique :

  • Genre : RPG
  • Développeur : Square Enix
  • Editeur : Square Enix
  • Plateformes : PS4
  • Prix : 69,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 90,62 GB
  • Date de sortie : 10 Avril 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Final Fan

Pour ma part, et histoire de vous donner le contexte dans lequel j'ai testé ce jeu, j'ai possédé le Final Fantasy VII original day one. C'est ce jeu qui m'a fait aimer les JRPG et qui est devenu ma référence en la matière. C'est également depuis ce jour et jusqu'à maintenant mon jeu préféré toutes consoles confondues.

Square a poussé la nostalgie jusqu'au menu principal...

 

C'est un jeu incroyablement riche à tous les niveaux, je ne compte pas le nombre d'heures passées dessus sans jamais m'ennuyer. Tout y est absolument génial que ce soit le système de combat avec les jauges ATB, le système des matérias, des Limit Break, etc… mais avant tout son scénario exceptionnel. Enfin si je commence à me lancer là dessus, il faudrait que je lui dédie un article entier tant il y aurait à dire.

 

La Shinra détruit la planète

23 ans plus tard, l'histoire démarre de la même manière. Cloud Strife, ex-SOLDAT au service de la Shinra, accompagne Barret Wallace, leader d'une faction du groupe écologiste Avalanche. Leur objectif est de détruire l'un des 8 réacteurs Mako de Midgar, car la Mako est l'essence de vie de la planète et la société Shinra la pompe inexorablement pour la transformer en énergie.

Il y a eu un peu de dégâts...

 

Cloud est maintenant un mercenaire, il participe donc à cette mission pour un salaire mais cette aventure le mènera beaucoup plus loin que prévu, et le sort même de cette planète sera en jeu. Je n'en dirai pas plus sur l'histoire pour ne pas spoiler ceux qui ne la connaissent pas.

L'introduction est pour ainsi dire calquée sur l'originale. Square joue dès le début sur le registre de la nostalgie et nous fait hérisser les poils de manière incroyable.

 

SOLDAT en action

Le gameplay de cet opus m'a fortement fait penser à celui de Final Fantasy XV. Je m'en doutais en ayant vu les différentes vidéos publiées par Square Enix durant le développement, mais en jouant c'était vraiment flagrant. Surtout pour le système de combat. Exit le système ATB, on passe à du combat dynamique, même en mode "classique". Mais c'est aussi le cas lors des phases d'exploration avec, par exemple, les passages dans des espaces réduits. Pas mal d'éléments m'ont rappelé l'aventure de Noctis.

Ainsi donc on rencontre des ennemis directement visibles dans la zone, on ne tombe plus dessus de manière aléatoire comme précédemment. Cela apporte un changement important dans le sens où on ne peut plus faire du levelling comme auparavant, après avoir battu des ennemis, il faut s'éloigner de la zone en question suffisamment et y revenir pour les affronter à nouveau.

Malheureusement, Nanaki n'est pas jouable dans cette partie

 

En combat, on ne dirige qu'un personnage à la fois. On va pouvoir switcher de l'un à l'autre via les touches directionnelles ou bien leur ordonner des actions en les sélectionnant via les touches L2 et R2. Les limit breaks sont toujours présents pour notre plus grand plaisir et sont appelés ici Transcendance.

Les combats sont de manière générale vite pliés quand il s'agit de petits monstres croisés en chemin, en revanche il en est tout autre quand il s'agit des boss. Là on a affaire à des combats épiques où il faudra rapidement trouver le point faible de l'ennemi pour remplir sa jauge de choc afin de lui infliger le maximum de dégâts.

Le système des matérias n'a pas énormément changé (bien que moins riche et moins complexe) mais les armes (qui semblent être moins nombreuses) peuvent désormais évoluer grâce à des points de compétences qui permettront d'obtenir des bonus tels que des emplacements de matérias supplémentaires, des augmentations de PV, PM, attaque physique ou magique, etc…

Le système d'amélioration des armes

 

Quant aux invocations, elles ne sont plus utilisées comme auparavant comme un simple sort, mais l'Esper appelé participera au combat jusqu'à ce que son temps soit écoulé. Avant de se retirer, il effectuera son attaque la plus puissante pour causer le plus de dommages possibles à l'ennemi. Il est à noter que les Espers ne sont pas disponibles pour tous les combats mais seulement contre les boss ou les combats difficiles.

Une nouvelle invocation de poids : Gros Chocobo!

 

Une bande son qui fait monter la nostalgie

Les mélodies si familières de Final Fantasy VII ont été réorchestrées, tout en restant extrêmement fidèles aux originales. J'ai littéralement eu des frissons en entendant Bombing Mission ou encore les thèmes d'Aerith et de Tifa pour ne citer que ceux là.

Aerith...?

... Ou Tifa?

 

Quant aux doublages, parlons-en. Ça a fait réagir comme d'habitude les anti VF mais il faut le dire honnêtement : le doublage VF est de très bonne qualité ! Les doubleurs ont fait un travail excellent. Cela peut surprendre un peu les premières minutes mais après quelques temps en jeu, on se rend compte que c'est vraiment bien joué et que ça sonne juste. Bien sûr, on tombera sur deux ou trois PNJ qui donnent des quêtes chez qui on sent le dialogue un peu moins naturel, mais c'est insignifiant. J'ai pu lire beaucoup de critiques à propos du doublage de Barret, alors qu'il colle tout à fait au personnage. Dans FFVII, Barret est un nerveux, voire carrément un excité. Il saute et gesticule dans tous les sens et passe son temps à s'énerver. C'est un dur au grand coeur et c'est vraiment interprété de cette manière. Après si vous êtes catégoriquement contre la VF, Square a laissé la possibilité de choisir les doublages japonais, il y en a donc pour tous les goûts ;)

 

Texture Gate

Les graphismes du jeu dans leur ensemble sont justes magnifiques. On sent qu'une attention toute particulière a été portée aux personnages. Les cinématiques sont impressionnantes, notamment à la fin de l'histoire. On voit sur les visages jusqu'au poil de barbe près, jusqu'au points noirs sur le nez! Du premier coup d'oeil on reconnaît aussi bien nos héros que leurs antagonistes. Ici aussi, l'œuvre originale a été respectée. Les émotions que l'on ressentait à l'époque sont ici multipliées. En effet, sur PS1, nos personnages n'étaient qu'un ensemble de polygones avec des yeux inexpressifs alors que maintenant ils sont hyper réalistes et en plus doublés ! Certains dialogues poignants, certains événements tragiques sont littéralement vécus, alors même qu'on sait qu'ils vont arriver.

Malheureusement les screens ne rendent pas aussi bien qu'en jeu

 

A nouveau je parlerai des critiques lues sur Twitter. Des gens se plaignent de la qualité de certaines textures, notamment celles des débris dans les bidonvilles ou encore de la végétation. Pour être honnête, avant qu'on ne me le signale, je ne l'avais même pas remarqué tant j'étais absorbé par le jeu. Ça dénote certainement de ma part un manque d'objectivité concernant FFVII. Peut-être. En même temps, existe-t-il un jeu parfait? Sans bug ? Avec que des textures bien propres, bien lisses? Je ne pense pas. Par contre je pense que dans un soft tel que celui-là, si on s'arrête à des défauts aussi minimes, si c'est suffisant à gâcher notre expérience de jeu, il vaut mieux arrêter complètement les jeux vidéo.

pourquoi se focliser sur des détails insignifiants quand le reste est si beau?

 

Que l'on marche dans les bidonvilles, à Wall Market où dans les égouts, les décors sont sublimes et donnent un ambiance particulière à chaque lieu.

 

Un scénario tronqué

Comme je l'évoquais en préambule, un des points forts de FFVII était son scénario. Et lui aussi a été totalement respecté dans ce remake. Il a même été approfondi dans certains pans de l'histoire. Ainsi on pourra faire plus ample connaissance avec les membres du groupe Biggs, Wedge et Jessie. Il y aura également plus de discussions avec Aerith et Tifa et pas une seule fois du jeu je n'ai eu envie de zapper une cinématique. Le triangle amoureux est toujours autant teinté de tristesse et de nostalgie. Enfin, vu que ce remake ne concerne que la première partie du jeu, il a été ajouté un climax final que j'ai trouvé très réussi.

Je ne sais laquelle choisir...

Bon ce sera les 2!

 

C'est d'ailleurs le point qui me chagrine le plus, le fait que ce soit un format épisodique. On peut comprendre qu'un tel jeu soit très long à refaire complètement, surtout quand on voit la qualité finale. Mais l'histoire s'arrête au moment où, dans le jeu original, on accédait à la carte du monde, et donc à plus de liberté. Car en effet cette première partie est relativement linéaire et ne représente qu'une toute petite partie de l'intrigue. J'ai apprécié chaque instant auquel j'ai joué à FFVII Remake mais j'ai vraiment hâte (et l'espoir) d'une suite.

Une ballade à moto?

 

D'ailleurs cette première partie de l'histoire se faisait en un dizaine d'heures dans FFVII, pour le remake il faut compter entre 25 et 30 heures pour arriver au bout des 18 chapitres. Pour le finir à 100% ce sera environ le double. Une fois le jeu terminé une première fois, on débloque le mode difficile et la sélection de chapitres. Ainsi on peut revenir effectuer des quêtes annexes ou revenir sur certains passages du jeu.

 

Final conclusion

J'ai dû faire entièrement le FFVII original une bonne dizaine de fois entièrement et je pense qu'il en sera de même pour ce remake. En tant que fan j'ai été totalement conquis par le boulot colossal effectué par Square Enix. Revisiter un tel classique était loin d'être un pari gagné tant les attentes étaient grandes. On a affaire ici un à jeu sublime, fort en émotions et très respectueux de l'œuvre de base. Arrivé à la fin, je n'avais qu'une envie : poursuivre l'aventure au delà de Midgar. Square, on compte sur vous!

 

 

Verdict :

Les +

  • Respectueux de l'oeuvre originale
  • Graphismes et bande son sublimes
  • Doublages en Français et de qualité
  • Les passages ajoutés à l'histoire qui nous en apprennent beaucoup
  • Les mini jeux toujours aussi sympas

Les -

  • le seul point négatif que je vois est le format épisodique, tout en prenant en compte bien sûr le travail colossal qu'il y a à faire pour un remake aussi ambitieux

On aurait aimé :

Un mode photo, Un vrai mode "classique" avec les jauges ATB à l'ancienne

Dans le même genre :

Final Fantasy VII, Final Fantasy XV

Graphismes :
Superbes, proches de la perfection.
9/10
Musique et sons :
Une bande son qui donne des frissons de nostalgie, un doublage français convaincant, au top.
10/10
Gameplay :
Une prise en main aisée, des combats jouissifs
9/10
Scénario et histoire :
Un grand respect pour l'histoire originale, agrémentée d'approfondissements
10/10
Durée de vie :
Une trentaine d'heures pour finir le jeu, le double pour en découvrir tous les secrets
9/10
Rapport qualité / prix :
Le jeu vaut chaque euro dépensé, d'autant qu'il est facile de trouver des versions physiques moins chères qu'en dématérialisé
9/10
Coup de coeur :
En tant que fan de la version originale oui! Et j'espère que ceux qui découvriront FFVII via ce remake auront envie de jouer à l'original
10/10
Total : 9.4/10

 

Nous remercions Square Enix France et l'Agence LU6.1 qui nous ont fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...