Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Disaster Report 4 : Summer Memories sur Switch, un jeu qui secoue!

Image de couverture de [Test] Disaster Report 4 : Summer Memories sur Switch, un jeu qui secoue!
Consultez directement le verdict

Franchise lancée en 2002 sur PS2, Disaster Report revient pour un 4e opus nommé Summer Memories. Développé par Granzella et Irem et édité par NIS America, le soft nous invite à une aventure humaine en temps de crise. Tout un programme par les temps qui courent…

 

Fiche technique :

  • Genre : Aventure, simulation
  • Développeur : Granzella, Irem
  • Editeur : NIS America
  • Plateformes : Switch, Playstation 4, PC
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 14,49 GB
  • Date de sortie : 07 avril 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

San Andreas… Sans The Rock !

Le premier opus mettait en scène l'effondrement d'une île artificielle, le second des inondations liées à des pluies torrentielles et le troisième un tremblement de terre. C'est également le sujet de ce quatrième opus.

Avant de commencer l'histoire, le jeu nous invite à créer notre personnage en choisissant son sexe, puis son visage et sa coupe de cheveux. Ainsi on incarne un jeune homme ou une jeune femme japonais(e) qui se rend dans une ville située sur une île, pour des motivations que l'on sera également amené à choisir.

Voici mon perso dans le jeu

 

Nous sommes alors au mois de juillet. Lors de son trajet en bus, les téléphones portables de tous les passagers sonnent en même temps, il s'agit d'une notification d'alerte du gouvernement prévenant d'un tremblement de terre important et imminent. Celui-ci ne tarde pas à arriver et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il a été très violent. Il sera naturellement suivi de répliques, et c'est dans ce contexte que notre personnage devra tout faire pour survivre et quitter la ville

 

I'm a survivor

On le sait l'être humain est capable du meilleur comme du pire, plus du pire que du meilleur en général. La pandémie actuelle met à jour l'égoïsme de certaines personnes et il y a eu de nombreuses scènes de panique dans les magasins, des gens injustement rendus responsables de la propagation du virus, etc… Dans Disaster Report 4, c'est à un autre type de crise que les gens vont devoir faire face, mais le comportement de certains personnages sera tout aussi odieux, si ce n'est plus. Il y a quelques temps, j'aurai pensé que les scènes auxquelles on est confronté dans le jeu étaient exagérées, je me dis aujourd'hui qu'elles sont toutes possibles.

L'entraide ça a du bon... Tant que ça dure!

 

Car c'est avant tout de cela dont il est question dans ce soft : l'être humain face à une situation de crise. Le personnage que l'on incarne est quelqu'un de tout à fait ordinaire : pas de supers pouvoirs, pas de flingues, il ne peut pas courir sur les murs (oui je sors tout juste du test de Saints Row IV), bref, quelqu'un de normal. Dans de nombreuses situations, on nous propose de réagir de différentes façons allant du plus altruiste au pire des pourris, avec plusieurs nuances entre les deux. Malheureusement, cela n'aura pas beaucoup d'autre effet que d'obtenir des réactions différentes de la part des PNJ. En effet, cela n'aboutira à aucun changement majeur dans le déroulement de l'histoire. Alors pourquoi proposer différents choix? Avant même de commencer l'histoire, on nous pose la question : comment réagirions-nous si, en visitant une ville que l'on ne connaît pas, survenait un gros tremblement de terre ?

Devrait-on aider les plus faibles ou ne penser qu'à soi?

 

Les thèmes abordés dans le jeu sont lourds (harcèlement, viol, suicide, secte, etc…) et mis en scène de manière suffisamment réaliste pour que l'on se mette à la place de notre personnage, et que l'on se pose réellement la question sur ce que l'on ferait si on était confronté à ces situations. Et puis ensuite pourquoi ne pas refaire le jeu une nouvelle fois en changeant complètement de personnalité ?

 

C'est la beauté intérieure qui compte

Alors autant vous prévenir tout de suite : ceux qui sont pointilleux sur les graphismes et qui traitent des jeux de bouse au moindre bug, passez votre chemin ! J'ai commencé le jeu en mode portable et j'ai tout de suite été choqué par les graphismes. Certaines textures comme les cheveux sont vraiment baveuses, et le framerate est parfois tellement bas que pour en parler, il faudrait que je me fasse mal au dos mal au dos (t'as la ref?). J'ai essayé ensuite en dockée et là c'est un poil mieux mais toujours pas terrible. Je me demandais si c'était comme ça à cause de la Switch donc j'ai essayé la démo sur PS4 et il n'y a pas énormément de différence.

Switch...

...PS4

 

Je pourrai citer ce bug de collision aussi, qui se produit à chaque fois que l'on rentre dans un PNJ : la première fois ça le bouscule, ensuite on passe à travers. 

Switch...

...PS4

 

Il faut préciser aussi qu'il y a un chargement avant toutes les cinématiques, mais vraiment toutes. C'est d'ailleurs souvent ce qui m'a fait comprendre que j'étais là où je devais aller car parfois c'est assez flou...

Ensuite, sous la barre de vie, apparaîtront avec le temps des icônes signifiant les besoins du personnage : manger, boire, aller aux toilettes. Bien sûr on peut acheter à manger et à boire et satisfaire ses besoins naturels dans les toilettes (ce qui déclenche quelques notes de piano ^^), mais cela ne sert à rien. Si l'on ne mange jamais, on ne mourra pas. C'est purement facultatif. On a également la faculté de crier pour appeler, mais jamais personne ne nous répond… Tout comme les points de moralité ou d'immoralité distribués selon nos actions. Ils sont là mais n'ont aucun effet sur la personnalité de notre personnage…

Ca fait du bien!

 

Attention la tête !

Comme souvent avec les gros tremblements de terre, des répliques suivent, plus ou moins importantes. Quand elles arrivent, il faut se mettre au sol immédiatement pour ne pas trébucher et se blesser, mais attention aux bâtiments qui s'effondrent ! N'oubliez pas que l'on incarne un être humain fragile qui meurt si il se prend un simple morceau d'immeuble sur le crâne ! Heureusement les points de sauvegarde sont légion.

Vite! Au sol!

 

Comptez une grosse douzaine d'heures pour finir le jeu. Ensuite, rendez vous dans le mode "spécial" du menu principal qui permet de retourner sur les lieux du tremblement de terre 5 mois plus tard, en décembre. Après un résumé de l'aventure, on peut arpenter la ville toujours en pleine reconstruction, pour prendre des nouvelles des personnages rencontrés à ce moment là.

La version PS4 propose en plus un mode VR.

Enfin j'ajouterai que le jeu est entièrement doublé en Japonais et sous titré uniquement en Anglais.

 

Conclusion Report

Si l'on arrive à passer outre des graphismes et un gameplay clairement datés, Disaster Report 4 offre une aventure humaine et réaliste. Le scénario tient la route et est digne d'un film catastrophe où de multiples dramas se jouent autour d'une vraie tragédie. C'est un jeu d'un genre qu'on voit (très) peu et j'ai personnellement beaucoup aimé l'expérience malgré les défauts évidents du titre. Je le recommande donc à ceux qui veulent un jeu qui sort de l'ordinaire sans être ultra exigeants du point de vue technique.

 

 

Verdict :

Les +

  • Scénario intéressant
  • Dialogues de qualité
  • Large panel de réponses
  • Genre assez rare, offre du changement

Les -

  • Techniquement daté

On aurait aimé :

Que les choix effectués aient plus de conséquences

Dans le même genre :

City Shrouded in Shadow

Graphismes :
Pas top...
5/10
Musique et sons :
Le générique est superbe, le doublage japonais sonne très juste, et les bruitages sont plutôt bons dans l'ensemble, entre les bruits de sirènes et les pleurs, l'ambiance apocalyptique est bien ressentie
8/10
Gameplay :
Assez rigide, bugs de collision... Et plusieurs éléments de gameplay non utilisés
6/10
Scénario et histoire :
Une narration très bonne, le mauvais côté de l'être humain qui ressort en temps de crise très bien décrit. Le point fort de ce jeu.
8/10
Durée de vie :
En comptant le mode Special en plus de l'histoire, une bonne quinzaine d'heure, ce qui est cohérent avec le scénario.
7/10
Rapport qualité / prix :
Pour un jeu techniquement moyen, avec une durée de vie comme celle-là, ça fait un poil cher pour le moment quand même...
6/10
Coup de coeur :
En dépit de ces défauts techniques, oui, j'ai vraiment beaucoup aimé l'expérience offerte par le jeu.
8/10
Total : 6.9/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Saints Row IV Re-elected sur Switch, enter the Dominatrix!Switch

[Test] Saints Row IV Re-elected sur Switch, enter the Dominatrix!

Les Saints sont de retour sur Switch ! A l'origine sorti sur PS3 et Xbox 360 en 2013, le 4e opus de l'odyssée du gang de Third street avait été remasterisé en 2015 sur la génération suivante de consoles dans sa version re-elected. Cette version est désormais portée sur la console de Nintendo. Prêts à endosser le costume du Boss?
Lire la suite...