Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Saints Row IV Re-elected sur Switch, enter the Dominatrix!

Image de couverture de [Test] Saints Row IV Re-elected sur Switch, enter the Dominatrix!
Consultez directement le verdict

Les Saints sont de retour sur Switch ! A l'origine sorti sur PS3 et Xbox 360 en 2013, le 4e opus de l'odyssée du gang de Third street avait été remasterisé en 2015 sur la génération suivante de consoles dans sa version re-elected. Cette version est désormais portée sur la console de Nintendo. Prêts à endosser le costume du Boss?

 

Fiche technique :

  • Genre : Action, Aventure
  • Développeur : Volition
  • Editeur : Deep Silver
  • Plateformes : Switch
  • Prix : 39,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 8,5 GB
  • Date de sortie : 27 mars 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Oh, say can you see

Au début petit gang de la Third street de Stilwater, les Saints ont parcouru pas mal de chemin jusqu'à devenir une véritable marque déposée. Après avoir vaincu le Syndicat et fait fructifier leurs affaires, on retrouve le Boss avec ses fidèles acolytes Shaundi et Pierce en pleine opération antiterroriste avec Asha, l'agent du MI6. Le Boss parviendra in extremis à sauver Washington d'un gigantesque missile nucléaire et crèvera le plafond pour s'asseoir dans le fauteuil du Président des États-Unis. Littéralement.

 

Tout le monde rêve d'un cheatcode pour ça!

 

Alors qu'il gère la première puissance mondiale façon Saints, l'empire extraterrestre Zin débarque avec le projet d'asservir la Terre. Mais un gang qui a réussi à diriger les USA ne compte pas laisser Zinyak et sa bande d'alien leur pourrir la vie en restant les bras croisés…

 

C'est ce que j'appelle diriger le pays façon Saints!

 

From the crack house to the White House

La franchise Saints Row à l'origine GTA-like s'est ensuite différencié de son modèle en rentrant de plus en plus dans des délires complètement WTF. On se souvient notamment de l'intro du jeu du troisième opus par exemple, avec ses cascades dans l'avion, ou encore de son apocalypse zombie, ainsi que des véhicules et des armes complètement loufoques. Le quatrième opus est donc l'apothéose de ce délire. L'humour y est omniprésent et c'est totalement barré du début à la fin.

 

Mais où est encore passé Hiller?

 

A l'image d'un film des frères Wayans, le soft parodie des classiques du cinéma comme Armageddon (en poussant le bouchon jusqu'à utiliser la chanson I don't want to miss a thing d'Aerosmith), Matrix, Independance Day, Terminator... ou du jeu vidéo comme Metal Gear Solid, Street of Rage ou encore Mass Effect. On a même au casting Keith David dans son propre rôle, lui qui doublait Julius dans les 2 premiers opus.

 

Solid Saints en infiltration

Attaque carton!

 

La pilule bleue ou la pilule rouge Boss?

La plus grande partie du jeu se déroule dans une version virtuelle de Steelport. A l’instar de Neo dans la Matrice, le Boss pourra donc user de bugs et de glitchs pour obtenir des pouvoirs surhumains! Il pourra ainsi courir aussi vite que Flash et sauter par dessus les bâtiments. D’autres pouvoirs s’obtiendront en battant des gardiens au service de Zinyak et en les absorbant.On pourra ensuite utiliser le feu, la glace, la télékinésie, etc…

 

Après ce QTE, ton pouvoir sera mien l'affreux!

 

En plus de la quête principale, une multitude de quêtes secondaires permettent de débloquer de nouvelles armes ou des éléments pour les pouvoirs.

 

Les différents pouvoirs utilisables

 

On peut obtenir de nouvelles capacités ou améliorer celles déjà acquises contre de l’argent comme dans le précédent épisode. Quand aux pouvoirs, il faudra récolter des clusters un peu partout en ville pour débloquer les améliorations.

On trouve en ville des activités classiques telles que les jeux sadiques du Pr Genki ou les fraudes à l’assurance mais aussi des nouvelles comme le piratage de magasins. Il est toujours possible d’emmener ses véhicules au garage pour les customiser intégralement mais au final on ne sert même plus des véhicules tant il est plus rapide de courir et voler à travers la ville.

 

Ethical!

 

Don’t want to close my eyes

La première mouture de Saints Row IV date donc de 2013, la version re-elected de 2015, cela se ressent inévitablement dans les graphismes. Il y a un effet de clipping assez visible mais moins prononcé que dans Saints Row The Third. Certaines textures sont floues et les flaques de sang sont (bizarrement) pixellisées…

 

Le mec saigne en cube quand même...

 

Les séquences de jeu en ville se déroulant uniquement la nuit, et l’écran de la Switch n’étant pas forcément des plus lumineux, l’image s’avère relativement sombre, même en mettant la luminosité au maximum dans les paramètres.

 

Ca plane pour moi

 

Une option permet d’utiliser le mode gyroscopique pour viser lorsque l’on joue en mode portable. Plutôt sympa comme détail pour ceux qui aiment ce style de visée.

L’OST du soft est riche et très variée, il y en a pour tous les goûts : Chopin,Bach, Verdi, Cypress Hill, Montell Jordan, Aerosmith, Haddaway (!), Dj Snake, Outkast…

 

Il a l'air pas mal le nouveau Street of Rage... Oh wait!

 

Contrairement aux versions PS4 et Xbox One, l’édition re-elected sur Switch n’est malheureusement pas accompagnée du DLC stand alone Gat out from hell.

Comptez une bonne quarantaine d’heure pour finir le jeu à 100%, plus si vous vous amusez à jeter des passants dans tous les sens avec le pouvoir de télékinésie ^^

Les doublages sont toujours en Anglais, intégralement sous-titrés en Français.

 

Réveille toi Neo... Euh Boss!

 

Saints Conclusion IV

Suite directe de Saints Row The Third, Saints Row IV est de loin l’opus le plus barré de la franchise. Si l’on est plus dans le système de guerre des gangs, criminalité, etc… auquel on était habitués, le scénario complètement dingue et les tonnes de références à la culture pop m’ont bien fait marrer et passer un super moment. Ca fait passer les graphismes moyens et les quelques bugs de collision que l’on peut rencontrer par moments.

 

Mais qu'est ce que t'as encore foutu Pierce ?! PIERCE ?!

 

Déjà disponible sur PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One et PC, pourquoi acheter ce titre sur Switch me direz vous? Comme de nombreux portages sur la console de Nintendo : avant tout pour la portabilité. Et puis, il y a peut être aussi des joueurs qui ne jouent que sur les consoles de Nintendo, à ceux là je dis : bonne découverte, éclatez vous bien!

 

 

Verdict :

Les +

  • Ultra fun
  • Les références pop culture
  • Bonne durée de vie

Les -

  • Graphismes un peu daté
  • Gameplay perfectible
  • Assez sombre, notamment en mode portable

On aurait aimé :

Pouvoir importer son personnage de Saints Row III

Dans le même genre :

GTA, Just Cause, Watch Dogs

Graphismes :
Acceptables, mais ça n'est pas le point fort du jeu
6/10
Musique et sons :
OST au top, riche et très variée
Effets spéciaux inégaux : les bruits de flingues sont ok mais alors les bruits de moteurs sont toujours aussi bateau
7/10
Gameplay :
Pas toujours évident de se déplacer à grande vitesse, notamment en courant sur les murs, la caméra ne suit pas toujours
6/10
Scénario et histoire :
Un délire complet, du WTF du début à la fin!
9/10
Durée de vie :
Une quarantaine d'heures pour tout compléter, c'est très bon pour un jeu du genre
8/10
Rapport qualité / prix :
Pas excessif pour un jeu Switch mais dispo bien moins cher sur d'autres consoles et avec Gat out from Hell...
6/10
Coup de coeur :
Le fun du soft permet largement de faire abstraction de ses défauts, je me suis éclaté! Oui c'est un coup de coeur!
8/10
Total : 7.1/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...