Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Kingdom Hearts Melody of Memory : Square et Disney prennent la clé des chants

Image de couverture de [Test] Kingdom Hearts Melody of Memory : Square et Disney prennent la clé des chants
Consultez directement le verdict

Développé et édité par Square Enix et sorti sur console le 13 novembre dernier, Kingdom Hearts Melody of Memory est, comme son nom l’indique, un jeu de rythme autant qu’un hommage à la licence créée par Tetsuya Nomura en 2002. Amateurs de Kingdom Hearts, de jeux musicaux ou des deux : attendez-vous à un mariage au diapason, et apprêtez-vous à marteler vos boutons au son des plus grands succès de Disney. La mélodie du bonheur, c’est par ici !

 

Fiche technique :

  • Genre : Rythme / Musique / Action
  • Développeur : Indies Zero / Square Enix
  • Editeur : Square Enix
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien
  • Plateformes : Switch, PS4, Xbox One
  • Testé sur : Switch (2018)
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.4
  • Taille : 5,2 Go
  • Date de sortie : 13 novembre 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé, démo disponible sur Switch

 

 

attaque

C’est PA-PA-PA...RTI !

 

Kingdom Hearts sur le bout des doigts

Sans détour, je vais être clair : je n’ai absolument aucune connaissance de la licence Kingdom Hearts. A peine sais-je qu’il s’agit d’une saga de renom mélangeant deux “ogres” de l'entertainment : Square Enix pour les jeux vidéo et Disney pour le cinéma d’animation. Aussi, je m’en suis remis au site officiel pour apprendre que cette série vidéoludique, débutée en 2002 sur PlayStation 2, « raconte l'histoire de la Lumière et l’amitié triomphant sur les pouvoirs des Ténèbres ». Tout un programme.

tenebres

 

J’apprends également sur ce même site que « Kingdom Hearts est une franchise de jeux de rôle orientés action développés et publiés par Square Enix sous la direction de Tetsuya Nomura » et donc issue d'une collaboration avec Disney. J’apprends enfin que le protagoniste principal se nomme Sora, porteur de la Keyblade, et qu’il est « accompagné de Donald et Dingo pour mettre un terme à l'invasion des Sans-coeur en scellant la serrure de chaque monde, et ramener la paix dans les royaumes. » Voilà pour le tour (de clé) du propriétaire.

keyblade

 

En avant la musique

En poursuivant mes recherches, je découvre que pas moins de douze jeux sont sortis depuis le premier volet ; et me rends alors compte que la saga Kingom Hearts est l’une des plus conséquentes du jeu vidéo, autant en termes de contenu que de fanbase. C’est donc un peu fébrile mais également heureux de mettre un « doigt » dans ce mythe vidéoludique que j’ai lancé Kingdom Hearts Melody of Memory (MoM). Un quatorzième jeu « canonique » (j’ai appris qu’aucun des treize précedents volets n’était considéré comme « spin-off ») ayant la particularité de délaisser le genre action/RPG pour le jeu de rythme…

tuto

Les bases...

 

Vue l’incroyable richesse musicale de la saga, nourrie par l'inépuisable catalogue made in Disney et orchestrée avec brio depuis presque vingt ans par Yoko Shimomura, l’idée était loin d’être saugrenue. Et l’éditeur n’a pas eu à chercher bien loin pour trouver LE studio capable de transcender ce potentiel : Square Enix a fait appel à Indies Zero, déjà à l’œuvre derrière Theatrhythm Final Fantasy et sa suite Curtain Call, deux jeux de rythme encensés (à juste titre) à leur sortie sur 3DS et qui ont sublimé la musique et l’aura de la licence au double F. Bref, entre les mains expertes de tels professionnels, la playlist « disniesque » et dantesque de Kingdom Hearts n’attendait plus que moi.

voyage

Votre nouveau voyage va commencer...

 

Eh bien, dansez maintenant !

Après ce (trop) long préambule, passons donc aux choses sérieuses. Sitôt « installé », le jeu se lance en musique, grâce à un générique aussi beau qu’entraînant mettant en scène les différents personnages de la saga. Encore mieux : cette intro est JOUABLE et présente donc, sans vraiment le « souligner », le gameplay du jeu. Libre à vous, alors, de tenter de suivre le rythme de la chanson et d’appuyer au bon moment sur le bon bouton, ou au contraire de profiter de la vidéo et d’attendre qu’elle passe.

Pas de panique dans tous les cas : le « vrai » tutoriel vient juste après. En effet, le jeu lance un niveau et vous enseigne les bases du gameplay : caméra derrière notre équipe de trois personnages (Sora entouré de Dingo et Donald), positionnés sur une sorte de route en forme de partition de musique (mélangée à une piste d’athlétisme…), on voit arriver sur nous différents types d’ennemis (sans cœur, simili…). Jeu de rythme oblige, il s’agit alors d’appuyer avec le bon timing sur le bon bouton pour s’en débarrasser et éviter qu’ils ne vous attaquent (et que votre barre de vie baisse).

standard

Gameplay classique...

 

Gameplay(list) musical

Pour ce faire, plusieurs types d’actions existent. Dans tous les cas, un cercle (de couleur différente pour chaque type d’ennemi) se matérialise à l’écran et rétrécit jusqu’à ce qu’il atteigne le cœur d’une « cible » et vous indique ainsi que le timing est « excellent ». Si vous appuyez avant ou après, vous aurez droit à un « bien » ou raterez tout simplement la note. Pour les ennemis classiques, le cercle sera jaune et demandera d’appuyer sur une touche (L, R ou A sur Switch). Certains auront un cercle rouge et un numéro : vous aurez à les « taper » autant de fois que l’indique sa valeur. Enfin, il arrivera que deux ou trois ennemis arrivent ensemble : il faudra alors presser deux ou trois touches simultanément. La gymnastique se complique donc, et ce n'est pas fini…

cercle

De l’importance d’appuyer au bon moment…

 

cercle

 

D’autres types d’obstacles se dresseront en effet sur votre chemin. Premièrement, certains ennemis attaqueront à distance : pour éviter leurs projectiles, il vous faudra presser la touche de saut (B sur Switch). Parfois, il faudra enchaîner saut et frappe (B et touche d’action) pour éliminer des mobs volant affublés d’un cercle bleu. Toujours dans les airs, votre personnage principal (Sora pour commencer) aura aussi à gérer une succession de notes vertes flottantes : vous devrez alors maintenir la touche de saut, tout en dirigeant votre héros avec le joystick gauche pour attraper les notes, sans oublier les éventuels ennemis au sol que vos deux comparses devront occire sous vos ordres (avec le bouton d’action). Enfin, il vous arrivera de croiser des cristaux qu’il faudra briser avec une touche dédiée (X sur Switch) pour éviter de subir des dégâts.

sauter

Les flèches bleues indiquent un ennemi aérien : il faudra appuyer sur la touche de saut ET enchaîner rapidement avec une pression sur un bouton d’attaque

 

Le Tour des mondes en 80 jeux

Rassurez-vous, si tout ça peut paraître compliqué par écrit, une fois devant le tutoriel tout se mettra en place. Je ne dirais pas pour autant que le gameplay est facile à prendre en main, mais il correspond à ce qui se fait dans ce type de jeux musicaux et avec de l’entraînement (ou de l’acharnement, pour venir à bout de certains défis) on parvient à dompter la bête. Quand bien même ce ne serait pas le cas, trois niveaux de difficulté sont à disposition pour profiter au mieux du jeu, à sa façon. Même si, bien souvent, le niveau intermédiaire semblera plus facile que le plus simple, tout simplement car le nombre de notes à « taper » correspondra davantage au rythme de la musique, et donc le niveau se complètera plus naturellement.

skill

Les amis OK mais notre skill a pas mal aidé quand même...

 

Et en parlant de niveau, attardons-nous justement sur le contenu de Kingdom Hearts MoM. Il est pléthorique. Après le tutoriel, vous vous retrouvez dans l’écran-titre du jeu qui propose son mode histoire : le « Tour des mondes ». Celui-ci s’apparente tout simplement à un enchaînement d’univers, comprenant chacun une ou deux musique(s). L’objectif est de réussir ces musiques (terminer le morceau avec son niveau de vie au-dessus de zéro), si possible en validant un ou plusieurs objectifs (éliminer un certain type d’ennemis, terminer le niveau en mode difficile, valider toutes les notes simultanées, etc.) ce qui donne une à trois étoiles, et ainsi débloquer les mondes suivants. Au total, le jeu donne à jouer plus de 140 musiques issues de la licence.

explication

Petites explications…

 

monde 2

 

monde 3

Certains monde sont indiqués « terminés » (toutes les étoiles ont été récupérées) tandis que d’autres sont simplement marqués comme « réussis » (il en manque) : les « complétistes » auront de quoi faire !

 

Pléthore entre les mains

Ces 140 (et plus) titres se débloquent donc au fil de l’aventure, qui se déroule en suivant l’histoire des Kingdom Hearts. Ainsi, régulièrement et après certains morceaux, le jeu nous présente des saynètes mettant en scène Sora et ses amis. N’ayant jamais joué à cette saga légendaire, je ne pourrais affirmer que ces cinématiques (non jouables) sont issues directement des précédents jeux de Square Enix, mais l’évolution esthétique et graphique de ces séquences au fur et à mesure qu’on progresse dans le Tour des mondes me laisse à penser que oui.

saynetes

Les courtes cinématiques qui clôturent certains mondes sont très agréables et permettent de rappeler à ceux qui la connaissent l’histoire de Sora et ses amis et de la faire à découvrir à ceux qui, comme moi, ne la connaîtraient pas.

 

On joue donc d’abord avec les chansons du premier Kingdom Hearts, puis de Chain of Memories, puis du 2e volet, etc. De même, si votre équipe se compose au départ de Sora, Donald et Dingo, il vous sera par la suite possible d’alterner avec d’autres « teams » débloquées au fil du jeu et, là encore, en corrélation directe avec les différents jeux de la licence. Attendez-vous donc à retrouver des visages connus, comme ceux de Riku, Roxas ou Aqua, mais également de nombreux « alliés » qui viendront vous aider de temps en temps, chacun dans leur univers.

allies

Et par Aladin, c’est trop bien !

 

aladin

 

mickey

On attend pas Mickey ?

 

Sans oublier le Roi Mickey auquel il est possible de faire appel en activant le bon objet avant le début d’un morceau. C’est effectivement une autre spécificité du jeu : vous pouvez utiliser des objets aux différents effets (remonter la barre de vie, doubler l’XP gagnée, etc.) avant de vous aventurer dans un niveau. A noter que tous ces objets peuvent être récupérés dans les niveaux ou fabriqués.

objets

Des objets à utiliser...

 

objets

… et à créer via le « menu annexe » dont je ne vous ai pas parlé, mais qui permet aussi de changer d’équipe !

 

objets

Vous pouvez également y créer des « Plongées mémorielles », dont je parle plus bas...

 

Les boss, morceaux de choix

Dernier point à aborder concernant le Tour des mondes : les boss. Ceux-ci apparaissent, comme dans tout autre jeu, pour conclure des « chapitres ». Surtout, les boss sont mis en scène dans un style de gameplay sensiblement différent des niveaux classiques : les notes ne sont plus représentées par des vagues d’ennemis mais par de vraies notes, défilant horizontalement cette fois, de gauche à droite - et aux gestes habituels s’ajoutent des mouvements à effectuer avec le(s) joystick(s). Ces niveaux paraissent donc plus difficiles, certainement aussi car ils demandent un entraînement qu’on n’a pas eu jusque-là. Enfin, et même s’il est compliqué d’admirer leur combat, au second plan le boss et nos trois héros s’affrontent bel et bien, chaque note ratée étant une chance de plus d’envoyer nos amis au tapis.

boss

Plus difficile ou en tout cas différent (avec notamment l’ajout du mouvement de joystick), le gameplay des niveaux de boss vous donnera du fil à retordre - au moins durant votre premier affrontement.

 

Le gameplay des boss est d’ailleurs récupéré dans un troisième type de niveau, qui n’est pas directement présent dans le mode aventure : les plongées mémorielles. Celles-ci se débloquent lors de votre avancée dans le Tour des mondes et sont à expérimenter via le menu principal, dans la partie « Morceaux au choix » qui recense l’intégralité des musiques accessibles. Ces « plongées mémorielles » possèdent le même gameplay que celui des boss, se jouent sur la même chanson qu’un niveau classique, mais révèlent en arrière-plan de superbes extraits de cinématiques des jeux Kingdom Hearts. Un pur bonheur pour les yeux ET les oreilles.

plongee

Ils sont marrants, on a pas quatre paires d’yeux nous !

 

Contenu infini ?

Continuons sur le contenu du jeu. Sur le menu principal, vous aurez donc droit à la section « Morceaux au choix » qui, comme vous vous en doutez, permet d’accéder directement à toutes les musiques complétées jusque-là. Vous les y retrouverez toutes, classées par nom de morceau, par jeu, par monde, par type de niveau (standard, affrontement de boss, plongée mémorielle) ou encore par niveau d’intensité, à ne pas confondre avec la difficulté choisie (débutant/standard/expert). En parlant de ça, vous aurez une autre façon de modifier la difficulté en changeant de « style de jeu » : outre le style standard, vous pourrez en effet opter pour le style simplifié et n’utiliser qu’un seul bouton, ou pour le style virtuose, qui ajoutera des notes.

style

Impose ton style !

 

De retour sur le menu principal, vous trouverez une Galerie qui compilera : vos records, un lecteur audio comportant toutes les musiques du jeu, le théâtre présentant les vidéos (non jouables) des plongées mémorielles, les archives proposant de revivre les cinématiques débloquées en mode Tour des mondes et enfin la collection qui recense toutes cartes et bonus que vous gagné au fil du jeu… Un contenu déjà bien rempli qui satisfera tous les amoureux de la franchise, mais ce n’est pas fini…

galerie

Réussir les niveaux et accumuler les gros scores permet notamment de récupérer de belles récompenses...

 

galerie

… que vous aurez tout le loisir d’admirer dans la Galerie !

 

Petits rythmes entre amis

Une ultime et dernière partie conséquente de Kingdom Hearts MoM concerne l’aspect multijoueur. Ce dernier se divise en deux modes principaux : les Duels et la Coop. Comme leur nom l’indique, les Duels donnent l’occasion d’affronter un autre joueur : d’abord l’IA, puis un adversaire en ligne (une fois que vous aurez remporté deux duels contre la machine). Clairement, il s’agit du même gameplay qu’un niveau classique, à cela prêt que votre réussite dépendra également du niveau de votre adversaire, et que vous pouvez vous envoyer l’un-l’autre divers malus (ennemis qui disparaissent, se multiplient, rétrécissent…) pour vous compliquer la tâche. Les Duels sont aussi jouables en local, soit en un-contre-un, soit en « groupe » jusqu’à huit joueurs maximum.

duels

Duel au sommet !!

 

duels

Soit dit en passant je suis tellement fan de Riku et ses comparses colorés...

 

Enfin, le mode Coop permet de jouer aux nombreux morceaux du jeu en… coop, c’est-à-dire à deux sur le même écran mais surtout, à la différence des Duels, ensemble. Déjà, exit les trois personnages de tous les autres modes, ici vous partagez le niveau à deux héros, un pour chaque joueur. Ensuite, chacun s’occupe de « ses » notes, qui défilent à gauche ou à droite de l’écran. Enfin, lorsqu’il y a des notes simultanées, à vous de vous coordonner pour appuyer en rythme et taper sur l’ennemi ou l’obstacle au bon moment. A noter que sur Switch, le mode coop est parfaitement jouable avec un joy-con chacun, même si on perd en confort de jeu.

coop

C’est parti pour un combat standard mais bien fun !

 

Une partition sans fausse note ?

Je pense avoir fait le tour de ce que représente Kingdom Hearts MoM, notamment au travers de ses modes de jeu et de son immense réserve de musiques. Je n’ai volontairement pas trop creusé avec vous le mode Tour des mondes pour ne pas trop en dévoiler (même si certaines captures d’écran présentes dans ce test pourraient vous révéler quelques univers ou personnages), mais au niveau de la profondeur et du fan-service, le jeu se veut clairement exhaustif et les amoureux de la franchise, comme les amateurs des productions Disney, en auront pour leur argent. Alors, tout est bon pour autant ?

playlist

Le nombre et le genre de morceaux est astronomique...

 

Il est évident que pour un jeu de rythme, le style et le nombre de musiques importe énormément. Il compte pour moitié de la réussite du jeu, je dirais, et à ce niveau, donc, le contrat est rempli par Indies Zero et Square Enix. Seulement, il faut que le gameplay suive et s’il demeure très plaisant, un gros point noir vient entacher pour moi l’expérience de jeu. Et cela concerne un élément central : la 3D. Bien trop souvent j’ai mal interprété le déplacement d’un ennemi sautillant ou volant, accélérant sa course ou au contraire la ralentissant, tout simplement car je ne parvenais pas à me positionner par rapport à lui.

sautillant

Les déplacement de certaines ennemis « sautillant » n’est pas toujours évident en combat standard, idem pour les combats contre les boss où on ne sait pas toujours où ni quand frapper...

 

Medley dans ton vin

Certes, au final on parvient toujours à retrouver le bon tempo et à modifier son jugement, mais ce manque de clarté, d’évidence dans un style de jeu qui demande de la spontanéité et surtout beaucoup de réflexes, peut s’avérer très frustrant. Idem concernant la frustration de voir une étoile être si difficile à glaner, non pas du fait de sa complexité, mais tout simplement car son obtention demandera de refaire et refaire le niveau. De quoi atténuer encore une fois ma satisfaction vis à vis du jeu, réfréner mon enthousiasme, et mettre de l’eau dans mon vin.

etoile

Bon courage pour gagner cette étoile, en sachant que le jeu nous demande 170 « notes en suspension » et qu’il y en a 22 dans ce niveau (il est difficile de les rater). Seule solution : faire et refaire et refaire ce morceau...

 

Donc, et même si au milieu des heures de jeu passées à tenter de décrocher des « high scores » et à m’éclater au son et au rythme des grands hits des Kingdom Hearts, ces fausses notes n’ont représenté que quelques brefs instants d’errance, ce sont des fausses notes qui comptent. Notamment au moment de vous livrer mon verdict final, de décerner ma note. (Ce suspense que j’instaure c’est fou…)

magnifique

Verdict...

 

Conclusion

Je ne vais pas tourner autour du pot : Kingdom Hearts Melody of Memory est un excellent jeu ! Excellent jeu de rythme - malgré quelques errances concernant un certain type d’ennemis ou de niveaux particuliers - doté d’incroyables musiques. Excellent jeu d’action - où on prend un malin plaisir à taper, en rythme, sur des vagues de « sans-coeur » et autres sbires de Maléfique et compagnie. Excellent jeu à licence, qui se rappelle à nos bons souvenirs (ou en crée de nouveaux) au travers de jolies cinématiques aux messages toujours réconfortants et bienveillants sur les valeurs de l’amitié face à l’adversité. Et puis, retrouver ces mélodies, ces personnages et ces univers Disney grâce à ce jeu est un vrai régal. Et si ce n’est pas sans fausse note, on n’en est pas loin.

amitie

L’amitié, LE point fort de Sora, mais aussi de Kingdom Hearts, réellement royaume des cœurs.

 

Verdict :

Les +

  • Les musiques, (très) nombreuses et (très) belles
  • Le gameplay (dans l’ensemble) très réussi
  • L’histoire des Kingdom Hearts, condensée en un seul titre
  • 50% fan service, 50% grand public

Les -

  • Impossible de mettre en favori des morceaux depuis le mode aventure
  • Les différentes équipes n’apportent rien
  • Spatialisation pas toujours claire
  • Certains ennemis aux déplacements « illisibles »
  • Être obligé de recommencer un niveau plusieurs fois pour obtenir une étoile impossible à récupérer du premier coup

On aurait aimé :

Que le jeu soit un peu plus clair, autant dans son gameplay 3D pas toujours lisible que dans ses menus, pas toujours faciles à décortiquer...

Dans le même genre :

Theatrhythm Final Fantasy et Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call (réalisés par la même équipe sur 3DS), Old School Musical, Avicii Invector, Deemo...

Graphismes :
Peut-être pas son point fort mais autant dire que dans le feu de l’action on n’y prête pas attention ! Et le jeu se rattrape sur les sublimes cinématiques et par la variété de ses univers.
8/10
Musique et sons :
Clairement le gros point fort du jeu, autant quantitativement que qualitativement, c’est sublime. Du miel pour vos oreilles !
10/10
Gameplay :
Globalement (très) satisfaisant, hormis quelques passages moins clairs mettant en cause l’affichage 3D. C’est d’ailleurs davantage marqué contre les boss où le défilement est horizontal et face à des adversaires remuants.
7/10
Scénario et histoire :
L’histoire de Kingdom Hearts MoM est ni plus ni moins celle de tous les jeux Kingdom Hearts passés, mais en vitesse accélérée. Une belle réussite.
8/10
Durée de vie :
De base, uniquement en comptant le Tour des mondes et ses (plus de) 140 morceaux, elle est conséquente. Si vous vous lancez en plus à la conquête de toutes les étoiles (trois par niveau), elle devient monstrueuse. Ajoutez à cela la possibilité de refaire encore et encore les musiques par plaisir ou pour décrocher le graal du « S », le mode multi ou la coop, et vous obtenez un jeu infini. Ni plus ni moins.
10/10
Rapport qualité / prix :
Je pense que le public cible de ce jeu (fan de la licence ou des jeux de rythme, pas si nombreux) en aura pour son argent.
8/10
Coup de coeur :
Ne connaissant pas la saga Kingdom Hearts mais aimant les jeux musicaux, et notamment Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call du même studio, j’avais lancé la démo avec envie mais peu d’attentes. Convaincu, je me suis attaqué au jeu complet et j’ai finalement adhéré au gameplay frénétique, pas toujours évident mais satisfaisant, et été emporté par l’univers sonore et esthétique de cette franchise à la richesse incroyable. Kingdom Hearts Melody of Memory est un medley mélodieux, coloré et fort sympathique, foisonnant d’univers et personnages Disney que j’ai eu plaisir à retrouver, et qui a percé mon petit cœur de gamer.
9/10
Total : 8.6/10

 

Nous remercions Square Enix / Lu6.1 qui nous ont fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Demon's Souls sur PS5, un remake qui tue!PS5

[Test] Demon's Souls sur PS5, un remake qui tue!

Pour le lancement de la PlayStation 5, Sony a décidé de faire du neuf avec du vieux, en proposant un remake du plébiscité Demon's Soul, sorti en 2009 sur PS3. Le titre de From Software, pionnier d'un genre qu'on baptisera par la suite "Soulsborne", s'est donc vu offrir une refonte complète par le studio Bluepoint Games. N'ayez pas peur de mourir!
Lire la suite...

Image de couverture de [Test] Godfall sur PS5, plus dure sera la chutePS5

[Test] Godfall sur PS5, plus dure sera la chute

Godfall est un RPG de type slasher/looter développé par Counterplay Games édité par Gearbox et distribué par Just for Games. Sorti sur PC également, le jeu est une exclusivité temporaire de 6 mois sur PS5. Endossez votre Valorplate et accompagnez moi pour sauver Aperion!
Lire la suite...

;