Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Valfaris sur Switch, que le carnage commence!

Image de couverture de [Test] Valfaris sur Switch, que le carnage commence!

Après Slain : Back from Hell, Andrew Gilmour revient pour un nouveau titre, édité par Big Sugar. Un titre qui promet, comme son aîné, du challenge, de la sueur et du sang… Mais aussi du Metal !

Sorti sur PC et Switch le 10 octobre, le jeu est annoncé pour le 5 novembre sur PS4 et le 15 du même mois sur Xbox One. Test réalisé à partir de la version Switch.

 

Fiche technique :

  • Genre : Shooter 2D
  • Développeur : Steel Mantis / Big Sugar
  • Plateformes : PC, Switch, PS4, Xbox One
  • Prix : 24,99 €
  • Version : 1.00
  • Taile : 852 Mo
  • Date de sortie : 10 octobre 2019
  • Disponibilité : Dématérialisé et physique

 

Badass ! 

Therion (pas Lannister) est de retour sur Valfaris, la planète gouvernée par Vroll, son père, avec la ferme intention d'en découdre avec lui. Il traverse la galaxie à bord de son vaisseau en forme de tête de loup, accompagné de Hekate son intelligence artificielle, le tout sur fond de musique Métal. 

 

 

N'étant pas attendu sur Valfaris comme le fils prodigue, des gardes armés l'accueillent en lui tirant dessus au fusil laser. Pas grave ! Il leur atterrit directement sur la tronche dans un vacarme mêlant le frottement du métal sur le sol aux os broyés et au sang qui gicle ! Voilà qui donne le ton du jeu que l'on vient de commencer. 

Puis Therion sort du vaisseau : c'est un badass en armure rouge sang et aux cheveux longs et noirs de jais, équipé d'une épée à la lumière bleutée et d'un gros pétard. C'est parti pour un long et douloureux voyage vers la vengeance… 

 

La boucherie Therion, ce n'est pas la boucherie Sanzot

Valfaris est un shooter en 2D et en pixel art. Si les images peuvent faire penser qu'il s'agit d'un soft bien bourrin, en fait ce n'est pas le cas. Du moins, pas tout à fait. Alors oui, quand on bute du troufion de base, il a tendance à éclater en morceaux, oui, si on lui met un coup d'épée, le mec peut se couper en 2 et il y a du boyau qui pendouille un peu. Voire des jambes qui continuent à marcher un peu toutes seules… Oui quand on trucide des animaux (extraterrestres mutants, Brigitte don't panic), y a des morceaux et des côtelettes qui traînent. Tout ça, ça fait bourrin, je l'avoue. 

 

 

Par contre il ne faut pas s'attendre au one man army invincible qui se pose et éradique la moitié de la planète sans bouger. Dans Valfaris, on meurt. Beaucoup même. Le moindre coup fait (très) mal et il n'en faut pas beaucoup pour nous envoyer ad patres. Tout comme dans Slain, il va falloir s'accrocher pour sortir indemne de ce joyeux bazar. 

 

Pourquoi avoir un gros flingue quand on peut en avoir un encore plus gros ? 

On commencera l'aventure équipé donc de cette épée bleue (touche X) et d'un flingue aux munitions illimitées qui tire des boules d'énergie bleues également (touche Y). En avançant, Therion pourra collecter un nouveau type d'armes, des beaucoup plus gros flingues (touche A) qui consomment de l'énergie, représentée par la barre bleue, elle même sous la barre rouge représentant la santé du héros. L'énergie nécessaire au fonctionnement de ces armes se collecte simplement en tuant des ennemis. Ce sont leurs âmes qui sont aspirées. Quant à la barre de santé, elle se recharge en collectant des cœurs. Et pas des cœurs genre Ribrianne et le pouvoir de l'amour hein, des cœurs comme celui qu'on voit en biologie quand on étudie le corps humain. 

 

 

J'ai apprécié aussi l'utilisation du bouclier (en maintenant la touche ZL). Quand il encaisse des dégâts, celui-ci aussi consomme l'énergie de la barre bleue. On ne peut donc pas indéfiniment rester planqué derrière et attendre que la tempête passe. Quand on l'active au moment de recevoir un projectile, ça permet de le bloquer puis de le renvoyer à son propriétaire. Il est même possible de le diriger. 

Tous ces types d'armes peuvent être collectés soit après avoir battu un boss, soit dans des salles (plus ou moins cachées) comportant un challenge : avec une énergie illimitée pour se servir du gros pétard, on doit venir à bout d'une vague d'ennemis sans mourir. Quand Therion en récupère une, on a droit à une petite séquence de air guitar où le lascar balance sa tête (et sa tignasse) de haut en bas comme un bon gros metalleux. 

 

 

Sur la mortelle route, on peut collecter des idoles de résurrection. Elles ont 2 fonctions possibles : la première étant d'activer des check points disséminés à droite et à gauche. Parfois avant un passage difficile ou un boss, parfois avant absolument rien de spécial. La seconde est d'octroyer à notre héros un bonus de santé et d'énergie : les 2 barres respectives augmentent. C'est pourquoi il y a une gestion de ces idoles à faire : si j'active chaque check point, je n'aurais pas beaucoup de santé et d'énergie. Si je garde mes bonus, quand je meurs je vais repartir de loin. 

Enfin, je mentionnerai aussi que les checkpoints, une fois activés, permettent de gérer nos armes. Il est donc possible de choisir lesquelles équiper, et d'améliorer leur portée et leur puissance via un système d'upgrade. Pour cela, il faudra collecter des minerais de sang, cachés dans des éléments destructibles du décor. 

 

 

À la multitude d'armes proposées, du pistolet mitrailleur au lance-flammes, en passant par le fusil-à-pompe-laser-de-la-mort-qui-tue et le lance missiles, s'ajoutera la possibilité de faire une balade en mecha pour un plaisir de destruction plus intense encore. 

 

Metal hurlant

Valfaris est un soft qui illustre bien cette génération de jeux "néo rétro" dont on peut profiter aujourd'hui. Car il s'agit bien d'un jeu en 2D et en pixels mais visuellement beaucoup plus riche et détaillé qu'un jeu véritablement rétro. Les animations du personnage, comme celles des boss et même des ennemis de base sont très variées. Les décors également fourmillent de détails, aussi bien au premier qu'à l'arrière plan. Les couleurs choisies rendent une ambiance glauque, un style heroic fantasy très sombre. 

 

 

La bande son, vous l'aurez compris très Metal, a été enregistrée par Curt Victor Bryant du groupe Celtic Frost. J'avoue ne pas être spécialiste du genre mais en tout cas, ça réveille ! Ça donne un sacré coup de boost à l'action ! 

Je précise que le jeu est disponible intégralement en Français, et même si ce n'est pas un jeu à forte vocation littéraire, c'est toujours très appréciable.

 

Conclusionaris

Valfaris fait partie à mon sens des must have pour tout amateur de shooter, de rétro gaming et de challenge. Son hyper violence gore combinée à sa bande son metal nerveuse lui confèrent une ambiance particulière, tout comme son personnage principal, une sorte de Conan le barbare 2.0 sans pitié et dopé aux stéroïdes et à la testostérone. On n'a pas affaire ici à un fragile qui pense régler ses conflits par le dialogue. 

 

 

Vous l'aurez compris, j'ai été totalement conquis. Alors bien sûr, il ne faut pas avoir peur d'en baver, être prêt à mourir des dizaines de fois pour bien comprendre la pattern du boss qu'on affronte, mais une fois qu'on le vainc, quel kif !

 

Notes :

Les +

  • Gore
  • Nerveux
  • Le challenge

Les -

  • Attends, bouge pas je vais trouver un truc...

On aurait aimé :

Un mode coop, ça aurait pu être fendard

Dans le même genre :

Slain, Blazing Chrome

Graphismes :
Pixel art de grande qualité, personnages très détaillées tout comme les décors
9/10
Musique et sons :
Bande son metal qui dépote, effets sonores immersifs, très bons tous les 2
9/10
Gameplay :
Gameplay nerveux, mécaniques variées, rien à redire
8/10
Scénario et histoire :
Une histoire de vengeance dans un monde heroic fantasy des plus cruels... top!
8/10
Durée de vie :
Variable selon le skill, je ne saurai donner une réelle durée de vie... De 15 à 25 heures me semble une bonne fourchette, certains arriveront peut être à la fin plus rapidement
7/10
Rapport qualité / prix :
24.99€ en dématérialisé, 34,99€ en physique. On a connu moins bon pour plus cher!
7/10
Coup de coeur :
A votre avis?
9/10
Total : 8.1/10

 

N'hésitez pas à commenter et nous dire ce que vous avez pensé du test et du jeu !

Nous remercions Big Sugar qui nous a fourni une clé de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon :

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] BurgerTime Party! sur Switch, quelle sauce chef?Switch

[Test] BurgerTime Party! sur Switch, quelle sauce chef?

Marvelous nous propose une version revisitée de BurgerTime, le classique de Data East sorti en 1982 sur borne d'arcade. Depuis, on ne compte plus le nombre d'itérations mettant en scène le petit cuistot de hamburgers. Sorti le 8 octobre sur Switch, ce nouvel opus baptisée BurgerTime Party! annonce plus de 100 niveaux ainsi que des nouveautés… J'enfile mon tablier et je vous dis ce qu'il en est !
Lire la suite...