Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] War Tech Fighters sur Switch, appelez moi le mechanicien!

Image de couverture de [Test] War Tech Fighters sur Switch, appelez moi le mechanicien!
Consultez directement le verdict

Amateurs de mechas, War Tech Fighters développé par Blow Fish Studios et édité par Drakkar Dev est sorti depuis le 27/06/2019 en version digitale. Il est également disponible en version physique depuis mars 2020 chez Red Art Games.

 

Fiche technique :

  • Genre : Action
  • Développeur : Drakkar Dev
  • Editeur : Blow Fish Studios
  • Langues : Français, anglais, itailen, espagnol
  • Plateformes : Switch, PS4, Xbox One, PC
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 17,99 € en digital, 29,99€ en édition physique limitée
  • Tirage : 2800 exemplaires sur Switch, 1500 sur PS4
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 8 Go
  • Date de sortie : Mars 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Space Mecha

Il y a bien longtemps, dans une lointaine, très lointaine galaxie… euh je m'égare ! Mais c'est quand même très loin. Là où brille un soleil noir, les humains sont aux prises avec l'empire galactique Zatros. Deux colonies rivales, Hebos et Ares décident malgré leurs désaccords de faire front commun contre l'empire. Le jeu nous propose d'incarner le capitaine Nathan Romanis, qui pilote un robot War Tech, un mecha gigantesque et surarmé. Dans une suite de missions aux quatre coins de la galaxie, la lutte contre l'oppression sera intense et permanente…

Bizarre ce soleil non?

 

Mecha tuning

Le soft propose un peu plus d'une trentaine de missions avec des objectifs assez redondants (abattre une flotte ennemie, pirater des terminaux, infiltrer une base ennemie…). On commence avec le War Tech de base, parmi 3 classes : le Hawk rapide mais plutôt faible en défense, le Lynx qui est équilibré et le Rhino, véritable tank, peut encaisser plus de dégâts au détriment de la vitesse. On pourra ensuite le customiser à sa guise. En premier lieu les couleurs, accessibles dès le début, puis les différents équipements. 5 parties différentes du mecha peuvent être modifiées :

  • La tête

  • Les bras

  • Le torse

  • Les jambes

  • L'épée

3 classes, 3 façons de jouer

 

Tous ces nouveaux joujous nécessiteront bien sûr de passer à la caisse avec les crédits obtenus à la suite des missions effectuées. Certains devront préalablement êtres débloqués en ramassant des collectibles cachés au milieu des débris d'astéroïdes. Il y a vraiment un large panel d'équipements pour personnaliser son robot, on peut passer un temps fou à tous les essayer pour voir à quoi ça ressemble, etc… Mais il ne faut pas perdre de vue l'influence de ces derniers pour les statistiques, les plus jolis n'étant pas forcément les plus efficaces !

La customisation et le choix des missions, ainsi que la partie recherche et développement entre autres, se font depuis le vaisseau de transport qui sert de hub. Un hub d'ailleurs plutôt sympa où l'on voit les différentes équipes bosser autour de notre mecha.

Ca bosse dur!

 

Enfin, après avoir sélectionné une mission, on est littéralement projeté dans l'espace par des fusées. Bien sûr, on est pas toujours le bienvenu et on se fait rapidement attaquer par un tas de petits vaisseaux. Ça vole dans tous les sens en nous tirant dessus, un peu comme si on était attaqué par une nuée d'insectes. Pour s'en défaire, notre robot dispose d'un canon léger équipé sur le bras droit et d'un canon lourd, plus puissant mais avec une cadence de tir bien moins élevée, sur le dos. Ces 2 armes sont alimentées par l'énergie du mecha, qui se recharge d'elle même quand on cesse de tirer. Mais Zatros possède aussi des War Tech dans sa flotte. On peut les combattre à distance comme les vaisseaux mais on aura souvent à les affronter à l'épée. Cela donne lieu à des duels où l'on peut choisir parmi 3 commandes : bouclier, coup léger et coup lourd. Le duel s'arrête quand l'un des deux est détruit ou n'a plus d'énergie. D'ailleurs, quand on achève un adversaire à l'épée (War Tech ou petit vaisseau), cela déclenche une petite cinématique bien sympa où l'on peut voir par exemple l'ennemi coupé en 2 puis exploser.

Attention chérie, ca va trancher

 

Inspirations nippones

La réalisation du soft est très correcte, surtout sachant qu'elle vient d'un studio indépendant, et que son prix est loin d'être excessif.

Graphiquement, ça tient bien la route et à l'instar de Subdivision Infinity DX, également publié par Blow Fish Studios, les décors spatiaux sont superbes. Planètes, étoiles, débris d'astéroïdes et autres stations spatiales rendent très bien. D'ailleurs, les 2 jeux ont beau avoir été développés par 2 studios différents, ils sont sortis tous les 2 à la même époque et proposent un cadre et un gameplay assez similaires. Là où l'un proposait de customiser des vaisseaux spatiaux, l'autre en fait de même avec ses mechas. J'ai néanmoins trouvé la gestion de l'inertie moins convaincantes pour War Tech Fighters. En effet, dans Subdivision Infinity DX, lorsque l'on arrêtais de mettre les gaz avec le vaisseau, celui-ci "dérivait" encore un peu, ce qui n'est pas le cas avec War Tech Fighters. Il n'y a aucune inertie, pas même de sensation de flottement.

Les décors sont superbes

 

On note bien sûr une forte influence Gundam dans le soft, que ce soit le style, ou dans la customisation mais avec une apparence moins japanime, plus occidentale.

Duel à l'épée dans l'espace


La bande son n'est pas exceptionnelle je trouve, par contre les doublages (en anglais) sont plutôt bons. D'ailleurs, étonnamment, le jeu ne détecte pas la langue de la console et est de base réglé sur l'anglais mais le français est bien disponible via les options. On peut également y activer ou non la visée automatique ainsi que le mode réaliste. Enfin, mais c'est également disponible in game, on peut également y activer le mode de jeu à la première personne.

Dans sa version physique distribuée par Red Art Games, War Tech Fighters est donc livré dans sa boîte, avec en plus un fourreau en carton.

 

War Tech Conclusion

Drakkar Dev nous propose ici une alternative indépendante à de plus gros jeux de mechas tels que Gundam ou Daemon X Machina. Un jeu vraiment sympa, on passe un moment agréable dessus, notamment à customiser son mecha grâce à la large palette de configurations possibles. Quand bien même les objectifs sont assez redondants, le jeu ne manque pas d'action, et les cinématiques de destruction à l'épée sont spectaculaires. N'hésitez pas à vous le procurer d'autant qu'il est proposé à un prix tout à fait accessible.

 

 

Verdict :

Les +

  • Graphismes
  • Nombreuses possibilités de customisation
  • De l'action

Les -

  • Pas vraiment d'inertie dans les déplacements

On aurait aimé :

En savoir plus sur le background des personnages

Dans le même genre :

Daemon X Machina, Gundam Breaker, Subdivision Infinity DX

Graphismes :
Bien travaillés, ces décors spatiaux et ce qu'ils contiennent sont vraiment superbes
8/10
Musique et sons :
Si l'OST n'est pas top, les doublages sont dans l'ensemble convaincants
7/10
Gameplay :
Le jeu se laisse facilement prendre en main, le mecha dans l'espace est un peu trop statique
7/10
Scénario et histoire :
Scénario assez en retrait, aurait pu être mieux mis en avant et developpé
6/10
Durée de vie :
Entre 15 et 20 heures environ
7/10
Rapport qualité / prix :
Proposé à 18€ en démat et 30€ en édition physique limitée, c'est un bon rapport pour un jeu de cette qualité
8/10
Coup de coeur :
Etant amateur de mechas, je me suis bien amusé avec War Tch Fighters oui!
7/10
Total : 7.1/10

 

Nous remercions Red Art Games qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...