Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Warlock's Tower - Le facteur chance n'existe pas - PS Vita

Image de couverture de [Test] Warlock's Tower - Le facteur chance n'existe pas - PS Vita

Un nouveau jeu remue méninges développé par MidiPixel et édité par Ratalaika Games est sur les rails. Et même si cette fois-ci ce n’est pas un jeu 3D, les pixels sont de nouveau au rendez-vous !

Warlock’s Tower est un jeu d’aventure… qui habille habilement un jeu de puzzle, j’ai nommé le “Go”. Fans de Lara Croft Go et Hitman Go, cette histoire pourrait bien vous plaire…

 

Fiche technique :

  • Genre : Aventure, Puzzles, Pixel retro
  • Développeur : MidiPixel / Ratalaika
  • Plateformes : PS Vita / PS4 (cross-buy)
  • Prix : 4,99 €
  • Version : 1.00
  • Taile : 56 Mo
  • Date de sortie : 29 mai 2019
  • Disponibilité : Dématérialisé
  • Platine : Oui
  • PS TV : Oui
  • Test sponsorisé : Non
  • Obtenu via : Clé de review

 

Warlock’s Tower dispose du strict minimum en terme de menu principal : jouer et options. Ce qui est drôle c’est que l’indicateur de menu sélectionné partout dans le jeu est une petite lettre postale pixélisée.

Les options permettent d’ajuster les effets sonores, la musique, la langue, et enfin effacer toutes les données de jeu.

menu principal

 

C’est l’histoire d’un sorcier et d’un postier

Oui je m’égare, parlons de l’histoire. Le sorcier maléfique “Warlock” n’est pas content ! Il veut détruire l’humanité, épuiser les ressources naturelles, défoncer tous ceux qui s’opposent à son règne… ça me rappelle un petit nabot à mèche blonde… enfin passons.

Mais comme ce n’est pas suffisant pour faire fuir le reste de l’humanité sur Mars, toutes les nations lui écrivent une belle lettre avec un message de paix et d’amour (que c’est beau). Sauf qu’à défaut d’une livraison par drône, c’est une mission pour un postier du nom de Paperbo… euh …Tim.

Arrivé à la tour, il n’y a pas de sonnette, ni de tyrolienne pour apporter la lettre à bon port. Il va donc falloir faire comme le livreur de pizza (bonne poire qu’il est) et traverser les nombreux étages (sans ascenseur) de la tour maudite de Warlock ! Pourquoi maudite ? car elle absorbe la vie des gens qui la parcourent. Pratique pour ne pas être dérangé par les démarcheurs le dimanche matin, mais vraiment dommage pour vous !

qui sera assez fort
Une fois de plus c'est bibi qui s'y colle...

 

L'escalade de la terreur

La tour est découpée en étages qui feront office de chapitres. De manière tout à fait classique, chaque étage propose un certain nombre de niveaux (en général 7 ou 8).

Comme à l’accoutumée les premiers niveaux seront faciles, puis la progression ajoutera des éléments de gameplay, mettra en place des ennemis, de nouvelles règles qui rendront votre parcours (et sa résolution) encore plus complexe.

sois pas groumand
Chaque niveau contient une petite phrase drôle en sous-titre, qui annonce la couleur...

 

Un aspect dot matrix

Comme promis, vous êtes dans un monde de pixels… 2D. La particularité ici est que chaque ligne et colonne de pixels de votre écran est délicatement séparée par une bordure quasi invisible, augmentant l’effet “matrice de pixels” (dot matrix) comme nous pouvions le voir sur GameBoy. Justement en parlant de ça, le jeu est quasi monochrome (Noir, Blanc et plusieurs tonalités d’une couleur d’accentuation : vert pour l’instant).

vue de dessus
Votre progression se fera donc dans ce monde de pixels 2D et en vue de dessus ! Bien pratique ce dallage.

 

Allez go go go…

Le principe du Go c’est de gérer ses déplacements, tour par tour. A chacun de vos mouvements, des choses se passent et des conséquences en découlent.

Ici vous vous déplacez sur une grille de blocs qui est représentée visuellement par une pièce ou un ensemble de corridors et couloirs dans une pièce.

Première conséquence d’un seul déplacement : Vous perdez une vie ! Quoi ? Comment ? je meurs direct ? Non, par vie on va dire que vous perdez une unité de vie. Votre vie est un compteur. Ce compteur démarre à 3… c’est pas énorme, on n’ira pas bien loin. A chaque pas vers une autre case du plateau, votre compteur se décrémente donc.

Utilisez le joystick gauche Joystick gauche ou la croix directionnelle GaucheHautDroiteBas pour vous déplacer. Arrivé à zéro c’est la vraie mort… il n’y a plus qu’à recommencer le niveau.

maillage

Heureusement le maillage de cases et de murs est parsemé de petites bulles de pixels contenant chacune un chiffre. Si vous passez dessus, votre chiffre de vie prend la valeur de la bulle (cela ne se cumule pas, faut pas rêver). Encore faut-il bien calculer votre itinéraire pour arriver à temps jusqu’à la porte d’arrivée.

Pour vous aider, d’autres types d’items seront disponibles, tout d’abord un losange avec 5 unités… de quoi espérer un peu plus “d’autonomie”. Mais attention, comme expliqué précédemment, si vous passez sur une bulle “3” juste après être passé sur un losange “5”, votre vie tombe à 3. Il faudra donc bien organiser et optimiser vos déplacements. Pas de gaspi car le compte juste (ou presque) de bulles et losanges est présent sur le chemin idéal du “plateau”.

Si vous êtes bloqué vous pouvez utiliser la touche Carré pour redémarrer avant de mourir.

 

Un puzzle géant, mais pas seul...

Au début c’est bien pépère, on s’amuse à régler un puzzle simple : partir du point A et arriver au point B avec suffisamment de vie. Mais si seulement la “vie” d’une tour maudite était si simple… Vous croyiez vraiment que jusqu’à l’antre de Warlock se serait une petite balade de santé ? La réponse est non !

Déjà, vous ferez la rencontre de Warlock en personne. Pourquoi ne pas lui refourguer la lettre de suite et s’enfuir la queue entre les jambes ? Visiblement c’est juste son hologramme.. mince !

Il nous souhaite la bienvenue sur son terrain de jeu et nous traite au passage “d’esclave du courrier” ou de “petite tête”. On cerne déjà le personnage.

pitoyable facteur
J'suis pas venu ici pour souffrir, OK ????

 

En début de niveau, un mini tuto animé explique parfois les nouveautés de gameplay, ce qui est très pratique. En fin de niveau un joli panneau “Victoire” inonde le centre de l’écran… et je dois avouer que parfois ce sera une réelle victoire.

Plus vous avancerez, plus les niveaux seront vastes, il faudra même parfois scroller avec le stick droit Jostick droit.
Qui dit vaste dit plus de chemins possibles, dit plus de façons de mourir.

Comme je l’annonçais en titre, vous ne serez pas seul longtemps et aurez rapidement la visite de créatures plus ou moins amicales. A commencer par les zombies. Leur vie est infinie (normal ils sont déjà morts et ce sont peut-être d’anciens postiers, qui sait…)

zombies
That's in your heaaad, in your heaaaad, zommbie, zommmbie, zoooombie ie ie ie oh oh oh

 

A chacun de vos déplacements (en réalité, tous les 3 pas), ils avancent d’une case, dans votre direction. Ils seront plusieurs, autant vous dire qu’il va falloir encore mieux planifier votre parcours.

Comme tout bon jeu vidéo qui se respecte... allez, je vous laisse deviner…
.
.
.
.
Il faudra ramasser des clés ! Afin d’ouvrir une porte il faudra parfois faire un petit détour pour chopper la clé.

cles
Quelle facheuse manie il a ce sorcier de paumer ses clés n'importe où !

 

Un bon point c’est que vous ferez des rencontres amicales. Notamment un troubadour qui vous proposera son aide, mais... pas pour résoudre les puzzles ni pour tuer des ennemis… pas très pratique.

 

Le Go et le tour par tour dans toute sa splendeur.

Warlock’s Tower comporte un bon nombre de chapitres. C’est l’occasion de changer de décors (Donjon, usine, bibliothèque, garde-manger...) et de couleur dominante. Vous passerez du vert au bleu, puis à l’ocre ou au violet…

Bien entendu chaque chapitre ajoute son lot de nouveautés, de dialogues, de pièges, ennemis et puzzles. Mais ce n’est pas tout, Warlock’s -bon prince qu’il est- vous octroie également des power ups pour vous faciliter la tâche. Dont un pour poser un “checkpoint” où bon vous semble, en appuyant sur Rond. Il y en aura d’autres par la suite, je vous laisse découvrir cela par vous-même.

Petite nouveauté qui a la cote en ce moment, on en parlait dans le test de Team Sonic Racing, l’entraide et le coop. Ici vous aurez la capacité après avoir rencontré Jess, de switcher entre 2 personnages sur quelques niveaux particulier tout le long de votre périple… histoire de rajouter un peu plus de complexité mais aussi une grosse dose de coopération. En effet votre jauge de “vie” est partagées, l’un pourra la remplir et en faire profiter l’autre, et inversement, ce qui décuple les possibilités d’avancer.

team coop
L'entraide avant tout !

 

D’autres mécanismes arriveront par la suite (avec des tapis roulants, leviers, téléporteurs par exemple) mais je ne vous dévoile pas tout et vous en laisse la surprise.

Sachez juste qu'un nombre térrifiant de mécaniques de jeu "classiques" que l'on connait déjà sont ici compilées, ce qui est TRES appréciable.

levier
Sacré Warlock, il a du en "lever" de la minette avec ses blagues (ok elle est nulle et mysogine, je retire)

 

La musique au coeur du 8 bits

La bande son et les effets sont dans le plus pur style Gameboy. Je trouve que, même si toutes les musiques ne sont pas à mon goût, elles sont bien composées et sont très fidèles à ce que l’on est en droit d’attendre de la nostalgie 8 bits portable.

Les effets sonores sont simples, efficaces et là aussi tout à fait conformes.

A noter que les traductions des textes sont très bien faites et de nombreux jeux de mots sont présents (pour notre plus grand plaisir). Par contre il n’y a évidemment pas de voix pour les personnages. 8 bits oblige.

couleur
Bon ici pas de jeu de mot mais de la taquinerie... beaucoup de taquineries...

 

Difficulté et trophées

Les trophées récompensent l’avancée totale dans le jeu. Il sera difficile d’en louper à moins de vraiment rusher.

Le jeu en lui-même est facile au niveau du gameplay, les puzzles et la logique sont très progressifs (et ce dans chaque chapitre). Je ne pense pas que vous butterez très longtemps sur des niveaux en particulier car si un chemin ne marche pas il suffit d’en tester d’autres jusqu’à que ça le fasse. Les seuls moments qui m'ont posés le plus de difficulté étaient les phases coop. La variété des mécaniques de jeu combinées dans les derniers chapitres apporte là aussi son lot de bouillonnage de cerveau.

trophées
Etre postier platine ça se mérite !



Conclusion :

Warlock’s tower est un jeu qui, sous l’apparence de simplicité GameBoyesque, est extrêmement bien réalisé. Le détail apporté au rendu des pixels, l’originalité du scénario, l’habillage des puzzles, les petites animations quand le personnage ne fait rien de manière prolongée, le chara design des personnages, les énigmes, les variation de gameplay, l’évolution des décors, la musique, les dialogues à jeux de mots… beaucoup de choses au final qui me plaisent énormément !

Pratique et agréable pour de courtes sessions dans les transports ou à la maison, j’ai beaucoup aimé y jouer de manière segmentée et y revenir pour mettre mon cerveau à l’épreuve.

Je suis heureux que Ratalaika ait renoué avec des jeux de meilleure qualité et surtout ait dosé correctement la gestion des trophées. Je vous recommande totalement ce petit Warlock’s Tower, surtout si vous aimez l’aspect Gameboy, vous triturer les méninges avec une belle petite aventure et aussi... si les réflexes ce n’est pas votre kiff (Awesome Pea ?).

merci
Merci pour ce judicieux conseil Père Fourras...


On a aimé :

  • Des graphismes très propres
  • Un bel habillage scénaristique
  • De très nombreuses mécaniques de jeu
  • De nombreux défis à relever
  • Une durée de vie bien sympa

On n’a pas aimé :

  • Certains puzzles vraiment costauds
  • Parfois répétitif (j'essaye de trouver des défauts)

Dans le même genre :

  • Hitman Go
  • Lara Croft Go
  • Steamworld Heist

 

Notes :

Graphismes :
Un des meilleurs rendus 8bit/GameBoy que j'ai pu voir jusque là
8/10
Musique et sons :
Très fidèle à l'univers 8 bit rétro portable
7/10
Gameplay :
Un gameplay sans faille, des temps de chargement inexistants, des puzzles bien faits
8/10
Scénario et histoire :
Un scénario certe classique (le héros seul pour sauver l'humanité) mais une originalité dans les détails et les dialogues
8/10
Durée de vie :
Durée de vie très bonne si vous ne trichez pas avec un guide ;).
7/10
Rapport qualité / prix :
Un prix totalement justifié
8/10
Coup de coeur :
Gros coup de coeur pour ma part
8/10
Total : 7.7/10

 

N'hésitez pas à commenter et nous dire ce que vous avez pensé du test et du jeu !

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire