Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Rétromod] Passer son Amiga 500 à 1Mo (Rev. 6a, Onboard Chip Ram)

[Rétromod] Passer son Amiga 500 à 1Mo (Rev. 6a, Onboard Chip Ram)
Flèche vers le bas Consultez directement le verdict

En cette ère de grâce de fin des années 80, lors de terribles affrontements successifs de consoles de toutes marques et de tous horizons, nous voici en présence de LA machine, LE micro-ordinateur de l’âge d’or : Le Commodore Amiga 500, plus communément appelé A500.

“Youhouuuuu les Atari-Fans, restez-là, on vous aime aussi !”

Dans ce guide, nous allons découvrir ensemble, comment modifier directement la carte mère de nos chers Amiga 500 pour bénéficier de 1Mo de Ram au lieu de 512Ko (oui je parle bien de Ko/Mo, ce n’est pas une erreur ), sans passer par une classique et couteuse carte d'extension mémoire !

 

L'amiga 500 : Fiche technique

  • Fabricant : Commodore
  • Modèle : Amiga 500
  • Type : Micro-ordinateur
  • Processeur : Motorola 68000
  • Mémoire : 512 Ko, extensible à 1 Mo
  • Date de sortie : 1987
  • Fin de production : 1991
  • Média : Disquette 3”½ 880 Ko

 

Informations sur la modification :

  • Difficulté : 3 sur 5
  • Temps de montage : 2 à 3h
  • Budget : ~7 € (avec supports)

  !   Veuillez noter que ces modifications se font intégralement à vos risques et périls. Nous ne pouvons être tenus responsables des dommages pouvant résulter de cette modification.

 

Rappel :

Pour rappel, L’Amiga 500 s’est décliné en plusieurs révisions de carte mère :

  • Rev. 5 (et antérieurs) : Pas d’emplacement libre pour l’ajout de RAM sur la carte mère.
  • Rev. 6A : Emplacements disponibles pour 512Ko supplémentaires sur la CM.
  • Rev. 8A : Carte mère de l’Amiga 500+; Emplacements disponibles pour l’horloge et 512Ko supplémentaires de RAM)

 

Ce qui va suivre concerne uniquement le Commodore Amiga 500 Rev.6A, équipé d’une puce FAT AGNUS 8372.
(Ne concerne pas les autres révisions de carte mère, ni les Rev.6A avec une puce FAT AGNUS 8370 ou 8371)

 

Les différentes mémoires RAM de l’Amiga :

Loin de notre monde actuel où le prix de la mémoire vive est accessible, dans les années 80, les contraintes techniques et financières de l'époque faisaient qu'il n'était pas toujours possible de proposer dans un ordinateur ou une console la totalité de la mémoire dans un seul format, à la fois vaste, rapide et peu cher. Il fallait parfois composer avec plusieurs "catégories" de mémoires que nous pouvions avoir à disposition :

Slow RAM

Est une mémoire lente, s’ajoutant via l’extension mémoire. Le système sera ralenti en cas de surcharge de données car le processeur sera régulièrement en train d'effectuer des cycles "à vide" attendant que celles-ci lui parviennent.

Chip RAM

Est la mémoire présente sur la carte mère, permettant également de faire tourner des programmes plus gourmands. Elle est plus rapide que la Slow RAM. A partir de la Rev. 6A, la carte mère dispose d'emplacements de RAM libres (1 sur 2), laissés vacants mais "câblés".

Fast RAM

La plus rapide des trois, mais uniquement dispo pour le processeur principal. Considérée parfois à tort comme de la mémoire graphique dédiée. Son usage est pourtant plus vaste.

Les avantages de nous focaliser sur la Chip RAM :

  • L’intégralité de la mémoire sera en permanence disponible (contrairement à une extension mémoire de type A501 ou compatible)
  • 1Mo de Chip Ram totale au lieu de 512Ko d’origine
  • La rapidité
  • Pouvoir utiliser les jeux/logiciels qui requièrent obligatoirement 1Mo
  • Le prix et la disponibilité !

 

Matériels nécessaires :

  • Tournevis cruciforme (et Torx T10 selon l’usine d’assemblage)
  • Matériel de soudure (Fer à souder, pompe à dessouder, étain)
  • Et forcément, un Amiga 500, de la patience et de la minutie.

 

Composants à acheter :

  • x4 Puces de RAM TMS44C256-10N (ou compatibles : MB81C4256A-70 / HY51C4256S-12 / HYB514256A-70 / …)
  • x4 Condensateurs 330nF 50V céramiques (axial ou monolithique).
    Vivement recommandés, ils servent de filtrage d’alimentation, permettant de protéger les puces contre des pics/chutes de tension.
  • x4 Supports DIP20 (optionnels), pour faciliter le remplacement d’une vieille puce mémoire défaillantes.
    (Attention à la hauteur des supports, pouvant faire toucher puces/blindage. Nous en parlerons plus tard.)

 

composants

Tous les composants nécessaires (Supports optionnels).

 

Démontage

Amiga 500

Le cobaye utilisé (A500 Rev.6A). Il a un peu jauni avec le temps :)

 

Pour retirer le capot supérieur, retournez votre Amiga puis dévissez les 6 vis de la coque ainsi que les 3 vis de fixation du lecteur de disquette :

dos

 

Débranchez le connecteur et retirez le clavier :

intérieur

 

Retirez le blindage en dévissant les 4 vis (cruciformes ou Torx T10) et soulevez les languettes métalliques :

blindage

 

  !   Une fois le blindage retiré, vous devez ABSOLUMENT vérifier 2 points essentiels avant d’aller plus loin :

  • N°1 : Que votre carte mère soit bien une révision 6A.

rev 6A

  • N°2 : Que vous disposez bien de la puce FAT AGNUS de référence 8372A, capable de gérer jusqu'à 1Mo de ChipRAM.
    (Une puce Fat Agnus 8370 ou 8371 ne peut gérer que 512Ko.)

fat

Si ces 2 conditions ne sont pas remplies, ARRÊTEZ-VOUS et remontez votre Amiga, la modification que nous abordons n'est pas possible pour votre modèle.

 

La suite :

- Retirez le lecteur de disquette en débranchant les 2 nappes et en desserrant la vis latérale (sans l’enlever) :

disquette

 

- Retirez la carte mère complète en faisant levier sur le gros “clip” en plastique :

carte mère

 

Dévissez les 12 vis des prises du panneau arrière, afin de pouvoir enlever le blindage se trouvant sous la carte mère. (Commencez avec une petite pince plate pour les débloquer, puis dévissez-les à la main.)

vis

 

Le démontage est terminé.

 

Modification

La carte mère étant entièrement démontée, nous allons nous occuper des 3 zones indiquées ci-dessous :

zones

 

Commencez par l’emplacement des RAM et des condensateurs de filtrage :

ram

Selon les usines d’assemblage de l’époque, vous allez pouvoir tomber sur une carte mère où toutes les pastilles (pour les composants à ajouter) sont trouées (comme sur la photo ci-dessus)...

Ou bien sur une version où toutes les pastilles sont remplies d’étain. Dans ce cas vous allez devoir jouer de la pompe à dessouder sur 88 trous (quel parcours de Golf ^^') pour retirer l’étain présent !

Ce “contre-temps” passé, vous pouvez attaquer la soudure des composants.

 

x4 Supports DIP20 (Optionnels) :

Si vous désirez les utiliser, positionnez-les en soudant 2 points opposés en diagonales pour bien les fixer et ensuite soudez les autres pattes (x20 par support). Répétez cette opération pour les 3 autres.

Petite remarque : En utilisant les supports, au remontage, selon leurs épaisseurs il se peut que le blindage supérieur vienne toucher la tranche basse des puces. Ce qui bombera légèrement le blindage.

Plusieurs solutions sont envisageables :

  • Laisser le blindage et ne pas visser à fond les 2 vis du bas
  • Découper le blindage au niveau des RAM
  • Supprimer le blindage (qui sert d’anti-parasites)

Dans le cas d’utilisation de supports, j’ai personnellement utilisé la 1ère solution sur un autre Amiga afin de conserver le blindage comme à l’origine.

 

x4 Puces de RAM :

Si vous avez déjà soudé les supports, insérez les 4 puces dans leurs emplacements (Détrompeur vers le haut !).

Si sans support, même méthode pour souder les 4 puces en direct sur la carte mère.
Positionnez votre 1ère puce de RAM, commencez par souder 2 points en diagonales pour fixer la puce et ensuite soudez les autres pattes (Répétez cette opération pour les 3 autres puces).

puces

 

x4 condensateurs

Ensuite, placez et soudez les condensateurs (Ils ne sont pas polarisés donc pas d’inversion possible) :

condensateurs

Toutes les Ram et condensateurs sont en place.

 

A ce stade, l’Amiga n’est pas capable de travailler avec les composants supplémentaires, pour cela il ne vous reste plus que deux petites modifications à effectuer pour lui permettre de fonctionner avec toute la mémoire :

Jumper JP2 :

Vous devez couper la piste existante avec un cutter ou un Dremel (trait rouge), puis souder les 2 autres bornes (trait bleu).

jp2

 

Jumper JP7A :

Vous devez uniquement couper la piste existante (trait rouge). NE PAS souder les 2 autres bornes !

jp7a

 

La partie modification/soudure est terminée.

 

Remontez votre Amiga en suivant le tuto à l’envers (blindage, carte mère, lecteur de disquette, blindage, clavier, coque).

 

Plus qu'à tester !

Dernière étape : Vérification du Mod. avec un test mémoire sous Workbench !

memtest

 

C’est terminé, avec votre 1 Mo de Chip Ram, à vous la compatibilité de l’intégralité (... ok ... 99%) du catalogue Amiga 500.

 

 

Pour en discuter, retrouvez-moi sur :

 

 

Merci pour votre lecture ! Coeur bleu

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Offrez-nous un café !

En cette ère de grâce de fin des années 80, lors de terribles affrontements successifs de consoles de toutes marques et de tous horizons, nous voici en présence de LA machine, LE micro-ordinateur de l’âge d’or : Le Commodore Amiga 500, plus communément appelé A500.
Partager : Facebook Twitter email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

L'ajout de nouveaux commentaires est temporairement désactivé sur ce post

Ces articles pourraient vous intéresser...