Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] A Short Hike sur Switch, petite randonnée, grande aventure

Image de couverture de [Test] A Short Hike sur Switch, petite randonnée, grande aventure
Consultez directement le verdict

Sorti initialement sur PC en juillet 2019, A Short Hike est arrivé sur Switch le 18 août dernier, immédiatement après le Indie World dans lequel il venait d’être annoncé. Présenté comme “un petit jeu d’exploration sur une randonnée à la montagne”, A Short Hike est un titre d’aventure/exploration salué et récompensé par la critique et les joueurs. Votre sac à dos est prêt ? Vous avez bien lacé vos chaussures à crampons, rempli votre gourde, emporté deux-trois barres de céréales et votre plus fidèle bâton de marche, et, bien sûr, pensé à prévenir vos proches que vous seriez absent un petit moment ? Vous êtes donc prêts à partir à l’aventure, alors suivez-moi…

 

Fiche technique :

  • Genre : Aventure / plateforme / simulateur de détente
  • Développeur : Adamgryu
  • Editeur : Whippoorwill
  • Langues : Anglais, français, espagnol
  • Plateformes : Switch, PC
  • Testé sur : Switch (2018)
  • Prix : 6,99 €
  • Prix promo : 6,29 € (jusqu’au 30 août)
  • Version : 1.1.12_RC15
  • Taille : 418 Mo
  • Date de sortie : 18 août 2020
  • Disponibilité : Dématérialisé

 

Attaque
Avant même de commencer l’aventure, je savais que j’allais passer un incroyable moment...

 

Une petite randonnée

Comme de nombreux joueurs j’imagine, j’ai découvert l’existence de A Short Hike le 18 août dernier, peu après 18 h, durant le “Indie World” de Nintendo. Immédiatement, j’ai été séduit par la direction artistique très “Nintendo DS” du titre, par son côté mignon et très coloré. Puis j’ai essayé d’en apprendre davantage. En regardant des vidéos d’abord : cela a confirmé mon attrait pour le jeu, à priori une petite bulle de douceur où le but principal serait la détente, la découverte sans pression, sans danger ; une sorte de Breath of the Wild “minimaliste” où le héros (ici, l’héroïne) part en exploration sans ration. Et sans coeur (car ici, point de Game Over).

Claire
Spoil : Claire est un oiseau et… oui, elle peut voler !

 

Puis j’ai fouillé l’historique du jeu : j’ai appris qu’il était d’abord sorti sur PC en juillet 2019, créé par un seul homme, Adam Robinson-Yu, sur le moteur Unity. J’ai aussi découvert qu’A Short Hike n’avait laissé personne indifférent, des joueurs aux journalistes (élu 3e meilleur jeu de 2019 par Le Monde), en passant par les festivals. A l’Independent Games Festival 2020, sorte de Sundance vidéoludique, le jeu a en effet glané le Prix du public et, surtout, le Grand prix, succédant ainsi à des classiques comme Minecraft, Fez ou Return of the Obra Dinn. Sur son site officiel, on promettait enfin : “Un petit jeu d’exploration sur une randonnée à la montagne.” J’ai alors craqué, l’ai acheté le soir-même, notamment parce qu’il bénéficiait d’une promo de -10% (dispo jusqu’au 30 août), et je me suis préparé à partir à l’aventure. Mais que les choses soient claires : ce fût bien plus qu’une petite randonnée.

Fin
J’espère que vos petits coeurs sont vraiment bien accrochés !

 

Fais comme l’oiseau

L’histoire d’A Short Hike est celle de Claire, oiseau anthropomorphe qui se rend sur l’île de Hawk Peak pour y passer l’été. On la rencontre dans une voiture la conduisant jusqu’au ferry, alors qu’un personnage (sa mère ?) lui parle, lui disant que cette “pause”, “éloignée de la ville” et de “tout ce qui [les] entoure” lui fera du bien. Soit. Une fois sur place, nous découvrons également sa tante May qui travaille comme ranger dans ce qui semble être un grand parc naturel, avec ses lacs, ses plages, sa forêt et ses falaises abruptes.

Le jeu débute à peine que se déroule le premier drame de Claire : alors qu’elle attend un coup de fil important, sa tante lui apprend qu’elle ne trouvera pas de réseau… A moins de se rendre tout en haut de l’île, au sommet de la montagne : le fameux “Hawk Peak”. Pour ce faire, sa nièce devra entreprendre “une petite randonnée” que tous ont déjà faite, et qui ne devrait pas lui demander trop d’effort. Pourquoi, alors, ne pas tenter l’ascension aujourd’hui même ? Voilà comment démarre l’histoire de Claire - une histoire de défi et d’escalade épique qui n’est pas sans rappeler celle vécue par Madeline dans Celeste…

Tante May
C’est Tante May (oui, comme dans Spider-Man) qui met au défi Claire de monter tout en haut de la montagne...

 

Nous sommes alors, à l’instar de Claire, “largués” dans la nature. En guise de tutoriel, nous avançons à tâton et faisons l’expérience du gameplay en même temps que Claire découvre son environnement et ses multiples possibilités. Ici un coquillage, là un bout de bois : pressons sur “A” pour les ramasser. Quelques pièces ici ou là : le simple fait de passer dessus garnit notre bourse. Puis viennent les premiers essais d’escalade et d’acrobatie, car nous sommes un oiseau après tout : nous savons voler et le but du jeu est de grimper. Alors on saute, on monte, on s’élance et on plane… On vole ! Et puis on nage aussi, dans les nombreuses étendues d’eau. Voilà les premiers sentiments de liberté et de légèreté. Les spécificités du jeu se découvrent ainsi au fil des premières minutes. Au fil des rencontres avec les habitants de l’île aussi, qui ne semblent pas avares en conseils.

Conseils
Conseil : bien penser à parler PLUSIEURS FOIS à tout le monde, et à lire TOUS les panneaux… C’est pas toujours utile,mais c’est souvent amusant !

 

Animal Crossing of the Wild

A l’image d’Animal Crossing, A Short Hike est en effet rempli de “PNJ” (personnages non jouables) anthropomorphes et qui n’attendent qu’une chose : vous aider. Ou en tout cas interagir avec vous. Tout au long de l’aventure, vous allez ainsi croiser des lapins, grenouilles, oiseaux et autres ours polaires avec qui il sera indispensable de discuter pour progresser dans le jeu. Commençant par livrer les premières indications essentielles (comment planer, escalader les murs ou sauter), ils vont ensuite dévoiler de nouvelles mécaniques de jeu, comme par exemple l’utilisation des plumes d’or.

Plume d'or
La plume d’or : LE véritable graal du jeu. Avec elle, votre endurance dure plus longtemps et vous sautez davantage… Pssst : on m’a même dit qu’il existait des plume d’argent...

 

Ce collectible (le jeu en compte 20 à trouver) vous permet d’effectuer un saut supplémentaire par plume d’or en votre possession, mais aussi d’augmenter votre durée d’escalade : le fonctionnement est similaire à celui des cercles d’endurance dans Zelda Breath of the Wild. D’autres possibilités vont ensuite s’ajouter, comme le fait de pêcher, creuser des trous, “piocher” dans des rochers, courir, mais aussi conduire un bateau à moteur (LA nouveauté de la version Switch, ajoutée ensuite sur PC via un patch), arroser des plantes bien spéciales ou encore devenir champion du monde de Beachstickball… Mais tout ceci ne sera pas (toujours) gratuit.

Gratuit
Apprendre de nouvelles capacités ou même récolter des objets, comme les plumes d’or, est parfois gratuit. Mais pas toujours...

 

Non, ces améliorations seront pour la plupart à “débloquer” en réalisant des mini-quêtes ou des défis lancés par les autres pensionnaires de Hawk Peak. Et vous vous rendrez bien vite compte que si la finalité du jeu est connue depuis le début - atteindre le sommet de la montagne pour pouvoir passer votre coup de fil - c’est le chemin pour y parvenir qui fera tout le sel d’A Short Hike. Et même si le postulat de départ - pouvoir aller à la fin du jeu très rapidement -, là aussi similaire à celui de Breath of the Wild qui permettait au joueur d’aller affronter Ganon sitôt le plateau du prélude terminé, est un peu biaisé (il vous faut au minimum 7 plumes d’or pour espérer atteindre le sommet), vous n’aurez jamais l’envie d’écourter votre randonnée pour trouver ce satané réseau.

Coquillage
Les PNJ proposent de remplir des mini-quêtes et autres séances de trocs en échange de récompenses...

 

Coquillages
… mais pas toujours ! ^^

 

Craquant et savoureux

La faute à une incroyable diversité d’actions à réaliser avant d’atteindre le sommet : parler à tout le monde, et recommencer, faire le tour de l’île, se perdre en forêt, expérimenter un nouvel itinéraire… La faute à l’envie de tout découvrir : des plumes d’or aux nombreux coffres, pièces et coquillages disséminés un peu partout, en passant par les “cartes au trésor”, énigmes faisant travailler les méninges, et les nombreux défis proposés par vos “ami-maux”, courses et autres séances de trocs, là encore inspirés des Zelda. La faute, enfin, au bonheur de parcourir un univers enchanteur, doux, apaisant… Tout simplement magnifique. En petits ou gros pixels.

Craquant
Le jeu vous propose dans les options d’opter pour un pixel-art “gros et craquant”...

 

Savoureux
… ou pour des pixels plus fins : “petits et savoureux” !

 

C’est en effet une possibilité du titre : proposer dans ses options deux modes de graphismes, plus ou moins “grossiers”. Ainsi, selon les goûts du joueur, A Short Hike se déguste avec des pixels “petits et savoureux” ou bien “gros et craquants”. Dans les deux cas, l’expérience est à nulle autre pareille et vaudra le coup d’oeil, quoi qu’il arrive. Et puis, rien ne vous empêche de passer de l’un à l’autre - j’ai moi-même commencé le jeu en mode “craquant” pour terminer l’aventure de manière “savoureuse”... Là encore, à l’image de la durée de vie, cela dépendra du joueur.

Jumelles
Qu’il s’apprécie en petits ou en gros pixels, le level design demeure brillant. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à fouiller partout pour trouver les collectibles, parfois bien cachés, et ne pas oublier d’utiliser tous les outils à disposition. Ici, sans les jumelles, je n’aurai sans doute jamais trouvé ce coffre...

 

Un jeu presque “piarfait”

A Short Hike est-il un jeu parfait, exempt de tout reproche ? Bien sûr que non. Si on pourrait regretter quelques légers problèmes d’affichage (il arrive que vous perdiez de vue Claire derrière le paysage), le grief le plus évident est sa (courte) durée de vie. En prenant mon temps, j’ai passé un peu moins de 5h sur Hawk Peak. Certes, je n’ai pas atteint les 100% (il doit me rester quelques poissons à pêcher, et une plume d’or à dénicher), mais j’ai l’impression d’être allé au bout de mon aventure. Est-ce un véritable défaut pour autant ? Je ne pense pas. Déjà, car c’est une durée plus que correcte pour un soft proposé à ce prix et développé par un seul homme. Ensuite, car rien n’empêche de retourner flâner, planer et glaner quelques nouvelles minutes de jeu et de plaisir aux côtés de Claire.

Bateau
Même une fois le jeu “fini”, retourner sur les flots à bord du bateau à moteur (nouveauté apportée par la version Switch, depuis ajoutée pour les joueurs PC via patch) sera toujours un plaisir…

 

Évidemment, l’expérience ne sera plus tout à fait la même : faute de “mise à jour” et de nouveau contenu, vous ne retrouverez pas la surprise de découvrir telle ligne de dialogue, tel objet ou telle capacité, comme la fois où vous aviez percé par hasard le mystère du gros rocher qui libère des pièces quand on lui tape dessus avec une pelle (coucou Animal Crossing !). Mais vous pourrez toujours courir contre l’oiseau Avery, vendre vos poissons ou bien tenter de battre le record d’échanges au Beachstickball. C’est vrai, il ne tiendra qu’à vous de reprendre votre partie, de retrouver Claire et poursuivre l’aventure.

Volley
La première règle du Beachstickball est…

 

Volley

Volley

Volley

Volley

Volley

 

Conclusion

A Short Hike est une expérience de jeu comme on en vit rarement. Mélangeant astucieusement un sentiment de liberté et d’exploration rarement égalé (coucou BOTW), des interactions amusantes et pertinentes (coucou Animal Crossing), un objectif à la fois extérieurement épique et intérieurement bouleversant (coucou Celeste), sans oublier une DA absolument sublime et un gameplay au diapason, une musique discrète sans être en retrait et des émotions allant crescendo jusqu’au sommet de la montagne. Là-haut, tout en haut du monde. Au plus près des étoiles. A Short Hike est peut-être, comme son titre l’indique, “une petite randonnée” ; c’est surtout une belle et grande aventure.

Beach stick ball
Et vous sinon, votre journée ?

 

Verdict :

Les +

  • Une direction artistique très “Nintendo DS”
  • La possibilité, pour les réfractaires, d’opter pour des pixels “petits et savoureux”
  • Une narration qui conviendra à tous les types de joueurs, du plus pressé au plus contemplatif
  • Un gameplay simple mais réussi
  • Le sentiment de liberté absolu
  • Une exploration très satisfaisante
  • La BO qui se permet de se faire oublier pour mieux surprendre et enchanter
  • Aucun danger, aucun dégât : on est là pour se détendre
  • Les PNJ attachants et amusants
  • Les quêtes, les défis, les objets à trouver
  • La découverte, sans cesse, de nouvelles mécaniques
  • Le prix !
  • Les chapeaux !!!
  • Le Beachstickball !!!!!!!!

Les -

  • Menu des objets pas très clair
  • La durée de vie
  • La caméra capricieuse par moment
  • La conduite du bateau (mais c’est peut-être moi qui ne suis pas doué)

On aurait aimé :

Que l’aventure dure un peu plus longtemps, grâce à davantage de défis, cartes au trésor, ou d’interactions avec les habitants d’Hawk Peak, une fois le sommet atteint.

Dans le même genre :

Animal Crossing, The Legend of Zelda Breath of the Wild, Celeste...

Graphismes :
Merveilleux, qu’il s’agisse de “petits pixels craquants” ou de “gros pixels savoureux”. C’est merveilleux. Les plus nostalgiques seront transportés sur Nintendo DS. Les plus râleurs… râleront.
10/10
Musique et sons :
Bien que parfois discrète, la bande originale, signée Mark Sparling, illumine chaque moment important du jeu. Poétique, pleine d’envolées à l’image du personnage principal, l’OST est une belle réussite qui vous marquera longtemps.
8/10
Gameplay :
Il se découvre en douceur et se savoure avec bonheur. Sauter, grimper, planer, nager ou courir n’a jamais été aussi plaisant et intuitif, depuis un certain… Breath of the Wild
9/10
Scénario et histoire :
Là encore, c’est “piarfait”. Sans rien dévoiler, sachez que vous n’en ressortirez sans doute pas sans une petite larme. Du reste, le jeu est incroyablement intelligent et drôle : n’hésitez surtout pas à parler plusieurs fois (jusqu’à ce qu’ils répètent les mêmes phrases) aux PNJ, leurs histoires, leurs conseils et autres réflexions sur la vie, l’univers et tout le reste sont très précieux.
9/10
Durée de vie :
C’est sans doute le seul défaut du jeu : même si la randonnée mérite qu’on prenne son temps, passé un certain cap (pour moi il aura duré un peu moins de 5h), difficile de trouver de quoi prolonger l’aventure. Bien sûr vous pourrez toujours courir, grimper, sauter, planer et continuer encore et toujours à vous émerveillez du magnifique monde d’Hawk Peak. C’est déjà beaucoup.
6/10
Rapport qualité / prix :
Même si la durée de vie peut paraître chiche (tout dépend de votre “gestion” du jeu et de votre consommation vidéoludique), difficile de voir en A Short Hike autre chose qu’une pépite indé. Par conséquent, avec un tarif avoisinant les 7€ (hors promo), il vaut indéniablement le “coût”.
9/10
Coup de coeur :
Avant même de commencer le jeu, grâce au petit message adressé au joueur par le développeur, je savais que je courais vers un coup de coeur. Tout au long du chemin, il n’a eu de cesse de se confirmer. Alors, si vous aimez comme moi les jeux jolis et poétiques, et que vous avez envie/besoin d’une petite pause de légèreté et de pur plaisir… Foncez !
10/10
Total : 8.7/10

 

Test effectué sur une version achetée

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Neon Abyss sur Switch : sous les néons, la rageSwitch

[Test] Neon Abyss sur Switch : sous les néons, la rage

Neon Abyss est un Roguelite développé par Veewo Games et édité par Team17 et sorti sur Switch, PC, PS4 et One le 14 juillet 2020. Le joueur est entraîné dans un déluge d’action et de références à la pop culture : la particularité du titre étant de proposer des armes et power-ups liés à des films, séries ou jeux vidéo chers aux amateurs de SF. En route !
Lire la suite...