Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Art of Rally - PC - La passion du rally

Image de couverture de [Test] Art of Rally - PC - La passion du rally
Consultez directement le verdict

Art of Rally est développé par Funselektor, petit studio indépendant dont le nom ne vous est peut-être pas inconnu si vous avez eu l’occasion de jouer à Absolute Drift. Pour être honnête si le gameplay de ce dernier vous a rebuté, il y a peu de chance que vous accrochiez à ce jeu, mais il mérite tout de même d’être essayé et je vais tenter de vous en convaincre. Mon amour pour ce jeu fait que ce test ne sera sûrement pas impartial mais je vais essayer de faire un effort.

 

Fiche technique :

  • Genre : Course, Rally
  • Développeur : Funselektor
  • Editeur : Funselektor
  • Langues : Français, Anglais, Italien, Allemand, Espagnol, Espagnol d’Amérique latine, Japonais, Coréen, Portugais, Portugais du Brésil, Russe, Chinois simplifié
  • Plateformes : PC (Gog, steam, Epic Games)
  • Testé sur : PC (Ryzen 3600X, GTX 980Ti, 32Go)
  • Prix : 20€99, 29€99 en édition deluxe (comprenant fond d’écran et la bande son)
  • Version : 1.1.1
  • Taille : ~3 Go
  • Date de sortie : 23 septembre 2020
  • Disponibilité : Dématérialisé uniquement (GOG, Steam, Epic)

 

Aucune sortie console n'est annoncée officiellement pour l’instant... mais Absolute Drift ayant eu droit à une version dématérialisée et physique sur celles-ci, il serait étonnant de ne pas le voir débouler prochainement.

premiers tours de roue

Il est fort probable que vos premiers tours de roues finissent mal.

 

Première spéciale : tout feu, tout flamme!

Fan de rally et de sport auto, il est temps de partir pour une première spéciale !
Je ne vous demanderai pas d’allumer vos moteurs mais simplement d’aller écouter la BO du jeu qui est sur les plateformes de streaming, histoire de vous mettre dans l’ambiance si particulière de ce jeu.
3...2...1… PARTEZ !

menu

On arrive donc sur un menu minimaliste, aucune fioriture, un écran blanc cassé, quelques photos style polaroid sur le coté (celles-même que vous prendrez durant le jeu), totalement dans l’esprit et dans la continuité de leur précédente production. Ceux qui suivent auront compris que j’évoque Absolute Drift. Art of Rally en est clairement une suite spirituelle tant il reprends les bases d’un gameplay très particulier qui rends ces 2 productions très proches l’une de l’autre mais surtout différentes de tous les autres jeux de Rally sortis.

Pas vraiment débutant dans les jeux de voitures, j’ai pourtant été bousculé dans mes habitudes et j’insiste réellement là-dessus, car il faut avoir conscience que ce jeu sera clivant de par son gameplay.
Impatient, on lance donc une première spéciale et on sort lamentablement de la route dès les premiers virages…

hud

En course, le HUD se montre éagelement épuré et discret.

 

♫ C’est l’histoire du rally ♫

Le menu propose plusieurs rubriques :

- On a donc la carrière, qui sera découpée en plusieurs catégories, elles mêmes découpées en années :

  • Groupe 2 qui se déroulera de 1967 à 1971 (Austin Mini, Alpine A110, etc)
  • Groupe 3 qui se déroulera de 1972 à 1976 (Lancia Stratos, Abarth 131, etc)
  • Groupe 4 qui se déroulera de 1977 à 1981 (BMW M3, Alpine A310, etc)
  • Groupe B qui se déroulera de 1982 à 1986 (205 t16, Audi Quattro, etc)
  • Groupe S qui se déroulera de 1987 à 1991 (Lancia Delta ECV2, Toyota 222D, etc)
  • Groupe A qui se déroulera de 1992 à 1996 (Subaru Impreza 555, Mitsubishi Lancer EvoVI, etc)

Le jeu n’ayant aucune licence, il n'y a pas de vrais noms ou de marques mais on reconnaît aisément chaque modèle et ceux que je cite sont là pour exemple. On notera une entorse à la réalité qui parlera aux fans de rally : le fameux groupe S ! En effet, il n’a jamais existé; il devait prendre la suite du règlement groupe B, stoppé net suite à plusieurs accidents mortels. Pour autant, certains constructeurs avaient déjà commencé à travailler sur des prototypes. Détail amusant pour les connaisseurs, à la manière d’un vieux PES, les noms de nos adversaires évoquent d’anciennes gloires du rallye... à quelques lettre près.

- D’autres catégories font leur apparition hors mode carrière : vans, triporteur, camion et camion de bois.

- Contre la montre, un classique qui se déroule sur une seule spéciale.

- Rally personnalisé permet quant à lui de programmer une série de spéciales.

- Evènements en ligne découpés en 2 rubriques :

  • L'événement quotidien qui porte bien son nom qui vous fera rouler sur une spéciale unique.
  • L’évènement hebdomadaire qui lui, vous fera rouler sur un rally composé de plusieurs spéciales.

Dans les 2 cas, tout sera imposé : spéciale, comme voiture et impossible de la relancer en cas d’accident ! L’esprit rally qui pourra rebuter, là encore, certains joueurs.

- Exploration libre quant à lui est le mode « bac à sable » du jeu, vous pourrez rouler librement, il faudra trouver les lettres R,A,L,L,Y pour débloquer l’environnement suivant, des cassettes pour débloquer quelques skins ou encore faire des photos à des points de vues particulier de la map.

carrière

Il est temps de se lancer dans la carrière.

 

1967, 4 vitesses…

Il est temps de se lancer dans la carrière. Vous allez traverser les différentes époques mais surtout les différents règlements techniques qui auront une réelle influence sur la façon d’appréhender les bolides qui nous sont confiés. Les moins puissants demanderont de ne pas perdre trop de vitesse lors des virages alors que les plus puissants vous demanderont de porter beaucoup plus d’attention à la réaccélération, bref rien de bien nouveau, c’est la base mais l’esthétique du jeu pourrait nous laisser croire à un jeu arcade et très facile d’accès.

foule

Comment ne pas repenser à toutes les vidéos de rally de cette époque : les spectateurs qui vous attendent sur la route et s’écartent, ébahie par vos talents de pilote au volant d’un bolide qui continue aujourd'hui à faire rêver nombre d’enfants et d'adultes.

Si les options permettent en effet de le rendre relativement accessible, ça ne vous permettra pas de rouler à toute vitesse sans un minimum de maîtrise, l’apprentissage sera rude. Les voitures ont beaucoup d’inertie et glissent facilement, il conviendra d’adopter une conduite souple où freinage, trajectoire et accélération en sortie de virage sont primordiales et au centre même du gameplay. Les plus connaisseurs retrouveront les traits de caractère des voitures, empattement, traction, propulsion, 4 roues motrices, il va falloir adapter votre pilotage à votre monture.

405 T16

La 405 T16 est facile à prendre en main.

Je vous incite fortement à essayer plusieurs voitures d’une même catégorie car il y a de grandes différences de comportement.

Niveau contenu, on dispose de plus de 50 voitures ! Un DLC gratuit nommé Heritage a rallongé cette liste et également apporté la gestion des skins qui a été intégrée de façon un peu légère... En effet, dans l’interface il s’agit simplement d’un lien vers le site Racedepartment. Ensuite à vous de télécharger et d’installer manuellement les fichiers dans le bon répertoire. De même il n’y a aucun éditeur intégré, à vous d’utiliser un logiciel extérieur et d’uploader le fichier sur le site. Pour le simracer que je suis, rien de nouveau, mais ce n’est pas très user friendly, ça fait amateur et découragera beaucoup de monde.

Le jeu se concentre à 100% sur la conduite et ne propose strictement aucuns réglages. Chaque sortie de route un peu trop importante vous coûtant 5 secondes de pénalité, il est donc fortement conseillé de rester sur la route !
Pour les plus courageux, il est également possible d’activer les dégâts dans les options. Il y’a 5 niveaux de dégâts : aucuns, légers, défaut, importants et très importants. Dans tous les cas ces derniers n’auront aucune répercussion visuelle, hormis de la fumée ou des flammes... mais pas de déformation du véhicule.

sortie

Remarquez le petit +5 à côté du chrono, synonyme d’une sortie de route un peu trop importante.

Il faudra alors faire attention car il ne sera pas possible de réparer après chaque spéciale. Une crevaison (qui vous obligera à choisir entre réparer et prendre 15 secondes de pénalité ou poursuivre comme ça jusqu’au bout) ou une suspension cassée peuvent vite rendre la voiture difficile à ramener au chapiteau. Les spéciales peuvent sembler très longues dans ces conditions mais les meilleurs n’auront qu’à nettoyer leur voiture avant de repartir. Dans les niveaux de dégâts les plus élevés, il sera tout à fait possible d’être contraint à l’abandon après un accident, prudence donc.

subaru

Aborder ce style de courbe, tout en glisse semble compliqué... les premières heures.

glissade

J’ai glissé chef! La pluie ne permet pas la moindre erreur.

La caméra est quant à elle très malléable, on restera dans tous les cas sur une vue aérienne mais nous auront le choix entre plusieurs hauteurs et le fov peut être modifié manuellement, tout comme la rotation et les secousses. Le Hud fait le strict minimum, chronomètre, vitesse, rapport de boite avec led et une barre de progression. Vous n’aurez ni copilote ni point de passage, seules entorses faites au règlement.

camera

Certains éléments du décors sont destructibles mais les barrières et rembardes ne le sont pas et peuvent être la cause d’abandons !

 

5 environnements, c’est trop peu !

Parlons des environnements dans lesquels nous allons jouer les Ari Vatanen. Ils sont au nombre de 5 : Finlande, Sardaigne, Norvège, Japon et Allemagne qui comptent chacun 6 spéciales et leur reverse, ce qui nous donne les 60 spéciales annoncées par Funselektor qui nous permettent de rouler sur de l’asphalte, du gravier et sur la neige. Chacun apportant un challenge bien différent : les sauts finlandais peuvent vous piéger à tout moment, la conduite sur la neige en Norvège mettra vos nerfs à rude épreuve si vous avez le malheur de rouler en propulsion, le Japon vous donnera envie de mettre de mettre « DEJA VU » à fond et de jouer au livreur de sushi quand l’Allemagne vous demandera une précision chirurgicale pour ne surtout pas sortir de la route au risque de finir dans une des pierres “tombales” qui bordent des routes, personnellement j’ai trouvé les tanks, omniprésent dans cet environnement, de mauvais goût.. La Sardaigne me semble la plus accessible, peu de pièges, juste des changements de revêtement.

Toutes ces pistes peuvent se parcourir à différents moments de la journée comme de nuit mais également dans différentes conditions météorologiques : beau temps, brouillard, pluie, neige.

Malgré un aspect graphique minimaliste, ça grouille de détails: feu de camps, animaux, véhicules, spectateurs qui envahissent la route et s’écartent lorsque vous passez, le tout sous un bruit d’applaudissement. Attention à ces derniers qui peuvent parfois masquer un fossé, une barrière ou autres obstacles si l’envie de couper une épingle vous prend. Le dénivelé a également une grande importance. Une descente rallongera considérablement la distance de freinage, une montée, réduira votre vitesse de pointe, un virage en dévers ou encore un saut sera l’occasion de sortir de la piste.

camion

Le mode balade vous permettra de conduire un camion du Dakar, peut être des épreuves à venir dans une futur mise à jour ?

D’autres environnements sont à venir et ce ne sera pas un luxe car on a vite l’impression de rouler sur les mêmes. Proposer les mêmes pistes en reverse, n’est pas une réelle solution au manque de circuits. Le manque de diversité se fait cruellement ressentir.

paysages

Oui les paysages sont magnifiques, mais nous ne sommes pas là pour faire du tourisme !

sans faute

Relier l’arrivée sans la moindre sortie de route sur de la neige avec les monstres du groupe B et être acclamé par la foule en délire, quel plaisir!

leaderboard 

Remarquez qu’en difficulté normale, une fois le gameplay assimilé, il est assez facile d’arriver en tête.

 

L’arrêt pipi ou la panne technique?

Le jeu est clairement une déclaration d’amour au rally mais ne se prend pas au sérieux pour autant, pour preuve, les feuilles de temps ainsi que les petites descriptions accompagnant chaque voiture qui ne sont pas dénuées d’humour. Pour les pilotes à la traine de petites phrases rigolotes accompagnent leur temps; si certains "perdent leur échappement", d’autres font des "arrêts pipi", ont la "gueule de bois", je vous laisse découvrir le reste.

Mais si le jeu a de l’humour, que la direction artistique est superbe, on perd notre humour sur le plan technique! C’est très beau, il n’y a rien à dire, malheureusement même une grosse configuration et un gros GPU ne vous épargneront pas de légers ralentissements totalement imprévisibles et inexplicables au niveau graphique le plus élevé. C’est rare mais relativement gênant tant la précision demandée par le soft est importante, en dessous de 60fps, il n’est clairement pas jouable car le gameplay s’en trouve fortement impacté. C’est rageant car ce soucis n’existait pas à la sortie du jeu, ce n’est donc pas impossible qu’un patch règle tout ça. En attendant, il suffit d’aller dans les paramètres graphiques et de choisir “instancié” dans le rendu de la végétation (une option apparue dans un des derniers patchs). Ne pas hésiter à mettre le réglage principal sur moyen si nécessaire.

Si j’ai joué sur une 980ti j’ai pu constater ces ralentissements sur une deuxième configuration équipée d’une 2070 et un joueur équipé d’une 3070 m’a rapporté les mêmes soucis !
Dans tous les cas, on remarquera un léger clipping au loin mais on profite d’effets d’éclairages et de particules somptueux. On notera que les freins rougissent au freinage et que les retours de flammes sont là pour flatter notre rétine, de même que la poussière se déposera sur la carrosserie tout au long de la spéciale.

Sur le plan sonore, la b.o. est simplement magnifique, jamais stressante, heureusement car le jeu peut être frustrant, au moins les premières heures. Les sons des moteurs font très arcade et certains les trouveront peut-être agaçants mais ils ont le bon goût d’être reconnaissables malgré tout. On entend les freins qui grincent, les turbos qui sifflent, les échappements qui pétarades, ça colle parfaitement avec l’ambiance du jeu.

Art Of Rally intègre un mode photo extrêmement bien fait même s'il manque certains réglages que l’on pourrait trouver sur un Forza. Ces deux jeux ne sont clairement pas du même calibre c'est donc pardonné. Le mode ralenti est excellent car il permet de conserver les réglages du mode photo : vous voulez un replay en noir et blanc ou en sepia? C’est possible ! Dommage de ne pas avoir une fonction de sauvegarde directement dans le jeu et que certaines caméras soient approximatives et provoquent de légers bugs graphiques.

arrivée

Il étant temps d’arriver ! La voiture ne semble pas dans sa meilleure forme.

concurrents

Certains concurrents ont des soucis techniques !

nuit

La nuit est superbe, c’est l’occasion d’admirer encore une fois les effets de lumière.

 

29 ans de carrière, 20h de plaisir… Au minimum

Si la carrière devrait vous occuper une vingtaine d’heures, les plus assidus iront se frotter aux meilleurs lors des événements quotidiens et hebdomadaires. Aucun entraînement possible, c’est l’inconnu totale sur les combos voitures/circuits et seul votre talent compte. L’échec n’est pas une solution.

L’échec, parlons en… La carrière vous permettra de relancer une spéciale mais dans ce cas il faudra dire adieu à certaines récompenses. Chaque fin de saison débloque de nouvelles voitures, de nouvelles livrées. Finir une saison sans recommencer de spéciales et surtout en les gagnant toutes débloquera du contenu inédit. Une petite astuce pour le mode carrière consiste à quitter une année pour la relancer et vous n’aurez jamais les mêmes rallyes, ni les mêmes spéciales, ce qui vous aidera peut être à progresser plus facilement si certains environnements vous bloquent dans un premier temps.

Le mode balade libre ne m’a pas convaincu, je ne suis pas un grand fan ni atteint de collectionnite aiguë... et me balader pour récupérer des lettres, des objets, j’avoue avoir du mal à comprendre l’intérêt mais ça rallongera la durée de vie du titre pour certains joueurs. Je ne suis pas un chasseur de trophées mais pour vous donner une idée en 36h de jeu, j’ai obtenu 70 % des succès, le tout sans avoir consacré de temps au mode balade.

pluie

Sous la pluie le public répond toujours présent, malgré vos maladresses, impossible de les écraser. Les amateurs de Carmageddon ou GTA comme @dimeao seront peut être déçus...

crevaison

Le groupe S demande un peu d’entraînement pour aller vite. Le pictogramme rouge nous indique une crevaison et aucun spectateur à l’horizon, donc il va falloir se salir les mains et perdre 15 sec par la même occasion.

zen

Quand je vous parle d’ambiance zen… Un joli clin d'œil à Absolute Drift.

 

Bouddha ? Bouddha pas ?

C’est la question, personnellement je Bouddha les premières minutes de jeu, j’ai eu besoin d’un léger temps d’adaptation mais une fois le gameplay assimilé, quel plaisir. Plaisir de retrouver une ambiance posée, plaisir de piloter dans des environnements aussi simples visuellement qu’ils sont riches. Funselektor a réussi à créer une nouvelle façon de voir le rally, ça respire la passion du sport auto à chaque instant.

Je pense sincèrement qu’il faut désactiver les aides à la conduite pour mieux comprendre le gameplay. Je ne dirai jamais assez l’amour que j’ai pour ce jeu et j’incite tous les joueurs à le tester en ayant à l’esprit qu’il demande un petit temps d’adaptation. Ne vous découragez pas! Vous trouverez certainement une voiture qui vous conviendra dans chaque catégorie.

aie

Pas d'inquiétude, je gère… Ou pas...

licence

Pas de licence mais difficile de ne pas trouver de ressemblance avec un modèle bien connu !

fin

Fin de l’épopée à 4 roues, il est temps de donner mon avis…

 

Verdict :

Les +

  • Le gameplay, une fois assimilé
  • La direction artistique fabuleuse
  • La gestion météorologique et le cycle jour nuit
  • Un jeu qui parle aux passionnés de rallye
  • La bande originale qui participe réellement à l’ambiance
  • Le DLC Heritage (gratuit) a apporté de nouveaux véhicules et fonctions

Les -

  • Le gameplay qui pourra rebuter certains joueurs
  • La technique qui n’est pas parfaite
  • L’intégration des skins qui a été faite à la va vite
  • Pas de sortie console officiellement annoncée
  • La vue "de haut" uniquement

On aurait aimé :

Absolute Drift étant sortie sur console, on souhaite la même chose pour Art of Rally. Quelques environnements en plus, ce qui devrait arriver... et bien sûr espérons une petite amélioration sur le plan purement technique.

Dans le même genre :

Absolute drift

Graphismes :
Quelques accros purement techniques mais une direction artistique sans faille. Le jeu a du mal à tourner à fond même avec une grosse config, mais en restant raisonnable, il est parfaitement fluide. On remarque aussi un léger clipping au loin.
8/10
Musique et sons :
Difficile de trouver quoique ce soit à redire sur ce point.
9/10
Gameplay :
Vous avez lu des critiques du gameplay pendant ce test et je met 10 ?! J’ai jamais dit que je serai objectif…

C’est certainement la partie la plus compliquée à noter tant il peut être frustrant et gratifiant en même temps. Pour reprendre mon intro, le gameplay est très clivant, déroutant car il n’y aucun autre jeu qui propose une telle jouabilité. Je suppose qu’en toute honnêteté un 8/10 serait plus approprié. Je vous encourage à tester la démo avant d’acheter si mes mises en garde sur le gameplay vous effraient.
10/10
Carrière :
Simple, bien amenée mais clairement rien de révolutionnaire.
7/10
Durée de vie :
La carrière vous occupera minimum 20h, si vous vous prenez au jeu des événements multi joueurs, la durée de vie est quasiment infini.

N’oubliez pas que du nouveau contenu devrait arriver prochainement.

Coté difficulté, elle viendra principalement de la maitrise des véhicules, les temps des ia étant, de mon point de vu, sont assez larges. En effet, il suffit généralement de rouler propre et de ne pas sortir de la route pour être premier. Le niveau de difficulté le plus élevé n’est pas inaccessible avec de l’entraînement.
8/10
Rapport qualité / prix :
En rapport avec le style de jeu, on est dans la moyenne haute sachant que le jeu se trouve déjà régulièrement en promotion à 15€ sur Gog.
9/10
Coup de coeur :
Il y a des jeux qui ne sont pas parfait et pourtant, impossible de leur résister, je ne crierai jamais assez l’amour que j’ai pour ce jeu. Avec le contenu à venir, je ne suis pas prêt de le lâcher. Ce test arrive tardivement mais il n’était clairement pas prévu que je l’écrive mais surtout c’est le premier test que j’écris (merci Dimeao), le jeu est sorti depuis plusieurs mois et je ne passe pas une semaine sans y revenir.

Il a clairement marqué ma vie de joueur comme un Dirt2, un NFS underground ou un Forza Horizon 4… Oui, rien que ça!
10/10
Total : 8.7/10

 

Bonus

Voici quelques screenshots réalisés avec des skins venant du site Racedepartment :

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Critique] La déchéance d'un homme, version Junji ItoManga

[Critique] La déchéance d'un homme, version Junji Ito

Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu'il finit par trouver pour s'en guérir : se transformer en bouffon. C'est ainsi que s'écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c'était le désespoir. »
Lire la suite...