Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Daggerhood sur PS Vita, une aventure de téléportation poignante

Image de couverture de [Test] Daggerhood sur PS Vita, une aventure de téléportation poignante

Fiche technique :

  • Genre : Action, Plateforme, Die & retry
  • Développeur : Woblyware / Ratalaika
  • Plateformes : PS Vita / PS4 (cross-buy)
  • Prix : 4,99 €
  • Version : 1.00
  • Taile : 98 Mo
  • Date de sortie : 6 mars 2019
  • Disponibilité : Dématérialisé
  • Platine : Oui
  • PS TV : Oui
  • Trailer : Voir sur youtube
  • Test sponsorisé : Non
  • Obtenu via : Clé de review

 

Daggerhood est un jeu axé plateforme avec un design en 2D très 16 bits.
Si vous cherchez un jeu d’aventure passez votre chemin car il s’agit avant tout d’un jeu de plateforme mettant en avant la collecte de trésors, la récupération de fées (je vous explique après) et la terminaison d’un niveau en un temps donné pour obtenir un maximum d’étoile.

Si je devais donc trouver un genre à Daggerhood ce serait sans hésitation, comme son grand frère League of Evil : un “Die & retry”.

 

Direct dans le feu de l'action

Le menu principal très sommaire propose de commencer/continuer ou bien examiner les options des plus classiques, avec les habituels : volume musique, volume sonore et le moins classique “screen shake” (secouage d’écran) qui est désactivable. C’est tout.

menuBon ben puisque nous n’avons pas l’occasion de rêvasser davantage attaquons nous au jeu !

Daggerhood propose une sélection de 5 mondes différents :

  • Cavernes
  • Forêts
  • Temples
  • Volcans
  • Chateau

Le tout représenté très joliment sur une belle map très classe et très classique des jeux rétro du genre, dont le style graphique me rappelle quelque chose...

map
Une jolie map, souvenir de Reverie, Mario, Sigi, Awesome Pea, etc...

Bien entendu comme dans tous les jeux du style vous devrez avancer et terminer tous les niveaux d'un “monde” pour passer à la suite. C’est donc parti pour les cavernes…

 

Introduction soignée

Une “cinématique” sous forme de diapositives pixel art se déroule. Très joliment réalisée là aussi. J’adore décidément le style graphique “made in Woblyware”.

C’est donc l’histoire de Vincent D. Daggerhood, le voleur le plus célèbre du monde, enfin capturé après une traque qui n’en finissait plus. Sorte de Robin des bois pixélisé, il sera, sur ordre du roi, jeté dans les cavernes abandonnées

Pas si abandonnées que ça je vous l’assure. En plus, parait-il que personne n’en est sorti vivant. Bah tiens, gros programme en perspective ^^

cinématique
Choses promises, choses dues...

 

Le sous-sol de la peur

Vous êtes donc maintenant au fin fond du gouffre, dans l’horrible caverne, et votre soif de vengeance n’a de limite que celle des pièges et autres bestioles qui vont vous pourrir la vie.

Le premier niveau, fait office de tutorial (on commence à avoir l’habitude) et vous dévoile donc les rudiments des très complexes contrôles disponibles… non je plaisante ils sont enfantins !

  • Droite et gauche pour avancer dans une direction.
  • Croix pour sauter (appui prolongé = saut plus haut).
  • Les murs sont “collants”, vous pourrez donc vous y agripper et sauter encore plus haut (toujours avec croix).
  • Encore ? Allez en appuyant 2 fois consécutive sur croix on pourra effectuer des double-sauts !
  • Encore encore encore ??? Appuyez sur carré pour lancer votre poignard magique.

 

2 fonctionnalités sont utilisables avec votre poignard (le seul ustensile à votre disposition) :

  • Tuer un ennemi à distance sur le même plan horizontal (mais pas trop loin attention)
  • Vous téléporter en appuyant à nouveau sur carré après avoir lancé celui-ci. (là encore la distance est assez limitée)

tutoriel

 

Des niveaux à corvées...

Chaque niveau contient une Fée. (Oui ne me demandez pas pourquoi !)

Cette fée (clochette ?) a la fâcheuse manie de rester stationnaire dans un endroit du niveau (peu accessible) puis de disparaître au bout d’un certain laps de temps. Il faudra l’attraper avant afin de compléter les tâches que vous avez à faire dans chaque niveau !

Des tâches ? Oui il y a plusieurs “corvées” à faire pour finaliser un niveau en bonne et due forme.

  1. Récupérer les 5 trésors disséminés dans des endroits incongrus (souvent en hauteur ou derrière de jolis pics acérés)
  2. Attraper la fée ! (parfois à la demi-seconde près)
  3. Atteindre la sortie en un temps donné (souvent court)

corvees
Alors on fait moins le malin hein ?

Autant vous dire que tout ne sera pas forcément réalisable dès le premier “run”, il faudra donc re-jouer parfois le niveau en cours pour cumuler ces tâches (qui heureusement n’ont pas à être effectuées en même temps, mais s'additionnent de run en run, ouf !)

En fin de niveau vous obtenez donc votre joli score, exprimé en terme de badges et d’étoiles. Un badge pour la fée, un pour les trésors/gemmes, et enfin un nombre d’étoiles qui va varier selon le temps que vous avez mis pour atteindre la fin.

scores
Pas mal le score... mais il manque la fée... on recommence.

 

Alors Daggerhood c’est League Of Evil + Devious Dungeon ?

Eh bien il faut se rendre à l’évidence, le style de jeu est très proche de League of Evil et le style graphique fait énormément penser à Devious Dungeon... mais on est loin du compte pour ce dernier. Alors nous allons jouer au jeu des 7 différences… c’est parti !

  1. League of Evil propose d’attraper une mallette, Daggerhood propose 5 trésors + une fée en temps limité
     
  2. League of Evil et Daggerhood proposent tous les 2 un système de score sur le temps de traversée du niveau
  3. Devious Dungeon propose des niveaux générés aléatoirement, Daggerhood contient des niveaux fixes, comme LoE.
  4. Devious Dungeon propose des améliorations de notre héro, pas DH ni LoE. Toutefois des powerups temporaires permettent de modifier les performances de votre poignard et activer des choses très intéressantes... surprise !
     
  5. DD propose des armes et costumes différents pour le héro, pas ici.
  6. Une seule pique ou un seul ennemi vous touche et c’est la mort. Comme dans LoE mais pas DD (où une jauge est disponible).
  7. Daggerhood propose un système de téléportation.

 

Justement parlons en de ce système de téléportation.

 

Un gameplay portalesque

Vous avez aimé portal ? quoi vous ne connaissez pas portal ????

Bon. petit rattrapage : Portal est un jeu où vous disposez d’une arme spéciale dont le “rayon” permet d’ouvrir un portail d’entrée, et un autre permet d’ouvrir un portail de sortie… passez dans l’un, atterrissez dans l’autre instantanément... à vous les raccourcis de taré !

Ici c’est presque pareil à l’exception que le concept a été drastiquement simplifié.

Il suffit de tirer un coup pour lancer votre poignard, puis d’appuyer à nouveau sur la même touche pour vous téléporter là où se trouve actuellement celui-ci. Le portail d’entrée c’est votre position actuelle et le portail de sortie c’est la position du poignard. Capiche ?

teleportation
Le screenshot le plus compliqué à réaliser

 

Très bien. A partir de cela vous comprendrez que cette fonction n’est pas anodine et sera (beaucoup) mise à contribution dans le jeu.

Je peux vous dire que si au début c’est marrant de pouvoir se téléporter, vous allez devoir le faire de plus en plus précisément, rapidement, et surtout ne pas vous louper dans un seul de vos téléportages. Car une seule chute dans le vide ou un seul petit pic ou ennemi touché et c’est le drame : retour au début. Comme Awesome Pea, League of Evil et tant d’autres jeux Die & Retry.

teleportception
Vous rencontrerez ensuite des portails par lesquels votre poignard pourra se téléporter et donc vous de même... une sorte de téléportception... :D

 

Les niveaux sont tout à fait variés dans leur structure et dispositions. Ils ne sont pas super longs mais très denses (en pièges, ennemis et autres joyeusetés... comme le sol qui se dérobe sous vos pieds au bout d'une seconde). Toutefois sachez qu’à l’intérieur d’un même monde, le décors vous semblera répétitif. Peu de textures changent d’un level à l’autre… voire pas du tout.

Vos ennemis sont peu variés au début mais tendront à se diversifier et surtout se multiplier au fil des niveaux et des mondes… Quant aux boss, ils ponctueront de manière originale les passages d'un monde à l'autre.

boss
Run for your lif... retry.

 

Des qualités graphiques et sonores

Pour un jeu à 5 €, Daggerhood est très soigné sur le plan graphique, sur la trame de l’histoire ainsi que sur le plan de la musique. Le seul défaut sera que chaque “monde” sur la carte dispose de sa charte graphique et de sa musique attitrée, et c'est tout. Dommage.

Techniquement parlant il n’y a aucun reproche à faire, c’est fluide et rapide à charger. (Pour un jeu très compact : ~ 100 Mo.

Concernant le gameplay, nous l’avons vu il est très simple d’accès mais la difficulté de base (qui est déjà relativement corsée) est augmentée par un double saut un peu hasardeux au niveau de son déclenchement.

Il est également compliqué d’appuyer exactement au bon moment pour se téléporter. Il m’arrive souvent d’appuyer un peu trop tôt ou tard et me voir téléporté soit dans le vide, soit dans des pics, soit pas du tout car le rayon aura déjà tapé un mur… Je ne sais pas si cela vient de moi car peu de gens semblent avoir des difficultés à ce niveau.

Pour conclure sur la difficulté je dirai qu’elle est assez haute (dans le même genre que Awesome Pea) et que l’on peut aisément estimer la durée du 100% à 4 ou 5h pour les plus doués (et bien plus pour moi). Le platine se décrochera quant à lui très rapidement (à mon grand désarroi) au bout d’une heure environ en complétant au moins 10 niveaux avec toutes les étoiles, fées, et trésors, ainsi qu’arriver au niveau 12.

 

On a aimé :

  • Une patte graphique "made in wobly"
  • Un gameplay amélioré avec la notion de téléportation
  • Les powerups sont très originaux
  • Beaucoup de niveaux (une centaine et ils sont corsés !)
  • Les musiques sont bien sympa !

On a moins aimé :

  • Répétitivité des décors dans le même monde
  • Pas de système d'améliorations permanentes
  • platine ne récompense pas le 100%
  • double sauts et précision de téléportation plus compliqués sur ps vita

 

 

Notes :

Graphismes :
Très bons pour le style
7/10
Musique et sons :
J'aime beaucoup, dommage qu'il n'y en ait pas plus...
6/10
Gameplay :
Original et parfois tendu sur ps vita (on sent les boutons craquer à force d'appuyer comme un malade... comme sur Awesome Pea). De très bonnes idées !
7/10
Scénario et histoire :
Une histoire classique (enfin pas tellement pour une fois) et bien ficelée graphiquement
6/10
Durée de vie :
Très bonne (mais artificiellement allongée), surtout si comme moi vous n'êtes pas un as de la haute voltige. Platine un peu trop easy.
6/10
Rapport qualité / prix :
Pour le prix, que demander de plus ?
9/10
Coup de coeur :
Un très bon jeu de Die & retry amélioré avec un minimum d'histoire et d'application sur le plan visuel et auditif.
7/10
Total : 6.9/10

 

N'hésitez pas à commenter et nous dire ce que vous avez pensé du test et du jeu !

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire