Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Test de Devious Dungeon PSVita

Image de couverture de Test de Devious Dungeon PSVita

Devious dungeon est un jeu d’aventure de type Roque-like / hack n' slash 2D créé par Woblyware, édité par Ravenous games et distribué par Ratalaika Games. Il est disponible sur le Playstation store depuis le 25 avril 2018 au prix de 7,99 €. Je l’ai pour ma part obtenu en promotion à 3,99 € à l’occasion des soldes d’été.

 

Bon tu vas le lancer ce jeu ?!

Le menu principal est simple. Soit vous appuyez sur croix pour démarrer soit triangle pour visiter les options

Menu Options

Des options simples sans chichi. A noter que le jeu s’adapte automatiquement à la langue système, ce qui évite de devoir sélectionner quoi que ce soit.

Une fois que vous avez appuyé sur croix un menu vous permet de choisir entre 3 emplacements de sauvegardes

SLots de sauvegarde

Allez on choisit le premier et go !

 

Oh mon château oh oh oh !...

Le jeu se présente sous la forme d’un jeu de plateforme 2D de type retro 16 bits dans lequel vous incarnez un chevalier (un de plus).

Le château de « Hilltop Castle » passe pas une période sombre, les catacombes sont envahies par un mal ancien qui s’est réveillé. Le roi a eu beau envoyer un paquet de gars, ceux-ci ne reviennent jamais car le donjon est trop dangereux, il se métamorphose sans cesse. Bref, vous êtes le seul espoir, blablabla, on me la faite 50.000 fois celle là ! C’est toujours bibi qui s’y colle !

Le héro c'est vous

Votre aventure épique commence dans la salle du Roi. Il est bien tranquille sur son trône, avec son bouffon et ses 2 toutous. A vous de prendre les armes et dégommer du vilain !

Salle du roi

Dégommer du vilain c’est bien mais à main nues sans équipements ça ne serait pas terrible. Heureusement il y a une échoppe « Olaf’s emporium » qui va vous permettre de vous accoutrer et devenir une bête de guerre. Bon pour l’instant vos poches sont vides et vous disposez de votre mini épée, donc on repassera plus tard ^^’

Voici quand même un aperçu de cette boutique (sacrément bien achalandée) : Des armes , armures, potions, anneaux, talismans.

Chaque catégories contient des items qui sont déblocables au fur et à mesure que vous achetez, devenant de plus en plus cher et aussi de plus en plus efficaces. Il y a moyen d’augmenter votre potentiel dans plusieurs domaines : attaque, santé, dextérité etc. Du grand classique !

Boutique de olaf

 

Les niveaux, ni vaches...

Le premier niveau est un tutoriel, il va vous permettre d’apprendre les bases de ce jeu, sans surprise, appuyez sur croix pour sauter, maintenez le plus longtemps pour … sauter plus haut et plus loin.

Appuyez sur carré pour attaquer. Enfin comme il y a des plateformes vous aurez sûrement besoin d’appuyer sur croix et bas en même temps pour les descendre.

Tutoriel

Des zones cachées peuvent être présentes alors ouvrez l’œil.

Certains murs sont « poreux » et vous permettront de les traverser afin d’accéder à une pièce secrète. En général elles sont faciles à trouver et contiennent des petits coffres aux trésors ou des grimoires.

Pièces secrètes

Fonction très intéressante, la carte peut apparaît à tout instant en appuyant sur triangle et vous permet de vous repérer. Les niveaux étant générés aléatoirement, c’est plutôt pratique, ne pouvant rien mémoriser d’une partie à l’autre. (ça me rappelle 36 fragments of midnight ça tiens).

Bon par contre les niveaux sont rarement gigantesques au point de devoir l’afficher sans arrêt.

Carte plan des niveaux

Tuer des ennemis vous donne de l’expérience et des pièces, casser des objets donne des pièces et autres goodies. Trouvez un grimoire et vous obtiendrez instantanément beaucoup d’expérience.

Chaque niveau comporte une seule et unique clé qui va vous permettre d’ouvrir le portail de sortie et vous téléporter au suivant.

portail de téléportation

Tous les 3 niveaux vous tombez sur un level intermédiaire avec un peu de répit, possibilité de visiter la boutique d’Olaf et de se faire bénir (et repasser ses points de vie au max au passage).

Les niveaux fonctionnent donc par trio. Quand vous choisissez le portail qui va mener aux niveaux vous ne pouvez sauter qu’au 1, 4, 7, 10, boss etc.

Il y a 5 chapitres avec 12 niveaux + un boss chacun, ce qui est plutôt pas mal à mon goût.

Sélection de niveau

La courbe de difficulté augmente de façon linéaire et donc progressive. Le nombre de pièges augmente (enfin c’est surtout des petites piques), la densité de monstres aussi. Il va falloir de plus en plus souvent sauter de corniches en corniches au dessus du vide et éviter plusieurs attaques à la fois. On y revient plus tard.

 

Le gameplay

Le gameplay est tout à fait classique et très réactif : se déplacer, sauter, éviter les piques au sol, les fléchettes et autres boules de feu, tuer les ennemis… acquérir des compétences, armes, santé… c’est très accessible aux débutants et aux personnes hermétiques aux rogue like en temps normal (je me sens donc coeur de cible de ce jeu).

Devious Dungeon comporte des petites quêtes qui vont vous permettre de gagner en expérience et récolter de la thune : Tuer un ennemi en particulier un certain nombre de fois, casser des vases, des caisses et j’en passe. Bon le challenge n’est pas ouf mais ça agrémente l’aventure.

Comme je le disais, à force de buter du vilain ennemi vous allez augmenter votre niveau d’XP. A chaque niveau gagné vous allez devoir choisir entre augmenter : la force (attaque), l’endurance (santé) ou enfin la dextérité (afin de porter plus facilement des coups critiques à vos assaillants).

Gain de niveau, force, expérience, dextérité

Si vous mourrez lors d’une de vos quêtes vous reviendrez à la salle du trône du roi, garderez toutes vos aptitudes et votre argent (vous en gagnez même un peu en mourant :o) en enfin votre progression est sauvegardée (pratique ces portails), pas besoin de se retaper tout le chemin ! Je déteste tout recommencer de zéro dans les jeux. Hein Xénon ?! C’est donc un bon point pour moi, certains n’aimeront pas forcément.

 

Le hud

Le hud joueur est des plus classiques quant à lui.

Une « barre de vie » sous forme d’un cœur avec un nombre indiquant la santé, ce nombre n’est pas un pourcentage, son maximum peut augmenter en fonction des améliorations achetées et des powerups trouvés.

Un dollar avec le nombre représentant les sousous amassés (à utiliser dans la boutique),

Un indicateur de clé trouvée ou non.

Une barre de niveau d’expérience est aussi présente.

interface hud du joueur

Simple, concis, efficace.

 

Les ennemis

Les ennemis sont relativement variés, par leurs apparences : bestioles, gobelins, orcs, chevaliers, archers squelettiques, bûcherons, mages, insectes, loups, démon flottant... bref, un sacré bestiaire qui s’étoffe de chapitres en chapitres.

ennemis du chevalier

Dans les chapitres suivants certains ennemis sont entièrement nouveaux, d’autres sont juste un recyclage d’un ennemi existant, dont on a modifié l’apparence, amélioré l’attaque et augmenté la résistance. Rien de très grave en soit puisque le changement d’apparence va au-delà d’un simple changement de couleur par exemple.

Les ennemis sont aussi variés par le type de leur arme, la portée de leurs attaques, leur rapidité (stationnaire, en mouvement, rapide, volant…) , leur endurance et enfin le type de projectile qu’ils vous envoient (flèches, boules de feu, boulets de canon etc.).

C’est très appréciable et en plus ils sont très bien modélisés et animés.

ennemis du chevalier courageux

Petit bémols : chaque ennemi possède son pattern d’attaque prédéfini. Je les trouve trop prévisibles, de plus ils sont bloqués par les changements brutal d’altitude de terrain (marches, corniches). Ils font donc des allers-retours en boucle en attendant de détecter votre présence à proximité, auquel cas il se tourneront vers vous.

 

Les boss

Pour l’instant je n’ai terminé que les 2 premiers chapitres. Les boss sont, comme d’habitude dans tous jeux, plus gros que la moyenne, disposent de beaucoup de vie, d’une arme dont la portée est plus grande avec une cadence plus élevée.

Problème : ils sont relativement lents, voire immobiles et plutôt facile à tuer lorsque l’on connaît leur pattern d’attaques. On est loin de la difficulté des boss de Blasting Agent par exemple, ça manque de défis pour l’instant sachant que j’ai rarement été mis en difficulté jusqu’à présent.

Le boss du chapitre 2

 

Les graphismes

Si l’on n’atteint pas la sublimité d’un Rogue Legacy (avec ses nombreux effets comme la pluie par exemple) ou Teslagrad, Devious Dungeon a le mérite de proposer un graphisme retro pixel tout à fait correct et surtout plaisants au regard, qui ne fait absolument pas bâclé.

La variété des décors est dans la moyenne. Les fonds changent de niveaux en niveaux, les briques changent de thème, de couleur, de nouveaux blocs sont ajoutés mais au final c’est comme minecraft, on finit par tous les connaître par cœur. L’avantage est que ces décors sont tout à fait bien réalisés et collent parfaitement au thème des châteaux, catacombes, donjons etc. Normal !

Les éléments de décors sont un peu moins nombreux, ce sont souvent des éléments posés : vases, armures de chevaliers, chandeliers, piques, etc. pas de décors sur les murs du fond, ni aux plafonds par exemple !

Le personnage ainsi que les ennemis sont très bien modélisés et animés. On reconnaît de suite la patte de Woblyware à qui l’on doit le sympathique et difficile League of Evil.  

La variété de costume et d'arme que l'on peut porter sont très bien rendus, droles et variés !

Personnellement j’aime beaucoup mais on peut toujours mieux faire !

Les graphismes du jeu

 

Level design

Comme beaucoup de jeu de ce genre (à la mode décidément) le level design est confié à un générateur procédural. Quézako ?

En fait le programmeur du jeu va confier à un «générateur» (pour faire simple) le soin de créer aléatoirement et à la volée, pour chaque niveaux : les sols, murs, plafonds, plaques, ennemis, objets, pièces secrètes, portails, position initiale du joueur, etc.

J’ai déjà eu à faire à des jeux que je ne nommerai pas, où ce générateur n’était pas tellement au point. Les niveaux étaient très fouillis, parfois on ne pouvait pas progresser car un accès était bloqué, bref… Ici ce n’est pas le cas, le générateur de niveau est très bien fait et on a l’impression de jouer dans des lieux imaginés et agencés par un être humain.

La densité de chaque niveau est différente, certains sont très verticaux, d’autres sur l’horizontal ou le zigzag. Je suis même tombé sur le cas où, en gros, le niveau entier était une pièce géante avec plein de plateformes.

A la base je n’étais pas très fan du « procédural » mais quand c’est bien implémenté ça donne tout de suite l’envie.

Je n’ai jamais observé de bugs du genre : portail d’arrivée, clé à 3 centimètres, portail de sortie 3 centimètres plus loin. Il y a toujours un minimum de progression à effectuer pour faire le niveau d’un bout à l’autre sans qu’il soit linéaire.

Level design procédural

 

La musique

Dans le plus pur style médiéval, la musique accompagne idéalement le jeu.

Un petit air de clavecin, accompagné de musiques de troubadours, bref, je me suis surpris à les apprécier. Dans le feu de l’action on n’y fait pas trop attention, c’est pas trop présent et ça ne gêne pas du tout.

Le grooooos bémol par contre c’est qu’elles ne sont pas très nombreuses. 3-4 à tout casser dans tout le jeu, et toujours la même dans les niveaux.

Les bruitages quand à eux sont très corrects et variés, ça change par exemple des « piou » et « boom » de FullBlast. J’adore le choix de ceux ci, surtout les bruits d’épées quand on donne un «coup critique» à un ennemi ^^ Attention ça va trancher !

L’ambiance sonore est relativement dépouillée et ça colle à l’esprit du jeu.

 

Difficulté et durée de vie

Comme évoqué précédemment, Devious Dungeon dispose d’un gameplay simple et d’une mécanique de jeu facile à appréhender. La difficulté est très progressive dans le chapitre 1. Par la suite ça se corse très progressivement aussi. Chaque chapitre apportant un pallier supplémentaire de difficulté, qui est forcément accompagné par l'évolution de tout votre attirail...

Le nombre d’ennemis se densifie, leurs attaques peuvent se croiser… au chapitre 3 ce n’est toujours pas insurmontable. Les hardcore gamers crieront à la facilité, les débutant à la difficulté, personnellement je trouve que ça me va bien comme ça, un poil de difficulté en plus n'aurait pas été de refus.

En fonction de votre profil : speedrunner ou finisseur, les niveaux peuvent durer 1 minute tout comme 5 minutes.

Pour ma part j’ai terminé le premier chapitre au bout de 1h30 de jeu (forcément sur les premiers moments on découvre beaucoup et on s’attarde pour tout faire bien).

Si la difficulté progresse et que l’on se contente de multiplier 1h30 par 5 on pourrait obtenir un joli score de 7h30. Je pense néanmoins que Devious Dungeon peut facilement vous tenir 5h du moment que vous en profitez, tout dépend là encore de votre profil et c’est tout à fait subjectif.

 

Les trophées

Une fois n’est pas coutume pour Ratalaika Games, la liste de trophées semble vouloir récompenser le joueur en cas de finish complet du jeu. Ce que je ne peux qu’approuver ! Merci !

Les trophées de devious dungeon

La liste récompense beaucoup de choses, quelques petits trophées sont offerts, d’autres sont moins évidents. certains tombent facilement d’autres sont axé sur la durée et la (forte) répétition de certaines actions : nombres d’ennemis à tuer, nombre de niveaux à faire, nombre de morts et résurrections…

Je ne considère pas ce jeu comme un Easy Platine, mais comme un platine accessible. Il vous donnera tout de même un peu de challenge avant d’être décroché et ne sera pas offert pour deux sous ! (Ne comptez donc pas le finir en 11minutes ni 1h, quoi que j’en connais parmi vous… bande de hardcore gamers chenapans !),

 

Conclusion

Un petit jeu comme on aimerait en voir plus souvent ! Devious Dungeon est issu du monde mobile et ça se sent.

L'aspect casual et peu difficile de ce titre sera très certainement un reproche qui pourrait être mis en avant, ou un avantage selon votre profil. Toutefois je prends beaucoup de plaisir à progresser dans celui-ci.

Il y a de très bonnes idées :

  • Variété d'armes
  • Variété de costume
  • Variété d'ennemis
  • L'évolution du personnage RPG style
  • C'est beau !
  • Niveaux intelligement générés
  • Plusieurs emplacements de sauvegarde
  • Le système de clé à aller chercher
  • Les pièces secrètes, les grimoires, les petits défis
  • Les effets sonores bien choisis

 

De moins bonnes :

  • Niveaux peu difficiles
  • Peu de pièges
  • Ennemis trop prévisibles
  • Premiers boss... fatigués ?
  • La musique répétitive

 

Idées pour que ça soit un hit

  • Il manque de vraies missions variées, aller cherche un truc pour quelqu'un, rencontrer des gens, activer des leviers, peut être un peu plus d'aspect puzzle et là on obtiendrait un très très bon jeu...

 

Place aux notes !

Graphismes :
Très correct, style qui me plaît beaucoup
7/10
Musique et sons :
Sons niquel, musique...
6/10
Gameplay :
Très simple d'accès, efficace, fluide
8/10
Scénario et histoire :
Basique et habituel, mais bien introduit
5/10
Durée de vie :
Correcte sans plus, les trophées sont toutefois bien disposés et récompensent le 100%
6/10
Rapport qualité / prix :
Un poil trop cher pour du casual, mais la qualité y est
7/10
Coup de coeur :
Oui !
8/10
Total : 6.7/10

 

Fiche technique

Editeur   Woblyware / Ravenous Games / Ratalaika Games
Date de sortie :   25/05/2018
Plateforme :   PSVita / PS4
Format :   Dématérialisé (Fiche sur le Playstation Store)
Prix :   7,99 €
Version :   1.00
Taille :   96 Mo
Platine :   Oui (1 par plateforme)
Compatible PS TV   Oui
Genre :   Rogue Like
Trailer du jeu :   Voir sur YouTube
Obtenu via   Acheté
Test sponsorisé   Non

 

A vos commentaires ! N'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !

Facebook Twitter Google Plus email

2 Commentaires

Hitman7701
le 22 septembre 2018 à 17h04
Je ne peux qu'être d'accord avec ce test. Je ne suis pas spécialement fan de rogue-like mais j'ai bien aimé celui-ci. Côté trophées, comme tu le précises, il faut finir le jeu pour avoir le platine, ce qui est tout à fait justifié. Il aurait peut être manqué des trophées demandant d'acheter toutes les armes, armures, objets et potions, c'est tout.
Nico
le 22 septembre 2018 à 22h27
Finalement ce jeux me tente bien... s'il faut terminer le jeux complet pour le platine c'est une bonne nouvelle pour les joueurs.
S'il reste des exemplaires physique sur play-asia je vais peut être craquer...

Ps: niveaux, ni vaches: :'D :'D :'D

Ajouter un commentaire