Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] F1 2020 - Xbox - Plus fort, encore ?

Image de couverture de [Test] F1 2020 - Xbox - Plus fort, encore ?
Consultez directement le verdict

La F1 est de retour sur nos chères consoles en cette année 2020, marquée par une crise sanitaire sans précédent. Si la donne a changé dans la vie réelle, les joueurs attendent pourtant cette mouture vidéoludique avec impatience et exigence. Codemasters a t-il pu trouver le moyen de renouveler et améliorer cette année encore une licence qui semblait déjà avoir atteint son point culminant ? Eléments de réponse dans ce test !

 

Fiche technique :

  • Genre : Course, Formule 1, Gestion
  • Développeur : Codemasters
  • Editeur : Codemasters
  • Distributeur : Koch Media
  • Langues : Français
  • Plateformes : Xbox One, PS4, PC
  • Testé sur : Xbox One S
  • Prix :
    • 69,99 € pour la 70's Edition
    • 79,99 € pour la Deluxe Schumacher edition
  • Versions testées : 1.0.3 et 1.0.5
  • Taille : 42,5 Go
  • Date de sortie : 10 juillet 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Un contexte déroutant

Avec un début d’année chaotique, marqué par la pandémie de Covid-19, la saison 2020 de Formule 1 était jonchée d’incertitudes avant même d’avoir démarré.

Si les préparatifs de la F1 physique se sont placés en retrait sur la scène médiatique durant le temps d’un confinement quasi mondial, les projecteurs se sont un peu plus braqués cette année encore sur la compétition eSport, avec comme support phare le jeu F1 2019.

L’épidémie n’a pas affecté que la vie des écuries et organisateurs. Ce sont également les teams de développement de nombreux studios qui ont subi de plein fouet une réorganisation de leurs méthodes de travail accompagnée d'un éparpillement de leurs ressouces créatives. On pourrait craindre le pire quant à une de nos licence préférées dont la sortie toute fraîche s’est pourtant déroulée dans les temps.

F1 2020 est certainement la première édition mise en parallèle d’un (et développé dans un) contexte mondial offrant peu de visibilité. Dans ce monde réel, de nombreuses questions sont encore aujourd’hui en suspens quand à la suite du déroulement du calendrier de F1 et chaque jour apporte son lot de nouvelles peu rassurantes.

A l’abri dans notre salon, et pour fêter dignement les 70 ans de notre discipline préférée, Codemasters nous propose de tenter de vivre cette saison de F1 comme si de rien n’était. Alors, qu’en est il ? Quelle sont les nouveautés et améliorations que propose ce cru 2020 ? Enfilez votre combinaison, gants et casque et rendez-vous directement sur le paddock !

 

Carrière à la carte

Si l’an dernier, la grosse nouveauté mise en avant était l’introduction de la F2 et une scénarisation poussée en début de carrière, cette année, codemasters nous propose de nous immerger un peu plus encore dans la vie hors de la piste, au coeur de notre écurie.

Les possibilités déjà offertes en tant que pilote étaient assez stupéfiantes avec une gestion vraiment pointue de nombreux aspects relatifs à la monoplace, au développement et à la gestion des courses.

Cette année la proposition va plus loin. Il est maintenant temps de faire de vous un directeur d’écurie, et pas n’importe laquelle ! La votre. Oui, une nouvelle écurie montée de toute pièces qui devra faire face aux géants déjà en place. Comble du comble ? Vous serez votre propre pilote ! Ce schéma n’avait plus été rencontré depuis des lustres et représente un sacré défi !

Le menu principal vous laisse toutefois le choix, entre autres propositions, de démarrer en mode “mon écurie” ou bien démarrer une carrière “classique”.

 

Se préparer aux grands défis

Le mode “mon écurie” vient intégrer des éléments nouveaux dans le processus existant de début de partie :

De manière classique on crée tout d'abord notre propre personnage, on choisi un avatar 3D qui nous correspond le mieux parmis une belle sélection, puis on personnalise nom et prénom, nom audio, pays, numéro... Jusque là rien de bien nouveau.

barbe
Sa barbe me rappelle la mienne, banco.

 

Viennent maintenant les choix qui toucheront à la personnalisation de votre écurie : Son nom bien entendu mais également faire le tour des sponsors afin de trouver LE partenaire qui permettra à celle-ci de tirer le plus gros, si ce n’est l’essentiel, de ses revenus.

sponsor
Hmmm la belle prime de signature chez Jingshen, attention aux objectifs imposés, il faudra les remplir...

 

Autre étape importante : le choix du motoriste qui donnera vie à notre monoplace. Heureusement celle-ci semble déjà profiter d’un développement depuis quelques temps car le moteur est le seul composant majeur qu’il manque. Effectuez un choix qui permette un bon équilibre entre performance, fiabilité et… coût.

Motoriste
Allez cette année je fais comme Redbull Racing en 2019, direction Honda.

 

Comme une écurie ne peut pas exercer avec un seul pilote, viendra le choix de votre coéquipier(ère) parmis une petite sélection. Chacun dispose de compétences, expérience, renommée qui lui sont propres. Tous ces facteur influents bien évidemment sur le prix qu’il faudra débourser pour l’embaucher/débaucher ainsi que son salaire. Tous ne seront pas accessibles d’entrée pour votre maigre portefeuille donc.

tatiana calderon
Tatiana m'a toujours inspiré confiance.

 

Enfin nous allons pouvoir personnaliser la livrée du véhicule. Ici pas de choix de forme ou de design des ailerons. Nous ne pouvons influer que sur l’aspect “peinture”. On attend donc avec impatience l’édition 2021 avec la fonction “mon agence de design automobile”.

Chaque livrée propose des agencements de formes et aplats de couleurs variés. A vous de personnaliser les couleurs au mieux pour forger votre propre identité. Il en sera de même pour l’écurie avec le choix de ses couleurs dominantes, la création d’un badge personnalisé ainsi que le choix des couleurs de combinaisons, casques, gants, etc.

livrées
Un petit damier de couleurs prédéfinies n'aurait pas été du luxe en complément.

 

A chaque étape il faudra tâtonner pour retrouver les couleurs choisie à l’étape précédente, dommage que l’on ne puisse pas les mémoriser pour les réutiliser.

Bon assez bavardé, il est temps maintenant d’entrer dans la compétition ! Pour commencer nous allons choisir la durée de notre première saison : 22, 16 ou 10 courses.

choix
Tant qu'à tout gérer autant choisir le maximum de courses, mais gardez en tête que 22 courses c'est long et que la carrière ne s'arrête pas à la fin de la saison !

 

2 styles de gameplays sont proposés : standard et décontracté, afin de contenter “amateurs” et “novices”… il est aussi proposé le mode “carrière pro” qui permet d’ajuster beaucoup plus finement les paramètres et aides et conviendra quant à lui aux “experts”. Pour ma part j’ai choisi de rester en style standard en désactivant tout de même les aides -ou entraves selon le point de vue- qui ne sont pas nécessaires.

 

Mon écurie, c'est notre projet

Le mode mon écurie est donc ici dans le but de vous immerger davantage encore dans la vie et surtout la direction des opérations de votre écurie. Les différentes interfaces présentent maintenant de nouveaux écrans, lieux et informations. A commencer par le cartouche du haut qui contient son solde actuel, ses points de ressources, et son niveau de popularité.

interface écurie
Sympa comme lieu de travail.

 

On retrouve de nouvelles interfaces de gestion bien plus axées sur notre nouveau rôle. Elles viennent compléter celles que nous avions vues dans F1 2019 en tant que pilote. (En mode carrière classique les nouveaux onglets sont masqués et les infos sont recentrées sur le pilote)

Ce qui frappe le regard en premier c'est la gestion du calendrier. Entre 2 week-ends de courses, profitez des jours libres pour planifier des évènements afin d’occuper les équipes et faire tourner la boutique : présentation de la monoplace, formations, rencontres avec certains départements, promotion, vente de produits dérivés, participations à des évènements rétro et j’en passe… Il vous suffit de faire avancer le temps et ces évènements se dérouleront comme sur des roulettes tout seuls.

calendrier
A gauche la chronologie, à droite les briques légo à y insérer.

 

Chaque activité qui sera planifiée aura une influence positive, négative ou neutre sur le cash disponible. Elle influera également sur le moral des troupes dans chaque département mais aussi sur l’image de marque, l’image et les aptitudes des pilotes...

Une messagerie est disponible, son rôle informatif rassemble les communications avec des membres de votre équipe par exemple, histoire de s'immerger un peu plus ou ... être distrait. Tout comme le calendrier peut être assigné de manière automatique, les message peuvent très bien ne pas être lus.

L'état de notre infrastructure sous forme synthétique, nous permet de mieux visualiser de manière globale, mais aussi dans les détails, la santé et l'entrain de chaque département qui composent l'écurie.

infrastructure
Efficience VS coût, vos départements sont-ils rentable ?

 

On retrouve un onglet que l'on connaît bien : la R&D avec son arbre qui permet de faire progresser l'équipe et la monoplace sur le plan technique et organisationnel. Ici encore il sera possible de jeter un coup d'oeil à ce qui se trame en coulisse, la R&D en cours et l'historique de sa progression comparée à celle d'autres écuries.

L'onglet véhicule quant à lui n'a pratiquement pas changé avec un récapitulatif de votre véhicule, l'état du bloc, de la boite, l'attribution des pneumatiques... et on imagine que Tatiana se débrouille dans son coin quant au sien.

La partie organisation, régit tout ce qui tourne autour des contrats (sponsors ou pilotes) en cours et des finances. Ce sera l'occasion de faire son marché plus tard parmis les pilotes les plus reconnus... et faire un point sur l'évolution de notre gestion financière.

finances
De quoi rivaliser avec les outils de compta les plus avancés... ;)

 

La partie classement permet de jeter un coup d'oeil à ce qui touche plus ou moins directement à l'image de marque du pilote et de l'écurie avec de nombreux détails et tableaux de synthèse très utiles (données pilote, rivalités, trophées remportés, classement constructeur, etc).

Vous l’avez deviné tout cela suit la mouvance actuelle des jeux de course et ressemble à ce que l’on a pu découvrir progressivement dans Dirt 4, Dirt Rally 2.0 mais aussi WRC 8 et dans une moindre mesure V-Rally 4.

améliorations
Hélas on ne peut pas investir dans tout, tout de suite. Il faudra faire des choix.

 

A vous reviendra le devoir de prendre soin de chaque département de votre écurie, vérifier sa progression et veiller à sa “rentabilité”. Le moral de chacun d’eux étant influencé non seulement par vos choix d’évènements mais également par les interviews que vous accordez.

L’argent étant le nerf de la guerre, votre gestion se devra d’être aussi rigoureuse que votre pilotage.

 

Elle est où mon histoire ?

L’an dernier j’ai beaucoup apprécié le fait d'entourer F1 2019 dans un écrin, sous forme d’une histoire avec un bon scénario autour d’une rivalité naissante entre 2 futurs champions de F1. Les débuts étaient prometteurs et la scénarisation nous poursuivait jusque sur la piste... mais hélas cette scénarisation s’est rapidement essoufflée, au profit d’une simple gestion de rivalité comme élément à surveiller, dilué parmis tant d’autres.

Si cette année je n’ai pas observé de scénarisation particulière de la sorte, le système de rivalité est toujours de la partie. Adieu donc les persos fictifs (à part vous et votre écurie…) que l’on a connu en soubresaut dans 2019.

rivalité
"C'est qui le patron ?"... d'écurie

 

L’an dernier, j’avais placé quelques espoirs sur une éventuelle scénarisation plus complète et une histoire digne des meilleurs reportages sur les grands moments de F1, mais ce ne sera pas pour cette fois. Je pense que Codemaster a préféré ne pas s’égarer dans un domaine où il n'est pas forcément le meilleur et a préféré rester cette fois-ci sur le concret et le factuel.

 

Premiers tours de piste

Le coeur du sujet de F1 2020 reste avant tout le pilotage. Et cette année il n’y a que peu de choses nouvelles à dire à ce propos tellement tout est identique -ou dans la continuité- de F1 2019.

Votre bureau dans le stand de l’écurie est le même que l’an passé. Il en est de même pour la préparation des courses. Les interfaces des étapes de pré-course : reconnaissance, sprint, stratégie, gestion de carburant, gestion de l'usure des pneus, gestion ERS, qualifications... sont toujours là. Le diable se cachant dans les détails il est très difficile de faire la différence d'avec l'édition 2019, tout étant extrêmement semblable.

stratégie de course
Mon "bureau" préféré

 

En course, le gameplay est toujours aussi bon et précis, y compris manette en main. Ce qui pourrait changer -ou parfaire- votre expérience de jeu serait l’adjonction du mode “expert” avec des possibilités de réglages plus fins. Globalement j’ai retrouvé immédiatement mes marques avec les paramètres que j’ai l’habitude de choisir.

Il y a des années ou la réglementation technique en F1 change du tout au tout, pour 2020 ce n’est pas le cas avec très peu de changements qui ont un impact sur les caractéristiques ou le design des monoplaces. Cela se ressent donc quand on passe en revue celles-ci mais également “au volant” avec un sensation là aussi de continuité par rapport à 2019.

aileron
Décidément le "design aérodynamique" aura franchi de nombreuses étapes en 70 ans.

 

Les interfaces de diagnostic en course sont très complètes et permettent d’ajuster de nombreux paramètres dynamiques en temps réel comme la richesse du mélange carburant, l’appui aérodynamique, la répartition du freinage, etc. C’est également la possibilité de visualiser  la température de chaque élément, l’état des composants moteur et transmission, l’usure des pneus, leur pression… très complet encore une fois ! (Et oui il faudra ménager votre monture !)

interfaces en course
Le hud est là encore très pratique et fourmille d'informations avec des panneaux de gestion interchangeables et rétractables (touche B par défaut).


Interview interstice

Les interview sont de nouveau de la partie avec plus de questions et plus de variété forcément, puisque l’on est pilote mais aussi directeur !

interview on prend le temps
Je constate avec plaisir qu’il n’est plus besoin de se presser (façon QTE) pour répondre.

 

Quand nous sommes interviewé en tant que pilote nous avons toujours affaire à la même personne ainsi que son cameraman de terrain. Cette année leur apparence est identique, à un détail près, ils font un peu moins mannequins de cire.

itw
Les animations de ces séquences ainsi que leur déroulement ne bénéficient d'aucun changement entre deux interviews, bis repetita.

 

Dans le contexte de directeur d’écurie, vos interviews se placeront logiquement un peu plus loin du terrain avec des interviews et présentations axées plateau TV.

interview chef ecurie
Certaines interviews ont lieu directement au coeur de vos bureaux.

 

Si cette formalité est comme dans la vraie vie, rébarbative pour certains, il faudra s’y soumettre afin de faire pencher la balance du bon côté à plusieurs niveaux : Votre popularité en tant que pilote, la popularité de votre écurie, le moral de vos troupes, etc. Hélas, tout ce que l'on sait après chaque réponse c'est que tel ou tel aspect a été affecté mais nous ne savons pas si c'est en bien ou en mal, il faudra être patient pour le découvrir, comme en vrai.

 

Promenons les mamies

Les épreuves Rétro représentent toujours une bouffée d’air frais… ou plutôt ancien avec la découverte et le pilotage de monoplaces mythiques lors d’épreuves variées.

Pourquoi air frais ? parce que ces voitures avaient de la personnalité (le son !), du caractère (la nervosité) et un comportement bien plus brut et tranché (gameplay plus fin mais aussi plus punitif au moindre écart).

marty
"Là où nous allons Marty, il n'y a pas besoin d'ERS..."

 

J’ai savouré cette année encore le plaisir de me retrouver à bord de F1 qui ne transigent pas avec les sensations. Il faut bien avouer hélas que les monoplaces d’aujourd’hui sont beaucoup plus “sages” dans leur conception, privilégient l’assistance électrique, des régimes plus bas et globalement des technologies électroniques envahissantes. #TeamVieuxC*n

 

Le showroom, fidèle aux poste

Le showroom est de la partie encore une fois et permet de se rapprocher des monoplaces en lice pour cette édition F1 2020 ainsi que les F2 de 2019.

petronas
La F1 de chez Mercedes(Benz, dixit notre ami Lewis)-AMG Petronas

 

La partie rétro couvre à présent les années 1988 à 2010, l’occasion là aussi d’observer les évolutions de gabarits, aérodynamiques mais aussi de réglementations avec des spécificités esthétiques et techniques marquantes selon les époques. Il est juste dommage de ne pas avoir laissé les plus anciennes, déjà présentes dans l’épisode précédent :(

2008
On en a vu des "errements" côté aérodynamique et règlementation !

 

Des modes de jeux variés

Comme les années passées il sera possible de disputer des grand prix selon les 3 “classes” disponibles partout dans le jeu : F1 2020, Retro, F2 2019. A vous le choix du nombre de manches, où elles se situent et leur ordre. Ce mode permet de se faire une mini carrière axée sur des courses rapides sans se taper le processus d’essais/qualifications et avec une durée plus courte (ou à la carte).

grand prix

 

Le mode championnat permet d’aller plus loin et de relever les mêmes challenges qu’en mode carrière dans plusieurs catégories : Les habituelles F1 2020, F2 2019, rétro, mais aussi sprint F1, tour du monde F2 et circuits rétro légendaires... Des défis rétro sont également là pour pimenter le tout : épreuves points de contrôle, course poursuites, contre la montre, épreuves de dépassement… Si vous avez validé ces épreuves lors de votre carrière elles le sont également ici.

championnats

 

C’est également la possibilité d’aborder les spécificités et règles de la Formule 2 avant de se lancer en carrière F2 par exemple.

Le classique multi-joueur en ligne est de la partie avec les fonctionnalités et qualités que l'on connais déjà. On retrouve ici ses marques sans problèmes.

Une des “nouveautés” qui est la bienvenue est que l’on peut jouer à deux en écran partagé ! Fonctionnalité “oubliée” depuis quelques années déjà et qui ravi l'allergique au multi en ligne que je suis (veuillez m’en excuser, mais ma connexion est une vraie plaie).

Enfin la rubrique eSport est fidèle à elle même avec pour l'essentiel des liens externes vers le site officiel du jeu ou celui de la F1.

 

Dur de se surpasser quand on a fait le max

F1 2020 est certainement le dernier titre de la série développé avec comme cible principale cette génération de consoles et cela se sent. Les graphismes excellents de la version 2019 ne sont pas surpassés. Parfois même on a comme un sentiment qu’ils sont un peu plus délavés ou fades selon les cas de figure. Sur Xbox One S, il manque un peu de ce “piqué” qui était la marque distinctive de l’édition 2019.

piqué
Certaines textures apparaîssent en définition maximale avec du retard.

 

Si tout cela n’est en aucun cas significatif ou gênant, on sent que Codemasters a commencé à rassembler ses ressources pour la venue de la next-gen et a travaillé davantage l'aspect fonctionnalités que technique.

Les circuits sont toujours aussi bien modélisés mais on sent que là aussi on est resté sur un plateau au niveau des détails.

plateau circuits
Les rendus des éclairages et de l'atmosphère de chaque circuit sont très fidèles.

 

Codemasters nous offre 2 nouvelles pistes :

  • Hanoi au Vietnam. Un circuit tout beau tout neuf, à la fois très rapide et technique grâce à des épingles à cheveux de fin de ligne droite dignes des meilleurs tracés de rallye ainsi que des enchaînements de chicanes droite gauche très rapides. Lui aussi intégré pour cette saison 2020 le grand prix est lui-aussi reporté à une date pour l'instant inconnue.

 

A bord de notre cockpit les sensations de vitesse sont grisantes et la fluidité est de rigueur sans exception !

vue externe
Les différentes vue sont très jouables (ici externe), avec une préférence pour tv pod (juste au dessus du pilote).

 

vue aileron avant
La vue “pare-choc” est extrêmement basse et donne de très fortes sensations. La vue au dessus de l'aileron avant nous permet de voir la moindre égratignure ou déchirure de celui ci de manière réaliste.

 

L’usure des pneus est toujours dynamique, on voit très bien l’usure progresser lors des virages (allez faire un tour dans le bac à sable puis prenez quelques courbes, c’est saisissant).

Les environnements n’ont pas changé d’un iota avec globalement une construction et un rendu extrêmement proches. Seul regret, les arbres et feuillages sont maintenant un peu plus “cheap”. Pourquoi un retour en arrière ? Mystère.

monaco
Globalement on reste sur un rendu extrêmement propre pour une console qui fête bientôt ses 8 ans.

 

Vous l’avez compris, sur cet aspect technique également, cette édition manque de personnalité et reste avant tout un F1 2019 “plus”. En cause très peu d’évolutions ou de changements graphiques ou techniques alors que 2019 proposait une belle évolution en regard de l’édition 2018 (éclairages nocturnes améliorés par exemple).

Il n'en reste pas moins que, plateau atteint ou non, le rendu reste superbe, y compris avec l'intervention de la météo dynamique et de la pluie, saisissante à souhait.

pluie
La pluie et certainement la mieux rendue de tous les jeux existants à ce jour.

 

Conclusion

Codemasters n'a pas ménagé ses efforts pour proposer cette année encore, et malgré un situation délicate, une simulation de F1 à la hauteur, digne à la fois de fêter les 70 ans de la Formule 1 mais aussi de conclure cette fin de génération de consoles comme il se doit.

Si le titre n'apporte pas d'améliorations majeures sur le plan graphique ou un jeu des 7 erreurs très garni, le gameplay est confimé comme étant à la fois le plus complet, précis, exigeant... et accessible du moment. Que vous possédiez un équipement de simracing comme un volant/pédalier ou une simple manette, que vous soyez pilote expert ou débutant, vous êtes invité à la fête avec un gameplay et une difficulté complètement à la carte... et c'est ce que l'on retient en premier lieu de F1 2020 : Il ne laisse personne sur le bord de la piste.

On a senti dans cette édition un petit arrière goût de 2019 "plus" et de "on n'avait pas le temps, on s'est concentré sur les nouveautés". L'interface globale du jeu est identique, et le ressenti est le même : on se sent un peu trop chez soi et c'est ce qui peut être à la fois un atout mais aussi une faiblesse pour des joueurs qui veulent être dépaysés à chaque édition.

Malgré tout F1 2020 s'offre le luxe de nous proposer une expérience sur piste parfaite mais également un expérience de gestion plus poussée, indispensable pour certains, largement facultative pour d'autres. Avec la fonctionnalité "mon équipe", il y en a pour tous les goûts avec la possibilité de "débrayer" celle-ci et effectuer une carrière classique axée sur le pilotage pur et dur. A cela s'ajoutent les modes de jeux annexes, que ce soit solo, à 2 sur le même écran, ou bien encore évidemment en ligne.

F1 2020 reste sans le moindre doute une valeur sûre du simracing. Si vous ne possédez pas l'édition 2019, il y a encore moins de doute quant à mon message : foncez, c'est certainement l'édition la plus complète et aboutie à ce jour et ses quelques défauts n'entâchent absolument pas une expérience à vivre pleinement sur console !

f1 2020

 

Verdict :

Les +

  • Gameplay global toujours aussi précis et efficace
  • Une IA qui reste compétitive
  • Toujours plus de personnalisation de son style de conduite
  • Gestion de la manette toujours aussi bien calibrée
  • Support des volants/pédaliers
  • Nouveaux circuits
  • Les épreuves rétro, une vraie bouffée d’air frais
  • Pouvoir créer sa propre écurie
  • De la gestion plus poussée

Les -

  • Personnalisation de la monospace uniquement via livrées
  • Moins de scénarisation que l’an dernier
  • Pas d'évolution graphique
  • Les voix du jeu identiques à l’an passé et répétitives
  • Interfaces identiques à l’an passé
  • Manque de personnalité : “2019 plus”

On aurait aimé :

Une personnalités plus marquée en regard des éditions précédentes

Dans le même genre :

F1, Forza Motorsport 7, Gran Turismo Sport, Assetto Corsa Competizione, Project Cars

Graphismes :
De très bonne facture, toujours aussi fluide et sans couac. On regrette juste de se retrouver face à la copie conforme de l'an passé (outre les nouveaux circuits et monoplaces)
8/10
Musique et sons :
L’immersion est totale, le travail sonore est certainement l'un des meilleurs dans les jeux de simracing à ce jour. Seul bémol; les voix et textes lus doublés en français sentent vraiment le réchauffé.
8/10
Gameplay :
Un gameplay qui n'a rien à envier à la concurrence. Précis, fiable, envoutant, accessible.
9/10
Scénario et histoire :
-/10
Durée de vie :
Une durée de vie colossale. En solo, le mode écurie ajoute forcément beaucoup à l'expérience. Les nombreux modes de jeu hors ligne et en ligne, ainsi que la fonction écran scindée risquent bien d'allonger le compteur !
9/10
Rapport qualité / prix :
Certes 70€ c'est une somme mais si vous découvrez F1 avec cette édition, les qualités du jeu font que c'est amplement mérité. La pilule sera légèrement plus difficile à avaler pour les possesseurs de 2019 qui se retrouveront un peu trop "comme à la maison", avantage ou inconvénient ? à vous de voir.
7/10
Coup de coeur :
Oui, j'ai beaucoup aimé reprendre mon poste de pilote et surtout goûter au métier de directeur d'écurie dans le monde de la F1. Pour ma part l'expérience a été très bonne malgré un arrière goût persistant de déjà vu.
8/10
Total : 8.2/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Warhammer : Mechanicus sur Switch, sus aux Necrons!Switch

[Test] Warhammer : Mechanicus sur Switch, sus aux Necrons!

Sorti sur PC en novembre 2018, voici un nouveau jeu issu de la célèbre licence Warhammer 40 000 porté sur consoles. Développé par Bulwark studios , Mechanicus est un jeu de stratégie au tour par tour mettant en scène l'Adeptus Mechanicus, bataillon de soldats mi-hommes, mi-machines qui se bat pour L'Imperium.
Lire la suite...