Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Catherine: Full Body - Switch - Catherine fidèle à elle-même

Image de couverture de [Test] Catherine: Full Body - Switch - Catherine fidèle à elle-même
Consultez directement le verdict

Après une sortie originale sur PS3 et 360 en 2011, Catherine est revenue l’an passé sur PS4 dans une version “Full Body”, également disponible sur PS Vita au pays du soleil levant mais pas dans nos contrées :(. Cette année 2020 signe le grand come back de Catherine, presque 10 ans après, cette fois-ci sur la console portable hybride Nintendo Switch, dans une édition elle aussi Full body (buildée).

 

Fiche technique :

  • Genre : Catherine (genre à part entière), visual novel, plateforme, puzzle
  • Développeur : Studio Zero / Atlus
  • Editeur : Atlus, SEGA
  • Distributeur : Koch Media
  • Langues : Anglais ou Japonais
  • Sous-titres : Français.
  • Plateformes : Switch, PS4
  • Testé sur : Switch Lite
  • Prix : 49,99 €
  • Age : PEGI 18
  • Version : 1.0.1
  • Taille : Cartouche + 320 Mo (patch), Démat : 14Go
  • Date de sortie : 07 juillet 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Début de partie dissociative

Alors que nous prenons pour la première fois le jeu en main, ce qui nous attend dans Catherine Full body nous est présenté comme un épisode d’un vieux show des années 80 à la TV (Vous vous souvenez de Creep Show ?).

La présentatrice est sublime… et nous met directement dans le bain avec une sensation malsaine d’être plus qu’un téléspectateur mais le ou la cobaye qui va devoir s'empêtrer dans une histoire rocambolesque… et peut-être un peu plus ?

présentatrice
Bienvenue au Golden Playhouse… Special !

 

La teneur est clairement annoncée : Nous allons vivre l’expérience “Catherine” tel que nous l’avons (peut-être déjà) connue à l’époque de sa première sortie. Un jeu quelque peu déjanté et difficile à enfermer dans un case. Catherine “2019” est présentée fidèle à elle-même : comme un bon vieux vin elle aurait en toute logique pris du “corps” et se serait bonifiée !

Nous n’attendons que ça ! Vous êtes prêt ? On lance le programme !

Ne soyez pas découragé si vous découvrez le jeu dans cette édition Full Body et ne l’avez jamais connu auparavant, ce n’est absolument pas un prérequis pour profiter pleinement de l’aventure !

 

Est-ce une malédiction ?

Une rumeur tenace veut que certains cauchemars impliquant un dédale de blocs et de terrifiantes créatures tuent de jeunes hommes alors qu’ils sont endormis, si jamais ils venait à tomber dans le vide.

blocs
Mourir dans cette sorte de “jeu” glauque équivaut à mourir en vrai...

 

Cette malédiction toucherait de nombreuses personnes et - simple coïncidence ? - des faits étranges très similaires font de plus en plus régulièrement la une d’une actualité plus que morbide.

Des d’hommes sont retrouvés morts à leur domicile, dans leur lit, avec un expression figée d’horreur… Que se passe t-il ? Qu’est-ce qui peut bien lier ces morts entre elles ?

mort
Une synopsis digne des meilleurs thrillers de science-ficton...

 

Dans la peau de Vincent

Pour l’instant loin de toutes ces turpitudes, Vincent est un jeune homme de 32 ans, très somptueusement accompagné dans la vie par Katherine : une belle femme, svelte, charmante, travailleuse et surtout engagée dans cette (longue) relation…

Katherine
peut-être un poil plus que Vincent...

 

Vincent c’est un peu le gars qui a le coeur sur la main mais qui ne voit pas la vie à deux comme quelque chose d’évolutif, il aime camper sur ses acquis et l’engagement semble le terrifier. Ses potes d'enfance et de boulot, qu’il retrouve très régulièrement au Stray Sheep, un bar de soirée un peu lounge, ne l’aident pas forcément côté influence… Mais a t il réellement besoin d’eux pour cela ?

vincent
Boisson alcoolisée, tabac et surtout énorme manque de sommeil font qu’il n’a pas tout le temps les idées claires.

 

Idées claires ou non, les changements surviennent inéluctablement... et c’est à ce moment là que nous, joueurs et joueuses, débarquons. Katherine commence à “mettre la pression”, l'âge avançant, pour rendre leur union un peu plus aboutie qu’elle ne l’est déjà… se fréquenter vite fait, vivre sa vie de célibataire chacun dans son coin ce n’est plus à son goût et elle ne manque pas de le faire savoir de manière plus ou moins directe.

discussion sms
Vous dialoguerez également avec Katherine via votre téléphone.

 

De son côté Vincent va devoir à la fois gérer les nouvelles perspectives qui s’imposent à lui mais aussi faire face à des incursions imprévues dans la monotonie calme et plaisante de sa vie.

 

Plongeon au coeur du cauchemar

Catherine se présente comme un jeu qui met en avant l’aspect narratif. Seul “problème”, il ne s’agit pas ici d’un simple visual novel ni d’une histoire que l’on va se contenter de regarder comme un film (oh non loin de là).

L’univers de catherine est en effet à la limite de la folie et du fantastique. Une sorte de rebond entre deux faces d’une pièce aux multiples mystères, alternant cauchemar et réalité :

  • Face réalité c’est la vie de Vincent, sa vie amoureuse, ses amis, ses choix, ses emmerdes...
  • Face cauchemar c’est un homme en caleçon à pois roses accompagné de son coussin (tel un doudou) qui est emprisonné dans un rêve immonde. Il devra grimper dans un dédale de puzzle tel le ferait un alpiniste afin de ne pas succomber à la mort.

Pour matérialiser cela, nous allons effectuer des aller-retours entre plusieurs types de gameplays :

  • Séquences scénarisées façon film d'animation + 3D temps réel, avec une certaine liberté de mouvements et de choix…
  • Et puis d’un autre côté, du… puzzle plateformes. Oui.

 

Pas une fille facile

En début de partie, plusieurs niveaux de difficulté sont d’emblée proposés, allant de “sans risque” à difficile en passant par facile et normal. Si le scénario n’en sera pas affecté, les règles du jeux et limites de temps dans les parties puzzle pourront être plus ou moins “contraignantes”.

Pour la faire court, on peut soit privilégier l’histoire et la narration sans prendre le moindre risque, soit s'attarder davantage sur le travail de speedrun et de remuage de méninges combinés avec du vrai challenge à la clé !

tuto
Les premiers tours de piste ne se font pas sans les mains puisque tout est didactiquement expliqué et schématisé à l’écran.

 

Si précédemment les puzzles étaient composés de simples blocs de “1 mètre cube” tous de taille identique, vous pouvez maintenant décider d’ajouter un peu de piment avec l'activation de puzzles comportant de nouveaux blocs “composés”, de formes rappelant les tétraminos, qui viendront s’ajouter de manière subtile aux empilements habituels.

puzzles remix
Vous pourrez activer les puzzles en mode remix ou non... pour le fun je vous conseille de le faire.


Ce n’est pas un Tetris

La partie puzzle est donc la face “sombre” du jeu.

Depuis notre arrivée, Vincent se retrouve chaque nuit immergé au coeur d’un monde horrifique où la douleur et les ténèbres prennent le pas.

Si nous ne savons pas ce qui produit ces cauchemars, il faut pourtant y faire face.

cauchemars
Qui sait ce qui peut bien vous poursuivre, il faudra être plus rapide...

 

Le jeu se présente sous la forme d’une épreuve d’escalade de blocs. Il n’est pas question comme dans un Tetris de faire disparaître des lignes de blocs cubiques en laissant tomber des formes au bon endroit. La pièce, c’est vous, et vous devez grimper, surtout pas tomber.

Ici il n’y a pas de matos d’escalade ni de boudrier... Ce mur flottant au dessus du vide est composé de blocs de formes et d’allures variées qui se déroberont sous vos pieds si vous tardez trop.

blocs
Certains sont déplaçables, d’autres non, certains peuvent vous aider, certains peuvent vous perdre.
Attention aux vertiges !

 

Notre héros ne pouvant grimper que d’une “case” façon escalier il faudra user de réflexion pour lui ouvrir la voie vers les hautes sphères et non la chuttes vers les... enfers ?

escalade
Profitons en pour récolter un peu d'or au passage. Il sera important d'enchaîner les "moves" et éviter les temps morts sans progression afin d'obtenir de bons combos.

 

Des puzzles à la fois simples et diablement efficaces

Les déplacements se font à pieds sur un même plan, vous pouvez également vous servir de blocs adjacents comme d’une corniche vous permettant d’atteindre une autre zone de la “ligne” sur laquelle vous vous trouvez. Le gameplay qui paraît si simpliste au départ s’étoffe énormément par la suite avec la découverte de nouveaux blocs, nouvelles surfaces, nouveaux agencements...

surfaces
Les blocs peuvent glisser, s'effriter, vous faire sauter dans les air, exploser, vous transpercer, vous dévorer...

 

La gravité n’est pas la même ici. Une seule arête en commun entre deux blocs suffit à maintenir en place ceux qui sont au dessus du vide.

Des "power ups" bien utiles peuvent être collectés (ou achetés) afin de vous aider dans votre progression. Transformer des blocs, gagner des “undo” (très utiles par ailleurs), pouvoir monter deux cases à la fois, etc.

bible
Utilisez une Bible pour envoyer le feu divin sur vos ennemis.
Ah vous pensiez être tout le temps seul dans les puzzles ?

 

Chaque nuit vous devrez enchainer plusieurs puzzles, régulièrement au nombre de 3 (parfois plus, parfois moins). Ceux ci composent une portion d’une ascension beaucoup plus vaste découpé en “étages”. Le dernier puzzle de chaque série vous met face à un boss géant provenant des abîmes qui vous poursuit rapidement, représentant un pic de difficulté. Vous la sentez la pression ?. Chacun dispose de ses propres "attaques", de quoi vous faire suer un peu plus.

map
Aller plus hauuuuuuut, aller plus hauuu...auuuut

 

Une fois le sommet de chaque puzzle atteint, une porte vous est rendue accessible, un pas de plus vers la liberté ? On l'espère...

porte
Faut-il encore la passer à temps...

 

C’est mon Karma

Une fois cette porte traversée, vous vous retrouvez à l’abri sur une plateforme. Est-ce une aire de repos ? un purgatoire ? une réunion Weight Watchers ?

D’autres personnes à l’apparence de moutons sont là… Ont-elles eu à faire aux même périls ? Tous ces moutons ont quelques petits détails visuels distinctifs, n’ont pas le même caractère ni la même attitude…

plateforme
Sauvegardez via un pupitre qui ressemble étrangement à un registre de condoléances. Glauque à souhait.

 

Discutez avec chacun de ces "moutons" et apprenez en plus à leur propos. Partagez ensembles de nouvelles techniques d'escalade afin de mieux progresser et vous sortir de situations bloquantes.

vidéo
J'ai choisi celui qui vous aidera le moins... quoi que :D

 

Viendra ensuite l’entrée dans une sorte de huis clos / confessionnal où des questions sur votre conception de la vie, l’engagement, la séduction, les relations amoureuses, vos limites... vous seront posées, une à la fois.

Comme beaucoup de choses dans le jeu, ce sera là l’occasion de faire des choix pour Vincent (ou pour vous) et incidemment faire évoluer une sorte de jauge / balance qui oscille entre rouge et bleu. Serait-ce le Karma ?

Votre réponse est ensuite comparé aux autres joueurs et joueuses dans le monde entier à titre informatif. Il est possible de filtrer les réponses par genres : hommes, femmes, autres. Il y a là une dimension “participative” et “comparative” dans l’oeuvre vidéoludique qui est assez intéressante mais qui aurait pu être plus approfondie encore.

choix
Ai-je bien répondu ?

 

Une fois un étage complet terminé, c’est la délivrance (temporaire). Retour à la réalité, de bon matin, en sursaut.

 

Ce n’est pas que l’histoire de Vincent

Si la partie puzzle peut mettre vos réflexes et méninges à dure épreuve, cela ne représente qu’une fraction de ce que vous pourrez faire dans le jeu.

La partie “Visual novel” (je le met entre guillemets car ça va bien au delà) contient bien des cinématiques, mais fait également la part belle à des conversations et déambulations dans un univers (clos) en 3D temps réel s’il vous plaît !

discussions
Il y a juste ce flou d'objectif (volontaire) qui est parfois vraiment exagéré... comme la taille de leur b...iiiip

 

Si on ne voit pas ce que fait Vincent la journée au boulot, on le retrouve souvent le matin, le midi et en soirée. Le jeu vous plongera régulièrement au coeur de situations impliquant d’autres protagonistes, souvent dans des cafés, restaurants, chez eux, chez vous… mais le plus régulièrement au Stray Sheep, sorte de repaire de la bande de potes.

Au Stray Sheep il y a moyen de faire beaucoup de choses. S’isoler dans les toilettes (hum), se balader, observer ce que font les gens, surprendre d’autres conversations, boire, s’asseoir avec n’importe qui, regarder la TV, écouter de la musique au Juke Box, jouer à la borne d’arcade, ou simplement partir. Si je peux vous conseiller quelque chose, c'est de ne pas trop abréger cet aspect là du jeu car il est plus ou moins décisif et utile.

déjà vu
La borne d'arcade met en scène Raiponce, son chevalier et la vilaine sorcière. Comme un air de déjà-vu ces blocs...

 

Vous pouvez engager vous même la discussion avec n’importe qui : Vos amis ou des inconnus. Si vous n’êtes pas totalement maître de toutes ces discussion vous avez parfois la possibilité de choisir entre plusieurs réponses ou actions aux questions qui vous sont posées et situations auxquelles vous êtes confronté.

Dans cette “vraie vie” de Vincent, vos actions auront une incidence sur le scénario. Choisissez une réponse ou action plutôt qu’une autre, ignorez des messages ou appels sur votre téléphone, répondez aux SMS d'une certaine manière (avec de multiples choix possibles), regardez des photos ou non… Vous êtes libres d’être le plus grand des gentlemen comme le pire des enc…

sms
Bon là je ne peux pas vous montrer des choix ou éléments avancés de scénario cela gâcherait tout...
C'est très frustrant :D

 

Catherine tu as dit catherine ?

Alors on y vient... on va répondre à la question que tout le monde (ne) se pose (pas forcément) depuis le début. Pourquoi le jeu s’appelle-t-il Catherine ? La copine de Vincent s’appelle pourtant Katherine avec un K non ?

Vincent, Katherine et ses potes seulement ? Dans une aventure étrange ? Ce serait un peu trop facile !

Ce qui va réellement amorcer un revirement de situation dans la vie de Vincent, outre notre présence et ces cauchemars inexpliqués, est le cumul de deux rencontres. Deux protagonistes vont s'immiscer dans cette vie qui jusque là semblait avancer comme sur des roulettes et sans vagues ou presque :


Catherine

Une jeune femme complètement inconnue au bataillon. Les cheveux blonds et “enroulés” (façon Princesse Leia qui aurait pris un électrochoc). Elle n’est pas timide, très entreprenante, fougueuse, pulpeuse, jeune… Elle tape l’incruste même si on ne l’a pas demandée et se prend d’une affection particulièrement coriace et peu pudique envers Vincent, ignorant tous ses signaux tentant de la freiner dans ses approches.

Catherine

 

Rin

est quand à elle une (très) jeune adulte au visage innocent, atteinte de perte de mémoire et poursuivie par un étrange harceleur, elle a croisé violemment la route de Vincent alors qu’elle était en proie à un destin funeste. Vincent tel un gentleman l’a “sauvée”, prise sous son aile, incluse dans son groupe d’amis qui lui a proposé un travail au bar.

Rin

 

Et pour rappel,

Katherine Mc Bride

Sa copine depuis plusieurs années : 32 ans, cheveux très longs, des habits soignés, un visage fin, des lunettes design, très bosseuse. Elle est beaucoup plus “adulte” et mature dans son comportement. Son affection semble sincère mais plus “retenue” à l’égard de Vincent.

Katherine

 

Une histoire qui n’est pas écrite d’avance

Vous l’avez deviné la présence des ces jeunes femmes, en plus de Katherine dans la vie de Vincent auront de multiples incidences sur l’histoire et le scénario, imbroglios et quiproquos à la clé, je vous laisse bien entendu découvrir tout cela par vous-même.

Tout le bonheur de ce jeu vient de ce que vont apporter ces dames dans la progression de l’histoire et les réponses qu'elles apportents aux questions qui émergent. Aucune n’a le même caractère, les mêmes attitudes, le même attachement… C’est important et précieux de voir cette palette de personnalités se dévoiler.

C’est surtout intéressant d'imaginer comment vous (!) allez réagir, répondre, vous sortir de cet enchevêtrement de situations cocasses au travers de Vincent, car ce qui suivra ne dépend qu’en grande partie de vous ! Ce ne sont en effet pas moins de 12 fins qui se profilent à l’horizon, chacune prenant racine assez tôt dans l'histoire !

 

Réalisation

Sans surprise, Atlus qui a l’habitude de travailler avec des consoles portables peu puissantes comme la PS Vita ou encore la 3DS s’est parfaitement débrouillé dans la réalisation de cet opus sur Switch.

Techniquement c’est quasi irréprochable, avec une 3D certes vieillissante mais de bonne facture, semblable à la version PS3 et contenant les améliorations de Full Body sur PS4 : certains éclairages retravaillés, nouvelles pièces de puzzles, nouveaux personnages et portions de décors... et pas mal de flou artistique selon les angles de prise de vue.

décors
Les animations des personnages, leurs postures, leurs attitudes sont vraiment travaillées.

 

Le moteur tourne à pleine résolution, tout est tout le temps fluide et les enchaînements entre plusieurs types de séquences sont instantannés/transparents. Les temps de chargements ont essentiellement lieu entre deux phases de jeu distinctes et sont assez courts (moins de 10 secondes). Tic tac tic tac...

Les dialogues sont parfaitement doublés avec des voix (anglaises et japonaises) très bien castées et surtout attachantes. Les effets sonores et ambiances sont très bien retranscrits. Dans les puzzles il en est de même avec de très nombreux commentaires liés aux actions et réactions du jeu vis à vis de vos “moves”.

La bande son est sublime mais répétitive car chaque musique correspond à une phase de jeu, une situation ou un lieu préétabli. Le Jukebox du Stray Sheep apportera donc une bouffée de fraîcheur avec de très nombreux titres issus de Catherine/CFB mais également de la licence Persona en grande majorité… et il y a de quoi faire ! La playlist devient impressionnante avec le temps.

JukeBox
J'ai parfois envie de retourner dans le jeu juste pour en écouter certaines.

 

Enfin côté gameplay, c’est prouvé et éprouvé. Là aussi sans bugs et sans tâche.

 

Durée de vie et difficulté

Catherine propose une durée de vie initiale qui me correspond bien de manière générale. Environ 10h pour terminer au moins une fin, forcément il y en a 12 donc même si vous reprenez une sauvegarde en cours de route il faudra de la patience et peut être un peu d’aide pour espérer toutes les déclencher. Personnellement j'ai préféré reprendre depuis le début.

Le système de sauvegarde est manuel (tant mieux), accessible quasiment partout et dispose de plusieurs “slots”.

Ce que j’ai réellement apprécié c’est que l’on peut profiter pleinement de l’histoire même si on est nul en puzzles grâce à une palette de choix de difficulté qui contentera tous les profils.

Enfin d’autres modes de jeux permettront de prolonger la durée de vie à l’infini et faire du scoring en se concentrant uniquement sur les puzzles. Au programme : plus de défis, plus de difficulté et des modes coop et en ligne.

 

Seconde lecture

Avant de conclure je voudrais partager un peu plus mon vécu personnel avec ce jeu car j’ai bien conscience qu’il est “spécial” et divise pas mal depuis toujours.

Quand j’ai découvert Catherine en 2011 sur la PS3 d’un ami je m’approchais de la trentaine, et je voyais ce jeu d’un oeil amusé “tiens à la fois puzzle et une histoire sexy”. Je ne me suis pas du tout investi à l’époque dans l’histoire et me suis contenté de voir le jeu comme un tetris avancé avec des interludes scénarisés qui ne m’intéressaient que peu (enfin si, peut-être pour voir de belles nanas dans des situations cocasses).

Aujourd’hui, chemin faisant, et à mon grand étonnement, j’ai abordé le jeu d’une manière complètement différente.

L’histoire m’a cette fois-ci beaucoup plus parlé, les dialogues que j’esquivais avant m'intéressaient, les puzzles bien que améliorés et passionants sont devenus à leur tour les fameux interludes. Cette histoire prenante, qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière seconde, ses personnages tous très singuliers, ces mystères... Ce fameux Vincent et ses amis sont attachants... Etait-il un peu le moi d’il y a 10 ou 15 ans ? Naïf, célibataire dans son attitude, ayant peur de l’engagement ? Cette sorte de mirroir sur le passé m'a intrigué et questionné (alors que justement je n'y avais pas été réceptif du temps de sa première sortie).

La nouveauté de ce cru 2019 : Le nouveau personnage de Rin (entre autres), apporte également énormément au scénario. Il n’est plus question de voir tout cela de manière duale entre : le bien, le mal, noir ou blanc, jauge rouge ou bleu... Rin apporte un palette énorme de nouvelles émotions, situations et questions. A la clé, plus de consistance à plein de niveaux dans un scénario qui était déjà bien rôdé. Tout cela prouve que si chacun peut évoluer et mûrir, Catherine a réellement su se mettre à la page et se “bonifier” comme c’est à juste titre expliqué en introduction.

c'est vraiment

 

Conclusion Full Body

L’univers de catherine est -comme je le disais précédemment- à la limite de la folie et du fantastique. Difficile d'y voir clair tout de suite. C'est cette alternance entre deux faces d’une même pièce où se succèdent cauchemar et réalité qui permet d’accentuer le rythme d’une histoire bien ficelée, aux multiple rebondissements, où l’on ne sait pas si on est vraiment maître du destin de Vincent.

Tout autant dans les puzzles que dans la vie de Vincent, un faux pas peut porter à de lourdes conséquences et c’est ce qui rend Catherine attractif. Cette édition Full Body, avec l’apparition d’un nouveau personnage “central” apporte un nouveau pan d’histoire assez conséquent qui pourtant s’inclut parfaitement au "canon", à tel point que l’on pense qu’il a toujours été là et qu'il ne devrait plus jamais manquer.

Entre 2011 et 2019 beaucoup de choses ont évoluées et Catherine tente de nous présenter une version plus actuelle de la société et de ses questionnements. Je pense que si l'exercice est difficile, Atlus a su nous captiver une fois de plus avec Catherine Full Body qui a le mérite de nous repousser dans nos retranchements et nous faire nous poser beaucoup plus de questions "utiles" qu'auparavant.

La réalisation est au moins à la hauteur de sa grande soeur ainée et c'est un vrai plaisir que de pouvoir emporter cette aventure folle partout avec soi dans de très bonnes conditions.

 

Verdict :

Les +

  • Une histoire captivante
  • De nouveaux personnages
  • Un scénario fidèle et à la fois augmenté
  • Les puzzles eux aussi ont évolué
  • L'ambiance
  • Réalisation de très bonne facture
  • Interactivité maximale

Les -

  • On ne se sent parfois plus maître de la situation, et c'est voulu ;)
  • Des musiques parfois répétitives
  • Les flous de caméra exagérés...

On aurait aimé :

Dans le même genre :

Catherine

Graphismes :
Une 3D certes un peu datée mais parfaitement adaptée à l'univers. Des animations, éclairages et mises en scène très travaillés.
7/10
Musique et sons :
La bande son, les effets sonores ainsi que les doublages sont un plaisir pour les oreilles.
8/10
Gameplay :
Un gameplay rodé, très accessible, que ce soit en phase puzzle ou "IRL". On n'a jamais vu aussi didactique et facile à prendre en main malgré les tonnes de possibilités qu'offre le jeu.
8/10
Scénario et histoire :
Des personnages attachants, une histoire comme on voit rarement, une mise en scène de très bonne facture, 12 fins, de la réflexion, les superlatifs ne manquent pas.
9/10
Durée de vie :
Une durée de vie qui peut aller de 10h à énormément plus, de nombreux modes de jeux, options, bifurcations de scénarios... il y a vraiment de quoi faire !
9/10
Rapport qualité / prix :
Etant donné les qualités du jeu et sa durée de vie, un prix qui oscille entre 40 et 50 € me semble justifié
7/10
Coup de coeur :
Personnellement c'est un grand oui. Si Catherine représente un genre à part entière qui ne sera pas forcément du goût de tous, à cheval entre aventure, simulateur de drague, puzzle-platformer, visual novel, horreur, coquin... je trouve qu'elle s'est totalement bonifiée avec les années.
8/10
Total : 8/10

 

Nous remercions Koch Media / Atlus / SEGA qui nous ont fourni une copie de review du jeu


Si vous désirez vous procurer le jeu et nous soutenir, il est disponible chez Amazon

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...