Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] HyperParasite sur Switch, la fuite des cerveaux

Image de couverture de [Test] HyperParasite sur Switch, la fuite des cerveaux
Consultez directement le verdict

Hyper Parasite est un twin stick shooter de type rogue lite développé par le studio indépendant espagnol Troglobyte Games. Le jeu est disponible depuis le 3 avril 2020 sur PC via Steam et consoles Switch, PlayStation 4 et Xbox One.

 

Fiche technique :

  • Genre : Twin stick shooter, rogue lite
  • Développeur : Troglobyte Games
  • Editeur : Qubic Games
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Portugais, Russe, Chinois
  • Plateformes : PC via Steam, Playstation 4, Xbox One, Switch
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 14,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 2,13 GB
  • Date de sortie : 03 avril 2020
  • Disponibilité : Dématérialisé

 

Vivent les années punks (pas cyber)

En plein pendant les années 80, un mystérieux parasite extraterrestre débarque sur Terre. Le président des USA (ça se passe toujours chez eux ces trucs là) prend la parole dans une allocution télévisée historique. D'après les renseignements qu'il a obtenu, cet alien peut prendre possession des corps des êtres humains pour les manipuler à sa guise. Son but ultime serait de prendre possession du corps du président US pour déclencher l'arsenal nucléaire américain sur toute la Terre afin de réduire à néant l'humanité. Rien que ça !

Le président mobilise donc la totalité de son armée, ainsi que les services de police, secours etc pour anéantir l'envahisseur. Mais pas que! Il en appelle aussi à chaque citoyen, qu'il soit honnête ou le pire des gredins à prendre les armes pour détruire ce danger venu de l'espace. En sachant que nous allons incarner ce fameux parasite alien, nous aurons donc pour adversaire absolument tous les êtres humains que l'on va rencontrer…

Même les clodos avec leur caddies seront de la partie!

 

Chambre d'hôtes

Hyper Parasite est donc un twin stick shooter en mode rogue lite. Les niveaux sont générés de manière aléatoire et il faudra se frayer un chemin à travers 5 d'entre eux pour arriver au bout : el presidente ! Ce qui ne sera pas une mince affaire car le jeu s'avère relativement difficile, et chaque mort du parasite nous ramène à la case départ sans toucher 20 000 francs.

Pour faire simple : on se dirige avec le stick gauche et on vise avec le droit. On tire avec ZR et effectue une attaque spéciale avec ZL. L'attaque spéciale du parasite consiste donc à prendre possession d'un être humain se trouvant dans son champs d'action, représenté par le cercle bleu autour de lui. Les attaques spéciales des hôtes quant à elles, sont propres à chacun d'entre eux mais fonctionnent avec un système de cooldown. Mais tout n'est pas si facile (tout ne tient qu'à un fil), pour prendre possession d'un humain, il faut préalablement l'avoir débloqué.

Une belle collection de cerveaux!

 

Comment on fait ça ? Chaque niveau comporte 12 types d'humain différents. De temps à autre, on rencontrera un membre élite d'une de ces classes. Après l'avoir battu, on pourra récupérer son cerveau et l'amener à la boutique de Wito, sorte de commerçant intergalactique établi sur Terre. Mais il faudra également dépenser quelques dollars pour valider la transaction. La monnaie se récolte en détruisant des éléments du décor ou en battant des ennemis, et il en faudra plus ou moins afin de débloquer les différents hôtes, les plus puissants étant bien sûr les plus cher. Une subtilité : le commerçant extraterrestre propose 50% de réduction à une catégorie d'hôte aléatoire sur toute la boutique. Pour savoir de laquelle il s'agit, il suffit de rentrer dans la boutique et de voir le portrait affiché. En prenant possession de la bonne personne, on peut économiser du temps et de l'argent !

Aujourd'hui chez Wito : 50% de réduction pour les punks!

 

Changer d'hôte comme de slip

On évolue de zone en zone, reliées entre elles par des couloirs. Un fois que l'on a pénétré dans une zone, celle-ci se verrouille et il faut y battre tous les ennemis pour que les portes s'ouvrent et que l'on puisse progresser. Une fois fait, on peut se téléporter depuis la Map dans chaque zone nettoyée.

La map est aléatoire, mais on peut retourner dans chaque salle en s'y téléportant

 

Chaque niveau se termine par un boss, accompagné d'ennemis de base qui ne cesse d'apparaître tant que le boss n'est pas vaincu. Ainsi, au fur et à mesure que l'on perd des hôtes, on peut en posséder d'autres, à condition bien sûr de les avoir débloqués. L'idéal c'est donc de tous les avoir débloqués avant d'aller affronter le boss.

Les boss sont généralement gigantesques

 

On peut également obtenir aléatoirement dans certaines zones des améliorations qui permettront au choix de renforcer l'attaque ou la défense de nos hôtes ou d'augmenter la barre de vie du parasite. On pourra également trouver des bonus, utilisables avec la touche Y, tels que des boucliers ou des drones à canon laser par exemple.

 

Retour vers les eighties

Comme évoqué plus haut, la réalisation du soft est très orientée années 80, cette ambiance de musique pop dans des ruelles crades illuminées par des néons. C'est tout à fait le cliché des films de cette époque, tant au niveau du décor que des différents personnages, que ce soit le punk à crête, le basketteur à la coupe afro style Harlem Globe Trotters, etc…

1 vs 1 contre le loup-garou du campus

 

Hyper Parasite est un top down shooter, on dirige donc notre personnage avec une vue de dessus, avec des graphismes plutôt sympas sans être exceptionnels, mais bien colorés. D'ailleurs, un point que j'ai trouvé intelligent c'est la différence de couleurs des projectiles. Étant donné qu'on prend possession d'ennemis, les attaques sont les mêmes, cependant nos projectiles brillent en bleu et ceux des ennemis en jaune. Très pratique lorsque l'on joue le basketteur par exemple car les ballons qu'il envoie rebondissent sur les murs et peuvent donc parfois revenir vers nous et créer une confusion avec les ballons des basketteurs ennemis.

Ca saigne un peu...

 

Enfin s'il faut bien recommencer dès le premier niveau en cas de mort du parasite, les hôtes débloqués le restent définitivement (et heureusement). On notera d'ailleurs la grande diversité d'hôtes, qui permet d'avoir une soixantaine de personnages jouables. Je dirai donc que la durée de vie du soft est grandement dépendante du skill du joueur, le jeu étant relativement difficile bien qu'agréable à jouer.

J'ajouterai que le jeu se présente de base en anglais, mais le français est bien disponible dans les options.

 

Hyper Conclusion

Hyper Parasite est donc de mon point de vue un twin stick shooter bien sympa, il ne révolutionne pas le genre mais fait bien le taf. Le point le plus frustrant est de devoir recommencer au tout début du jeu en cas de mort. Je sais, c'est un rogue lite mais certains permettent une rejouabilité par niveaux (ex : Devious Dungeon). Après je ne suis pas un fan absolu de rogue lite, donc c'est peut être un point qui, au contraire, plaira aux plus friands du genre. Son côté kitsch années 80 assumé vaut bien le détour par contre!

Disponible uniquement en digital pour le moment, Nicalis a annoncé une édition physique pour le 19 février 2021.

 

 

Verdict :

Les +

  • Gameplay simple et efficace
  • Ambiance eighties
  • 60 personnages jouables
  • Challenge intéressant

Les -

  • Retour au tout début du jeu en cas de mort du parasite

On aurait aimé :

Un système de sélection des niveaux à la Devious Dungeon

Dans le même genre :

Hellmut The Badass from Hell, Riddled Corpses

Graphismes :
Sympas, mais pas le point fort du jeu
6/10
Musique et sons :
Une bonne gamme d'effets spéciaux ave une bande son synthé/arcade bien 80's
8/10
Gameplay :
Simple et efficace, avec une bonne dose de challenge
8/10
Scénario et histoire :
Décalé, kitsch à souhait et assumé
7/10
Durée de vie :
Selon le skill en TSS! Beau challenge en perspective
8/10
Rapport qualité / prix :
proposé à moins de 15€, tout à fait abordable
7/10
Coup de coeur :
Pas le jeu de l'année bien sûr, mais on y revient avec plaisir
7/10
Total : 7.3/10

 

Nous remercions PR Hound qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Commandos 2 HD Remaster sur Switch, gaaaaarde à vous!Switch

[Test] Commandos 2 HD Remaster sur Switch, gaaaaarde à vous!

Pas loin de 20 ans après sa sortie sur PC, Commandos 2 qui avait débarqué sur PS4 en septembre dernier (accompagné de Praetorians) arrive maintenant en version HD Remastered sur Switch. Parmi les premières grosses références RTS (Real Time Strategy) de l'époque, est-ce que la mission de portage sur la console hybride de Nintendo est un succès ?
Lire la suite...