Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Paradox Soul sur PS Vita

Image de couverture de [Test] Paradox Soul sur PS Vita

Vous ne le savez peut être pas mais je suis un grand fan de plusieurs choses dans le monde réel, les films et les jeux vidéos : Tout ce qui touche aux robots, androïdes, bunkers et autres bases sous-terraines, places abandonnées, centrales nucléaires et autres laboratoires scientifiques secrets. D’ailleur je suis assez fan des vidéos d’Urbex qui prennent place dans ces lieux.

Ce 36 15 MAVIE étant terminé, quand j’ai appris que Paradox Soul mêlait plusieurs de ces aspects, j’ai eu à la fois un sentiment de plaisir intense mais aussi la crainte que le jeu ne soit pas terrible ou fait à la va-vite.

Qu’en est il ? Enfilons notre tenue anti-radiations, et équipons nous de notre meilleur calibre afin de pénétrer dans le monde angoissant de Paradox Soul.


Fiche technique :

  • Genre : Metroidvania, aventure
  • Développeur : Ritual Games / Grab the games / Ratalaika Games
  • Plateformes : PS Vita / PS4 (cross-buy)
  • Prix : 4,99 €
  • Version : 1.00
  • Taile : 39 Mo
  • Date de sortie : 3 juillet 2019
  • Disponibilité : Dématérialisé
  • Platine : Oui
  • PS TV : Oui

 

 

Bienvenue dans le monde de Xfiles Tunguska, The Thing, Aliens, Stranger Things... 

Paradox Soul commence sur le plancher des vaches, dans le désert de glace de l'Islande. Vous êtes le Dr. Alli Rose, une scientifique, seule, bien armée et très entraînée qui doit essayer de lever le mystère sur une base de recherches sous-terraine qui ne répond plus aux appels radio. Visiblement il y a eu du grabuge et quelque chose de mal a dû se produire.

Vous évoluez dans la neige et peinez à progresser jusqu’à trouver l’accès principal.. un blocos avec comme seule ouverture un ascenseur.

ascenseur
Hmmm on dirait que la soirée barbecue d'hier a mal tourné...

 

Une fois dans l’antre de sata… euh le paradis d'OTIS, les lieux sont déserts. Ni vie, ni mouvements… mais beaucoup de détails étranges à commencer par le sang et les pièces métalliques qui jonchent les murs, sols et plafonds… hmmm.

corps et pièces métaliques
Pourquoi m'envoie t-on seule encore une fois ? heureusement il y a de la lumière...

 

Un dédale composé de “zones” (couloirs, laboratoires et autres entrepôts sous-terrains) se présente à vous et est visualisable dans son intégralité et à tout moment via une minimap en appuyant sur la touche L. La base entière n’est autre qu’une grille de 5 “zones” en largeur et 10 étages sous-terrains, ce qui représente un joli total de 50 tableaux à traverser.

map
Ils ont réussi à caser tout ça sur un écran de vita, chapeau mais attention les yeux...

 

Chaque zone ou mini-tableau peut comporter plusieurs altitudes, il y a donc des “étages” dans les étages. Ici pas besoin d’échelles mais simplement des portes ou … des corniches. Chaque zone est reliée à une ou plusieurs autres zones via des portails de type “ascenseurs”... horizontaux et verticaux. Vous pouvez donc vous rendre à la zone sur votre droite, gauche, au dessus ou au dessous… mais tout n’est pas juste une grille ordinaire car il faudra dans certains cas passer par l’étage du dessous pour se rendre par ricochet dans la zone directement à notre droite sur notre étage en cours. Pas simple...

dédale
Hmmm que font tous ces "corps" en suspension ? ça me rappelle mon ancien job chez Umbrella...


Metroidvania façon Hotline Deadbolt à Miami

Paradox Soul n’est pas un simple jeu de plateforme à la metroid comme les autres. Déjà votre personnage est humain et évolue comme tel. pas de sauts de 20m de haut, pas d’armure à foison, pas d’arme surpuissante façon BFG (pour l’instant).

Vous devrez évoluer dans un labyrinthe de laboratoires façon doom 2D vu de côté, avec des ennemis plutôt coriaces, peu d’équipement, peu de vie et peu d’habileté. Là où cela devient intéressant, c’est que comme dans Deadbolt et Hotline Miami (que je vous recommande tous deux vivement), l’aspect cache-cache, infiltration, mise à couvert etc. est primordiale pour espérer survivre. En effet pas mal de blocs sous forme d’armoires à munitions ou containers à matériaux par exemple peuvent servir de cache ou de repli en cas de fusillade contre de vilains habitants des lieux.

cache cache
Bon si je descend, je suis attendu... heureusement je vais pouvoir me mettre à couvert

 

Vous ne disposez que de 2 vies sous forme de 2 cube de couleur turquoise en haut gauche de votre écran. Si vous vous faites toucher (simple contact) par un ennemi, tirer dessus, mordiller... ou autre vous perdez un cube. Il n’y a aucun moyen de regagner un cube. Difficile ? Oui et non car la bonne nouvelle est que si vous mourrez, vous recommencez au début de la zone où vous êtes apparu en dernier (la porte d'ascenseur par laquelle vous êtes arrivé) et regagnez immédiatement vos 2 cubes. Donc au final même si on va faire du bon die & retry on n’aura pas à reprendre un étage en entier.

Votre tenue peut être améliorée afin de proposer de nouveaux mouvements : dash sous forme de roulade à la sonic, double saut, s’accrocher aux surfaces, etc. Une zone précédemment inaccessible peut donc le devenir ensuite… il faudra parfois faire un petit aller-retour pour accéder à une zone, un boss (brrrr), une amélioration, un pass etc.

suit
Avant d'améliorer sa tenue il faut la trouver...

 

Votre armement peut également évoluer. Vous ne disposez que d’une seule et même arme et il est impossible de basculer entre plusieurs armes au choix. Chaque amélioration augmente donc la puissance de frappe et la cadence de tir de celle-ci.

Des quêtes “annexes” vous demanderont indirectement de trouver le pass d’un scientifique pour obtenir l’accès à des salles ou étages. De la même manière, certaines salles contiendront un terminal spécial qu’il faudra pirater ou détruire afin de déclencher quelque chose ailleurs...

haxor rulez da planet
Y34h H4x0rZ Rulez d4 Pl4n3t

 

Maniabilité

Là où j’attends souvent les jeux indépendants portés sur PS Vita c’est au niveau la maniabilité et la fluidité. Ici rien à redire, le personnage répond du tac-o-tac à mes sollicitations, tout est fluide, sans latence. Très souvent, tout se joue à quelques millisecondes entre le moment où on tire et celui où on doit absolument être à couvert. A ce petit jeu Paradox Soul excèlle : pas de problèmes, pas de rage quit tout est dans les clous.

prend ça
Bah oui bien sûr... essaye de m'écraser avec ton gros tracteur à chenilles :|

 

L’avantage du gameplay de Paradox Soul c’est qu’il n’y a pas d’angle de tir à ajuster, vous tirez toujours face à vous : soit à droite, soit à gauche.. et vous pouvez aussi vous mettre accroupi pour tirer sur des vilains au raz des pâquerettes.

accroupi ramper
J'adore ramper dans de petites canalisations d'air et attendre le moment opportun pour attaquer ED 209....

 

Les boss du jeu vous demanderont du doigté et de la patience. Avec vos 2 vies, le moindre faux mouvement aura de lourdes conséquences. Leur jauge de vie est grande… et invisible (il n’y en a pas, tout comme les ennemis, c’est au jugé), il faudra donc se concentrer, analyser leur patterns et réagir vite. Le boss est souvent accompagné de mini-ennemis et autres pièges aléatoires qui vous pourriront la vie.

boss
Une araignée cybernétique + Gatling... les restes de munitions tombent au sol, souci du détail.

un boss
Ce boss est un monte charge... qui envoie des rayons laser, boules de plasma, déclenche des arcs électriques, la totale quoi...

 

Réalisation

Visuellement, Paradox Soul propose une expérience très propre et détaillée, très étonnant pour un jeu à 5€. Chaque élément de décor est très travaillé façon pixel art. Même si l’écran de la PS Vita agit comme un filtre de beauté sur ce type de jeux, je dois reconnaître que le travail est là, que ce soit sur les assets ou les animations.

La fluidité est elle aussi au rendez-vous. Certains détails sont bienvenus, comme un ennemi qui entre dans le périmètre déclenche un ajustement rapide et fluide de la position de la caméra pour le faire apparaître à l'écran. Je trouve que c’est ce genre de petites choses qui donnent à un jeu un certain cachet.

experiences
Plus on avance plus on découvre de bizarres expériences...

 

Sonorités lointaines

L’aspect sonore n’est pas en reste avec des effets tout à fait honnêtes et variés. Le personnage lui-même fait entendre ses efforts ou bien encore son dernier cri lors de sa mort. L’évolution de l’arme est elle aussi accompagnée de nouvelles sonorités de plus en plus “badass”, on passe du pioupiou 9 mm au TurboLazor 4000 sur le plan acoustique également.

La musique de fond est lancinante et angoissante, monocorde, monotone, elle fait penser à l’OST de Terminator sous morphine et tranquillisants. Pas un problème pour moi puisque ça pose très bien l’ambiance.

 

Difficulté, durée de vie et platine

Si au départ, avec votre puissance de feu ultra faible, la difficulté est bien corsée, l’évolution de votre tenue de combat ainsi que votre armement ira de pair avec l’évolution du bestiaire du jeu, et bien au-delà. J’ai donc constaté qu’après le pic initial et le difficile premier boss du jeu, cela allait de mieux en mieux (certainement aussi que je m’habituais et prenais goût au gameplay du jeu).

Pour effectuer le platine, comptez entre 1h30 et 2h si vous êtes bien énervé et à l’aise avec le gameplay.

Si vous êtes dans la moyenne, comptez environ 3 à 4h pour finir le jeu.

platine
Un platine qui tombe un peu vite au 33 ème sous-sol de la peur... pourtant l'envie de finir le jeu reste.


Conclusion

Si Paradox Soul propose des graphismes type Pixel art, il n’est pas à classer dans les jeux retro pixels mais du côté des belles oeuvres vidéoludiques 2D récentes.

Non seulement il se déroule dans un laboratoire sous-terrain caché au fin fond de l’Islande, mais son gameplay est propre et amusant, les adversaires variés, les décors très détaillés et eux aussi “à thème”.

J’ai pris beaucoup de plaisir à la platiner et le terminer et je vous le recommande vivement !

 

On a aimé :

  • Pixel art de qualité
  • Gameplay réactif et prenant
  • Les améliorations
  • Les ennemis et boss bien travaillés

On n’a pas aimé :

  • Assez court
  • Difficulté inversée, hard puis facile
  • ça manque un peu de leviers et de puzzles

On aurait voulu :

  • Une durée de vie accrue
  • Une traduction FR

Dans le même genre :

  • Terminator 2 (NES)
  • Deadbolt (PS Vita)
  • Iconoclasts (PS Vita)
  • Steamworld Dig (PS Vita)
  • The Swapper (PS Vita)
  • The Long Reach (PS Vita)
  • Stranger Things ? :D

 

Notes :

Graphismes :
Très bon pixel art 2D avec un style contemporain, détaillé.
8/10
Musique et sons :
Des effets sonores à la hauteur et une musique raccord avec l'angoisse du thème
7/10
Gameplay :
C'est fluide, précis, réactif
9/10
Scénario et histoire :
Le scénario type que j'aime avec une bonne mise en contexte, mais comme par hasard c'est toujours bibi qui doit sauver les autres tout seul...
8/10
Durée de vie :
C'est court, j'aurais aimé que le jeu dure le double...
6/10
Rapport qualité / prix :
Très bon, pour ce prix foncez les yeux fermés
8/10
Coup de coeur :
Oui !
8/10
Total : 7.7/10

 

N'hésitez pas à commenter et nous dire ce que vous avez pensé du test et du jeu !

Nous remercions Ratalaika Games qui nous a fourni une clé de review du jeu

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire