Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Spacebase Startopia sur PS5, le Theme Park de l'espace

Image de couverture de [Test] Spacebase Startopia sur PS5, le Theme Park de l'espace
Consultez directement le verdict

Spacebase Startopia est un jeu de stratégie sorti sur PC, PS4/PS5, Xbox One et Series le 26 mars 2021. Une version Switch est également attendue ultérieurement. Basé sur le jeu Startopia sorti en 2001, le soft nous invite à gérer une station spatiale. Il est développé par Realmforge Studios et édité par Kalypso Media.

 

Fiche technique :

  • Genre : Gestion
  • Développeur : Realmforge Studios
  • Editeur : Kalypso Media
  • Langues : Allemand, Anglais, Chinois - simplifié, Chinois - traditionnel, Coréen, Espagnol, Français (France), Italien, Polonais, Portugais (Brésil), Russe
  • Plateformes : PC, Playstation 4 et 5, Xbox One et Series
  • Testé sur : PS5
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.1
  • Taille : 6,82 GB
  • Date de sortie : 26 mars 2021
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Side-7

Il n'y a pas de réel scénario dans Spacebase Startopia, si ce n'est qu'après des années de conflits inter-especes, les aliens qui ont fini par se comprendre et faire la paix viennent s'éclater dans les stations Startopia. On compte une dizaine de missions avec des objectifs variés. En tant que Commandant, on nous demandera de rechercher et développer des technologies ou d'atteindre des objectifs chiffrés (soigner X aliens malades, vendre X produits aux marchands, etc…) avant de pouvoir être muté sur la station suivante.

On arrive vite à court de place!

 

Les stations doivent être bien tenues, et proposer tous types de services aux touristes intergalactiques : ils doivent pouvoir se reposer, se faire soigner, mais aussi s'éclater en boîte ou dans des salles d'arcade! Le tout bien sûr dans un environnement propre et sûr. A nous donc de tout mettre en place pour leur satisfaction, que l'on peut suivre sur Spwitter, le réseau social numéro 1 dans l'espace infini. Pour cela, nous allons pouvoir recruter certains de ces aliens, divisés en 8 races, chacune spécialisée dans un domaine de compétences (santé, sécurité, communication…)

 

Principes de (Space)base

Les bases spatiales, de forme tubulaires, se composent de 3 ponts : le pont inférieur, le pont des loisirs et le pont biologique.

Après avoir parcouru des milliers d'années lumière en soucoupe, les mecs ont envie de se reposer un petit peu, de prendre une douche, etc… Donc la première installation à effectuer au niveau du pont inférieur, c'est le foyer. Mais les aliens sont comme les humains, ils balancent leur déchets à droite et à gauche, donc si on ne veut pas être envahis par la vermine, il faut des robots éboueurs pour ramasser les détritus, puis un centre de recyclage pour éliminer tout ça, etc… Certains arriveront ou tomberont malades à bord, il faudra donc les soigner, et suffisamment rapidement pour qu'ils n'aient pas à se plaindre de l'attente ou bien même qu'ils ne meurent… Ce qui serait du plus mauvais effet pour la station.

Le pont des loisirs, comme son nom l'indique, est le lieu où les aliens prennent du bon temps, tout en y laissant leur énergie (la monnaie en vigueur dans les stations). Tout doit être à leur disposition rapidement pour qu'ils s'éclatent en faisant la queue le moins possible… Attractions, loteries, boîte de nuit… Si les aliens s'ennuient, ils n'hésiteront pas à s'en plaindre sur Spwitter, et les salariés iront jusqu'à démissionner.

Il faut recruter des extraterrestres DJ pour faire fonctionner la boîte de nuit

 

Enfin le pont biologique regroupe plusieurs biomes qui rappelleront un peu à nos touristes la nature de leur planète d'origine, mais servira également à produire des ressources que l'on pourra revendre ou transformer.

Pour placer des installations, il faut avoir les fonds dans un premier temps, mais aussi la place nécessaire. Quand celle-ci vient à manquer, on peut agrandir l'espace disponible en ouvrant la cloison qui nous sépare de l'espace mitoyen. Comme vous vous en doutez, cette opération est bien entendu payante. Mais une bonne organisation des installations est primordiale pour s'en sortir, notamment pour faciliter le passage des mechas de défense.

 

VAL l'IA qui m'aimait (pas)

Tout au long du jeu, nous sommes "assistés" par VAL, l'IA. On peut lui choisir 3 types de voix dans les options, voire la rendre silencieuse. J'ai fini par opter pour la dernière solution, car en plus d'être plutôt désagréable comme voix, VAL est très (très) sarcastique. Personnellement, j'aime le sarcasme, je trouve ça drôle. Les sarcasmes de VAL m'ont fait sourire les 372 premières fois… Puis ça devient lourd. L'intérêt du sarcasme c'est qu'il soit bien dosé et utilisé au bon moment. Quand c'est à chaque intervention, c'est juste lourd. Enfin à mon avis.

Une intervention = une pique

 

En dehors de ça, je pointerai du doigt l'ergonomie du jeu qui n'est pas hyper intuitive. J'ai trouvé que même les tutoriels, constitués de 5 parties, étaient laborieux. Il faut souvent chercher l'info dans les descriptions des installations, et encore, elles ne sont pas toujours limpides. Le point positif est que la liste des commandes est facilement accessible (touche triangle), ce qui nous évite de passer par le menu pause, entrer dans les options, les commandes, etc… à chaque fois.

 

Theme ISS

Spacebase Startopia, malgré les 2 principaux défauts cités plus haut, est un jeu de gestion fun dans la lignée des Theme Park, Theme Hospital, etc… Le jeu propose 3 niveaux de difficulté : Cadet, Normal et Amiral. Le temps de bien prendre le jeu en main, la difficulté Cadet est de mise. En effet, pendant que l'on cherche encore ses marques, la situation à bord a vite fait de devenir ingérable. Les aliens débarquent par dizaines, il y a des bouchons dans les ascenseurs entre les ponts, les floutés (les petits robots qui entretiennent la station) ne peuvent plus aller se recharger… Puis on apprend de ses erreurs et on gère mieux l'organisation de l'espace, on pense aux installations de distribution d'énergie, de purification de l'air, etc… Et on se surprend à avoir un taux de satisfaction bien au-dessus de la moyenne.

Niveau satisfaction, c'est pas ça là...

 

Gundam eco+

En plus de l'aspect gestion, Realmforge Studios ont ajouté un peu de combat de mechas. En effet, le poste de sécurité permet de produire un mecha au choix parmi 3 modèles, aux caractéristiques variées. Pour cela, il faut produire les matériaux nécessaires à l'usine, ou bien les acheter à un marchand. L'interface de contrôle du mecha, qui permet également de gérer les drones de sécurité, est encore moins intuitive que le reste. Quant aux combats à proprement parler, bien qu'ils puissent nous opposer à des boss gigantesques, ils sont purement anecdotiques.

Mais qu'il est vilain ce ver géant T_T

 

Une direction artistique de l'espace

Côté réalisation, il faut bien avouer que le soft dispose de graphismes très basiques, pour le coup, je n'ai pas vraiment eu l'impression de jouer à un jeu de PS5. Les parois en arrière-plan par exemple sont assez pixellisées, et les textures en général, sont assez moyennes. Certes, les graphismes ne sont généralement pas le point le plus important de ce type de jeu mais quand même.

La direction artistique cependant, est plutôt sympa. Les aliens ont de bonnes bouilles, les installations ont un style qui rappelle Theme Hospital je trouve. J'ai bien aimé le pont biologique, qui rassemble divers types d'environnements au même endroit.

Le jeu dispose d'un mode bac à sable entièrement personnalisable

 

La bande son est plutôt discrète et loin d'être inoubliable, par contre, comme évoqué plus haut, j'ai trouvé les différentes voix proposées pour l'IA plutôt désagréables.

En revanche, le jeu est vraiment fun malgré la réalisation un peu moyenne sur certains aspects. A savoir qu'il est disponible entièrement en français, textes comme voix et qu'en plus du mode bac à sable solo, il est possible de jouer jusqu'à 3 en coopération ou en compétition.

 

Spacebase Conclusion

Spacebase Startopia est donc un jeu de gestion fun, qui ravira les adeptes du genre, comme un Theme Park à l'autre bout de la galaxie. La réalisation ne rend pas justice à la PS5, mais le système est prenant et on oublie ces défauts. Quant aux piques de VAL, à vous de voir si vous voulez les supporter ^^'

C'est un jeu recommandé pour ceux qui aiment la gestion qui ne se prend pas trop au sérieux.

 

Verdict :

Les +

  • Gestion fun
  • Direction artistique
  • Objectifs de mission
  • Mode bac à sable

Les -

  • Les sarcasmes à répétition
  • Graphismes moyens
  • Ergonomie à revoir

On aurait aimé :

Quelques missions de plus

Dans le même genre :

Theme Park, Theme Hospital, Sim City...

Graphismes :
Vraiment moyen, une optimisation aurait été la bienvenue sur PS5
6/10
Musique et sons :
Une bande son qui ne m'a pas marquée et une "voix-off" qui m'a agacé... Les bruitages en revanche sont sympa
6/10
Gameplay :
Un jeu fun mais avec une interface peu intuitive
7/10
Scénario et histoire :
Pas de vrai scénario (pas forcément nécessaire non plus) mais des objectifs avec une importance progressive
7/10
Durée de vie :
La campagne principale pourra être terminée en moins de 10 heures en comptant les tutos. le mode bac à sable après c'est à volonté mais pas sûr qu'il captive des dizaines d'heures de suite. Par contre une partie de temps en temps entre 2 jeux, ce sera toujours avec plaisir
6/10
Rapport qualité / prix :
Le jeu est proposé à 59€, plutôt fun mais assez court...
6/10
Coup de coeur :
Un petit coup de coeur pour ce jeu sympathique malgré des défauts qui auraient pu être corrigés, ou plutôt des détails qui auraient pu être améliorés.
7/10
Total : 6.4/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Critique] La déchéance d'un homme, version Junji ItoManga

[Critique] La déchéance d'un homme, version Junji Ito

Yôzô Ôba souffre énormément du regard que les autres portent sur lui et ne comprend pas le bonheur de son entourage. La solution qu'il finit par trouver pour s'en guérir : se transformer en bouffon. C'est ainsi que s'écoulent ses jours, à se vouer à ce rôle de clown empli de souffrance. « Extérieurement, le sourire ne me quittait pas intérieurement, en revanche, c'était le désespoir. »
Lire la suite...