Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Ultra Off-Road Simulator 2019 : Alaska sur Switch

Image de couverture de [Test] Ultra Off-Road Simulator 2019 : Alaska sur Switch

Ahhhh le Off-road, les voitures tout-terrains, la boue, la forêt, la bonne odeur de (sa)pin et de neige… Quoi de mieux comme programme que ce que veut nous offrir Ultra Off-Road Simulator 2019 : Alaska sur Switch !

 

Fiche technique :

  • Genre : Simulation
  • Développeur : Icetorch Interactive
  • Editeur : Ultimate Games
  • Plateformes : PC, Switch
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 17,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taile : 1 Go
  • Date de sortie : 25 octobre 2019
  • Disponibilité : Dématérialisé

 

Voyage au bout du monde

Après un choix de langue (qui propose le Français) et une introduction ultra courte mais intense, nous avons droit à un magnifique menu digne d’un jeu tablette de 2011...
Au programme donc, 4 “écrans” :

L’accueil :

Permettant de lancer au choix une partie ou un tutoriel. Un peu de personnalisation nous est proposée avec un fond d'écran modifiable. Ce ne sont pas 3 ni 4… mais 5 photos qui sont disponibles ! Ouahhhhh magnifique !
"Ce sont des captures in-game de la version Switch ?" me direz vous ? Que nenni ! Ce serait trop beau…

accueil
Bon le menu est simple mais il fonctionne bien, c'est toujours ça de pris.
Les photos proviennent probablement de la version PC.

 

Le choix des voitures :

Un copieux choix de... 6 modèles de véhicules est proposé. Allant de la contrefaçon de Jeep Ukrainienne au Fake Range Rover Polonais. Les noms de ces fabuleux “bolides” prêtent un poil à confusion (volontairement ?) avec des noms comme “Spitetire” ou “Madrunner”, très proches du titre du jeu directement concurrent : “Spintires. A Mudrunner game”.

choix voiture
ça en jette non ? Ah le choix de coloris n'est pas visible en direct.

 

Chaque véhicule dispose en théorie de ses caractéristiques techniques propres : Autonomie, poids, dimensions… et euhh c’est tout.

Les deux derniers modèles de véhicules étant les mêmes sur le plan visuel et technique, avec simplement une carrosserie peinte d’une autre couleur. On va dire qu’en fait il n’y en a que 5 !

4 coloris au choix sont proposés sur 3 véhicules. Puisqu'un choix de coloris est disponibles on se pose la question à propos de l’existence des 2 "Madrunner" qui auraient très bien pu être “rassemblés” en un seul. Bref c’est tout ? On s’attendait à voir également des camions ou d’autres engins qui aiment patauger dans la boue…

voiture
Une fois le jeu terminé... il n'y a toujours que 5 véhicules différents

 

Les crédits

Tant qu’à faire un menu à 4 écrans pour simplement choisir un véhicule et lancer une partie, autant y inclure des crédits pour meubler…

credits

 

Les Options

Une belle photo de joy-cons vous expliquant les emplacements des différentes commandes.
Sont aussi présents : les réglages de volumes, de sensibilité de caméra, inversions d’axes et à nouveau choix de langues.

options

 

Ah, j’oubliais, un petit air de guitare façon country tourne en boucle en fond de menus… Extra… on s’y croit vraiment ;(

 

On se lance ?

Passons le tutoriel qui ne fait qu’expliquer succinctement tout ce que je vais vous montrer à présent. C’est parti pour les terres gelées de l’Alaska ! Punaise j’ai hâte !

Premier écran après avoir démarré une nouvelle partie. Une belle… euh… carte ?

carte

Le “tracé” de la progression de notre carrière est une simple courbe de bézier, dessinée rapidement sous photoshop ou illustrator. Pas de noms de lieux ni de topologie en fond, juste une ligne blanche évoquant un parcours en zig zag façon “Dessiné par Jérémie, 4 ans”.

Des points y sont disséminés, représentant les 8 niveaux qui nous attendent et qui seront débloqués au fur et à mesure de notre progression.

Bah c’est tout ? On dirait bien que oui ma chère Lucette ! J'ai terminé le jeu espérant débloquer un chapitre supplémentaire... c'est niet !

 

Les premiers tours de roues de la désillusion

A peine atterri dans le premier niveau que déjà les défauts jaillissent comme un geyser du parc national de Yellowstone.

Votre 4x4 est prêt à la conduite et n’attend que vos premiers ordres mais son pare choc arrière a littéralement été absorbé par le morceau de montagne se trouvant derrière lui… Hmmm bon passons sur les problèmes de collisions au spawn initial et démarrons.

collision
A ce stade on se demande déjà si le jeu est en pré-version Alpha ?

 

Allez on met les gaz ! La boîte automatique est à la peine : elle enclenche la première, on avance, puis elle passe la seconde et … "oh ben ça monte !". Le moteur n’est décidément pas très puissant, elle rétrograde en première… Autant vous prévenir tout de suite, si vous espérez des sensations passez votre chemin, passez en mode manuel, enclenchez la première et... restez en première, vous galèrerez moins. Voici le tout premier walking simulator... sur roues.

Quand j’ai vu la jaquette du jeu et la courte intro, je me suis dit “ouah on va faire les oufs dans la forêt, la boue, la neige... et pourquoi pas des jump en 4x4 survitaminés !”

Ta ta ta ! Grave erreur ! Votre 4x4 est lent, très lent… ceci n’est pas un jeu fun comme on pourrait le croire. Il tente d’aller sur les terres du réalisme en n’en gardant que les aspects négatifs. A vous la boite en mode réduction de rapports et l’avance à pas de chameau.

En parlant de chameau, votre toit peut contenir diverses choses :

  • Du carburant sous forme de jerricans ou de fûts
  • Des trousses à outil de réparation
  • Des vivres.

 

cargaison
Je me demandais à quoi pouvaient servir les galeries...

 

Oui car il y a un aspect "simulation" dans ce jeu : la survie !

  • Votre corps a besoin de manger régulièrement, sinon vous allez faire des zig zags d’ivresse…
  • Votre voiture a besoin de boire sinon elle n’avancera plus.
  • Vous pouvez réparer les dégâts.

 

survie
Ahhh rien de tel qu'un bon Hotdog et une Monster (Jam ?) pour se requinquer !

 

Des racines et des ailes

Il n’y a pas que sur votre toit que ça se passe niveau fournitures ! De temps à autres, votre chemin sera parsemé de boîtes à outils, jerrican et... pizzas en lévitation. Oui des pizza qui flottent dans les airs, sans boite, sans rien ;)

En parlant d'objets qui flottent : Les arbres sont tellement bien positionnés (à l’arrache) que ceux-ci lévitent également de manière régulière à quelques centimètres du sol. Certains ont des racines à l’air libre, d’autres n’en ont carrément pas.

arbre
Et quand un arbre est bien planté, c'est en plein milieu de la route... tout le temps !

 

Vous sentez le jeu dont les maps ont été créées avec beaucoup plus de détails et de polygones sur la version PC et qui a été porté rapido sur Switch ?

Mais pu...rée (oui on a faim à cause des pizzas) !!! Qui a level designé Ultra Off-Road ??? Qui a testé le jeu ? Les gars ! Il ne suffit pas de poser 3 brindilles d’herbe et quelques arbres dont l’axe Y est complètement foiré pour que votre niveau soit terminé ! c’est pauvre, vide, moche et bugué !

En parlant de moche… Certaines des captures d’écran que je vous montre sont en mode dock : les plus jol… euh les moins moches. D’autres sont en mode portable. Là où certains jeux arrivent à gommer efficacement les différences entre les 2 modes, ici le mode portable est clairement horrible ! Les détails sont complètement dégradés, les textures floues et pixelisées… argh !

textures
Hmmm ces belles textures HD qui ne se répètent pas du tout...

 

Je (ne) suis (pas) perdu

Parlons maintenant du gameplay. Un des points positifs est que Ultra offroad propose une physique de véhicule relativement réaliste autant visuellement que dans le ressenti (sauf quand on voit la voiture vouloir se repositionner seule suite à une roulade). La partie réglage du véhicule est très complète et aidera très certainement les férus de réglages en tous genres à avaler la pilule amère.

Entrons tout de suite dans un gros point négatif. Les terrains ne sont absolument pas affectés par votre passage. Enfin si, on a de jolies textures de traces de pneus qui se déposent sur les textures du sol, que ce soit terre, rocaille ou neige...

Là où Mudrunner propose des paysages ultra détaillés, qui peuvent être dégradés et altérés par votre venue, ici on est simplement en train de rouler sur du gazon synthétique en plastique imputrescible. Quitte à faire un jeu avec peu de polygones et des terrains qui ont l’aspect du plastoc, faites un jeu de 4x4 en LEGO ou en lowpoly quoi mer*e !

degats
La voiture peut subir des dégâts c'est déjà ça (visuellement très limités)

 

Autre chose, votre environnement est grand et donne l’illusion d’être un openworld, là aussi façon Mudrunner. Mais la comparaison s’arrête définitivement là !

Que vous le vouliez ou non il faudra suivre un sentier marqué au sol (ultra pixelisé en mode portable). Parfois ce sentier se divise en 2 ou 3 bifurcations possibles (vous donnant l’impression de choix) et se rejoignant 10 mètres plus loin.

Vous n’avez littéralement pas d’autre choix que de le suivre ! Premièrement car l’environnement deviendra vite pentu si vous vous en écartez, vous ne pourrez donc pas gravir ni progresser. Deuxièmement car… bah car c’est le seul moyen de ne pas se perdre ! Attention, même en le suivant on se sent parfois perdu tellement il part dans tous les sens votre sentier.

fly
I believe I can fly ! (Elle est passée où mon ombre ?)

 

Vous aimez faire des spirales d’escargots dans des endroits improbables ? des détours qui ne servent à rien ? Monter puis descendre ? tourner en rond encore et encore ? revenir sur vos pas ? vous allez être servi ! Si votre trajet se résume à aller d’un point A à un point B, la ligne droite n’est pas du tout de la partie !

Une fois arrivé à destination, c’est parti pour le niveau suivant. Tantôt terre, tantôt neige, tantôt de jour, tantôt de nuit, souvent dans le brouillard.. tellement la distance d’affichage est ridicule. Autant vous dire, on s’ennuie ferme ! Vraiment !

nuit
Satané brouillard ! (On peut allumer les phares ! youhouuuuu)

 

Comme je suis masochiste j’ai fini le jeu.. enfin les 8 "niveaux". Je me disais que peut-être, pour couronner le tout, il y aurait le déblocage d’un second chapitre de 8 niveaux. Ahahaha… non. Une fois le 8 ème et dernier niveau terminé écran noir… puis… retour à l’écran titre !

Même pas un bravo ou un merci, mais bord** je me suis sacrifié pour finir cette d**** et rien, pas même un mot bateau de la part des développeurs pour remercier leur famille !!!

AARGGHHHHHH

 

Conclusion freestyle

Tout comme ces développeurs ont eu la flemme de finir leur jeu correctement, j’ai la flemme de conclure en bonne et dûe forme. Sérieusement l’avis global du jeu vous l’avez déjà ressenti non ? Ce n’est vraiment pas au niveau des 17,99 € (!!!!) demandés. NON !

Désolé pour le ton exaspéré et parfois peut-être hautain, je vous jure que je me suis pourtant calmé depuis. Bref, bientôt dans les promotions à 0,99 €. A ce prix ça vaudra peut être le coup...

 

Verdict :

Les +

  • Physique de base plutôt réaliste
  • Le système de cargaisons à récupérer
  • Le tutoriel intéressant
  • On peut allumer les phares (ben quoi ? j'essaye de trouver...)

Les -

  • 2 maps vides
  • 8 niveaux seulement sur 2 maps...
  • 5 véhicules seulement
  • La gestion des collisions
  • Pas de camions
  • Pas de boue
  • Pas d'interaction avec le sol
  • Pas de fun
  • Portage très "bâclé"
  • Mode portable indigne

On aurait aimé :

...non rien à ce stade c'est un autre jeu que l'on aurait voulu

Dans le même genre :

Spintires : Mudrunner (rien à voir !), 4x4 Jam sur ... PSP (bien plus fun et moins cher !)

Graphismes :
Bâclés, très peu de détails selon la map utilisée, pixelisé à mort en mode portable
5/10
Musique et sons :
Une musique de menu, des bruitages quelconques et identiques quel que soit le véhicule
4/10
Gameplay :
Les véhicules se conduisent plutôt bien et réagissent correctement aux terrains, tant qu'ils ne sont pas ultra accidentés... attention aux pentes !
6/10
Scénario et histoire :
Aucun scénario ni histoire pour enrober le tout, on ne sait pas pourquoi on est là. ça aurait été bien d'avoir un but pour chaque niveau histoire de relever un défi ou un quelconque challenge
3/10
Durée de vie :
Comptez 3 heures sans forcer pour boucler "l'aventure"
3/10
Rapport qualité / prix :
17,99 € c'est beaucoup trop demandé pour un port de jeu PC fait à l'arrache. Lorgnez plutôt du côté de Mud Runner qui ocille dans les mêmes prix et propose un contenu bien plus complet et qualitatif
2/10
Coup de coeur :
Si le jeu est sympa les premières minutes on se rend vite compte qu'il y a un problème.
3/10
Total : 3.7/10

 

N'hésitez pas à commenter et nous dire ce que vous avez pensé du test et du jeu !

Ce jeu a pu être testé grâce à un concours de NintendoPost24 où nous avons remporté une clé du jeu. Merci à eux !

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

Image de couverture de [Test] Atelier Ryza Ever Darkness & The Secret Hideout sur SwitchSwitch

[Test] Atelier Ryza Ever Darkness & The Secret Hideout sur Switch

On ne présente plus la licence Atelier, qui a fêté cette année ses 20 ans d'existence. Après plus d'une trentaine d'itérations sur presque tous les supports, on se demande si Gust, le studio en charge du développement de la saga, saura trouver de quoi raviver l'amour des fans dans ce nouvel opus baptisé Atelier Ryza : Ever Darkness & the Secret Hideout…
Lire la suite...