Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Critique] La déchéance d'un homme T2, Junji Ito

[Critique] La déchéance d'un homme T2, Junji Ito

Fiche Technique

Titre original :  人間失格
Scénario : Osamu Dazai
Dessin : Junji Ito
Type : Seinen
Thème : Drame, horreur
Date de sortie France : 15 septembre 2021
Nombre de pages : 208
Éditeur France : Delcourt/Tonkam
Prépublication : Big Comic Original
Origine : Japon
Nombre de tomes VO : 3 (série terminée)
Nombre de tomes VF : 2
Prix : 7.99€
Acheter : Amazon

la décheance d'un homme

Synopsis

Ce manga est l'adaptation de l'un des romans les plus connus de la littérature japonaise contemporaine, publié depuis 1962 en France aux Éditions Gallimard.


Yôzô Ôba souffre beaucoup du regard des autres sur lui et n'arrive pas à comprendre le bonheur de son entourage. Pour en guérir, il finit par trouver une solution : devenir le bouffon de service. C'est de cette manière que ses jours passent, à endosser le rôle du clown triste. "Extérieurement le sourire ne me quittait pas, intérieurement en revanche, c'était le désespoir".

 

Des entraves bien lourdes

Voici donc le deuxième tome des (més)aventures de Yôzo Ôba, cet homme vivant dans une société avec laquelle il est en complet décalage. Esprit torturé et sujet à tous les vices, il n'arrive pas à imaginer que des gens puissent être honnêtes et que leur vie puisse être conforme à leur apparence. Il continue à vivre en oisif, aux crochets des femmes qu'il séduit malgré lui, profitant du gîte et du couvert, dépensant leur argent en boissons alcoolisées.

Il finit cependant par rencontrer une jeune femme encore pure, qui tombe follement amoureuse de lui. il l'épouse mais, n'ayant aucune estime pour lui-même, il n'arrive pas à s'autoriser ce bonheur. Il commence par prendre de bonnes résolutions et travaille, il ne sort plus écumer les bars sordides mais rapidement, il reprend ses mauvaises habitudes, persuadé que l'innocence et la pureté n'existent pas, ses vieux démons le reprennent. Ses entraves comme il aime à les appeler, ces boules en lui qui le font souffrir et l'alourdissent, ne veulent pas le quitter. Et revoilà Yôzô qui sombre et cherche à mourir, provoquant la souffrance de ses proches…

la décheance d'un homme

 

Dans ce deuxième tome de La déchéance d'un homme, Junji Ito poursuit la quête auto-destructrice d'Osamu Dazai. Yôzô Ôba devient littéralement une épave, les années passant, ses excès commencent à avoir des répercussions physiques. Le mangaka spécialiste de l'horreur dépeint avec grand talent la descente aux enfers au sens propre comme au sens figuré de cet homme qui n'a jamais su comprendre le monde qui l'entoure, passant son temps à fuir ce qui pourrait le faire souffrir autant que ce qui pourrait le rendre heureux. Le récit est sombre et les planches rendent palpable la souffrance psychologique du narrateur.

A nouveau, l'ouvrage bénéficie d'une confection soignée avec une couverture brillante, à l'exception du personnage principal qui est rugueux. Les pages elles, sont en papier épais, c'est un bel ouvrage que l'on prend plaisir à prendre en main. 

 

Mon avis

Le récit glaçant de la déchéance de Yôzô Ôba se poursuit, jouant autant avec. Os émotions qu'avec nos nerfs. On oscille entre la peine et la colère envers cet homme sentimentalement handicapé, incapable de comprendre les émotions des autres et de résister à ses pulsions négatives, ce qui le fait souffrir et fait souffrir son entourage également. Junji Ito est un des maîtres du manga d'horreur et on ne le présente plus, il nous livre un classique de la littérature qui deviendra certainement aussi un classique du manga. Vivement le troisième et dernier tome de cette expérience qui ne peut clairement pas laisser indifférent.

 

Nous remercions les Editions Delcourt/Tonkam pour l'envoi du livre.

 

Merci pour votre lecture ! Coeur bleu

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Offrez-nous un café !

Partager : Facebook Twitter email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser...