Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Children of Zodiarcs sur Switch : de la stratégie, des cartes et des dés (et pas Dédé)

Image de couverture de [Test] Children of Zodiarcs sur Switch : de la stratégie, des cartes et des dés (et pas Dédé)
Consultez directement le verdict

Children of Zodiarcs est un jeu de stratégie au tour par tour développé par le studio indépendant canadien Cardboard Utopia. Après 3 ans de développement et un financement participatif qui a reçu 5 fois la somme requise sur Kickstarter, le jeu est sorti en mars 2020 sur Switch puis en juillet sur PS4 et Steam. Le projet a également bénéficié du soutien de Square Enix via leur label Square Enix Collective à destination des studios indépendants.

 

Fiche technique :

  • Genre : Rpg Tactique, jeu de cartes
  • Développeur : Cardboard Utopia
  • Editeur : Plug in Digital
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Chinois
  • Plateformes : PC, Playstation 4, Switch, Xbox One
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 17,99 € en digital, 34,99€ en édition physique limitée
  • Version : 1.1.0
  • Taille : 1,77 GB
  • Date de sortie : 27 mars 2020
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

L'houmous

Dans le monde de Lumus, les nobles vivent dans de fastueux palais, avec de nombreux gardes pour les protéger. Et pour cause, le reste de la population vit dans des taudis, se nourrissant des restes que les premiers leur balancent du haut de leurs opulentes demeures. D'autres se sont même regroupés sous terre pour former une secte de fanatiques cannibales. Tout ce beau sous-monde a néanmoins un point commun : ils détestent tout ce qui a un rapport avec la noblesse.

C'est dans ce contexte que Nahmi, surnommée la Flamme d'Ebène par les soldats de la garde a vu son clan littéralement exterminé par les nobles de Torus. Elle fût la seule survivante, épargnée et mise en cage comme un oiseau rare. Dès qu'elle pût s'échapper, elle rejoignit les taudis et dût entrer dans le gang de Zirchhoff pour survivre. Depuis, nuire aux nobles est sa seule raison de vivre.

Nahmi et Brice (pas de Nice)

 

Notre aventure commence alors qu'elle est partie cambrioler le seigneur Zulta pour lui dérober une relique Zodiarc, vestige du temps des Hérauts, en compagnie de Pester, un autre gamin du gang…

 

Un jeu qui se joue avec des dés (Dédé?)

Le gameplay de Children of Zodiarcs est un savant mélange de RPG tactique, de gestion de decks et de lancer de dés. On se déplace donc à travers la zone de combat sur des cases, avant de pouvoir lancer ses actions telles que des attaques physiques ou magiques, des soins, des sorts, etc… Mais tout cela n'est pas comme à notre habitude dans une liste d'actions à choisir, on dispose de cartes sélectionnées au hasard dans notre deck.

Toi, tu vas prendre cher...

 

Une fois notre carte sélectionnée il faudra jeter des dés qui détermineront le nombre de dégâts que l'on fera à l'ennemi, la force de notre protection ainsi que des bonus de santé ou d'actions si l'on obtient un nombre d'étoiles indiqué sur la carte jouée. Il faut savoir que l'on peut toujours sélectionner 2 dés et les relancer pour tenter d'améliorer le résultat. Bien sûr, il est possible de faire moins bien qu'avant, voire de retourner au passage des dés que l'on n'a pas relancés, pour le meilleur ou pour le pire!

421!

 

Pour le reste, on a les ingrédients classiques des jeux de stratégie au tour par tour : on peut attaquer au corps à corps, à distance ou par derrière pour ne pas subir de contre attaque, certaines actions ne concernent qu'une seule case, d'autres plusieurs, etc… Les objectifs de mission sont tout autant classiques : tuer tous les ennemis, tuer un ennemi en particulier ou atteindre une sortie sur la carte.

Si la première moitié du jeu coule, pour ainsi dire, paisiblement, la seconde s'avère un peu plus corsée et nous demandera d'avoir recours au levelling pour pouvoir avancer. Pour cela, on peut retourner sur les scènes précédentes via les escarmouches et ainsi prendre quelques niveaux histoire d'être à la hauteur. Dans la mesure où l'on peut dire qu'il est quasiment obligatoire de passer par là pour avancer, je ressens plus ça comme une manière de prolonger artificiellement la durée de vie du jeu.

 

Des dés et des decks

Attardons nous un peu sur ce système.

Tout d'abord les cartes. Nous avons vu plus haut qu'elles étaient distribuées au hasard lors des phases de combat. Seulement le hasard, on peut aussi le forcer un peu : en effet, notre deck doit contenir au minimum 18 cartes. Sachant que notre jeu va s'étoffer au fur et à mesure que nos personnages montent de niveau avec de nouvelles cartes, on est donc pas obligés d'utiliser toutes celles disponibles, voire même pour certaines on peut ne pas en utiliser du tout. La seule règle c'est d'en avoir un minimum de 18. Il est également possible en pressant la touche Y d'avoir directement un deck recommandé par le jeu.

Plus on monte en niveaux, plus on débloque de cartes

 

Ensuite les dés : il faut savoir qu'ils sont modifiables via un système de craft. Chaque personnage dispose d'un certain nombre de dés, que l'on va pouvoir utiliser pour changer des faces de ceux qu'on utilise. Je peux par exemple remplacer une face défense par une face action supplémentaire ou par une étoile en utilisant les dés que j'ai à disposition. Toutefois, certaines faces ne peuvent être modifiées, on peut alors voir un cadenas dessus.

Une étoile est née

 

Cartes comme dés montent également en niveaux avec nos personnages. Certaines attaques pourront alors devenir plus puissantes, ou couvrir plus de surface par exemple.

J'ai trouvé ce système vraiment intéressant et plutôt hors du commun. J'aime beaucoup le genre tactique, mais je dois dire que ça fait du bien de tomber sur un soft qui ose innover de temps en temps, d'autant que ce mélange des genres fonctionne ici très bien.

 

Droit au but

L'aventure, qui se compose de 20 missions, est plutôt linéaire. On passe de bataille en bataille via la map. On peut en apprendre plus sur les personnages grâce aux cases de dialogues appelées "moment de tranquillité".

En dehors de ça, on pourra effectuer une poignée de missions annexes qui nous permettront de voir l'histoire depuis le camp adverse en incarnant le chef des gardes. On pourra également revivre des batailles passées dans l'arène de Xin en se mesurant aux fantômes d'anciens ennemis.

Argon, chef de la garde et ennemi juré de Nahmi

 

Enfin, comme évoqué plus haut, les escarmouches nous permettent de level up, et on aura aussi aléatoirement des escarmouches d'élite, qui nous opposent à des adversaires plus coriaces.

 

Les Chevaliers du Zodiarcs

Les graphismes sont acceptables, mais on a ici plutôt affaire au type de jeu que l'on va apprécier plus pour son gameplay que pour sa plastique. Les décors sont plutôt répétitifs. Les artworks utilisés pour les phases de dialogues sont par contre vraiment sympas, chaque personnage présentant plusieurs positions et émotions selon ses répliques.

En route pour l'arène de Xin

 

L'intelligence artificielle est parfois mal équilibrée, si l'on reste à distance des ennemis, ils n'attaquent pas du tout. Si par contre on se retrouve au milieu de la scène, c'est une boucherie, on ne fait pas long feu.

L'OST est composée et orchestrée par le groupe Vibe Avenue, dans un style classique qui donne du cachet à l'aventure.

L'intégralité du jeu est traduite en français, et les dialogues sont souvent drôles. On peut compter une vingtaine d'heures pour réaliser la vingtaine de missions principales, auxquelles peuvent s'ajouter 4 missions annexes et 6 combats dans l'arène de Xin.

Zirchhoff, tout en verve et en finesse

 

Children of Conclusion

Children of Zodiarcs est typiquement le genre de jeu qui me fait aimer la scène indé. Quand bien même on n'a pas des graphismes au top de AAA, on a un gameplay qui sort du commun. Cette combinaison de tactical avec jeux de cartes et de dés fonctionne à merveille. Le côté farm obligatoire accentue le sentiment de répétition lié aux décors mais le gameplay original permet de faire passer la pilule. Si vous êtes amateurs du genre, je ne saurais que vous conseiller de vous laisser tenter par le jeu, il vaut le détour.

 

Verdict :

Les +

  • Gameplay original
  • Gestion du deck
  • Craft des dés
  • Artworks superbes

Les -

  • Graphismes un peu fades
  • Décors répétitifs

On aurait aimé :

Un peu plus de personnages jouables, pouvoir composer un groupe

Dans le même genre :

Graphismes :
Graphismes lors des batailles acceptables, artworks superbes
7/10
Musique et sons :
OST très classe
8/10
Gameplay :
Un gameplay original, une belle idée qui fonctionne bien
8/10
Scénario et histoire :
Ambiance lutte des classes bien ressenties, dialogues drôles et en français
7/10
Durée de vie :
Une vingtaine d'heures, c'est pas mal
7/10
Rapport qualité / prix :
Accessible tant en démat qu'en physique, mais préférez quand même le physique!
7/10
Coup de coeur :
C'est un coup de coeur, à recommander aux fans de tacticals!
8/10
Total : 7.4/10

 

Nous remercions Red Art Games qui nous a fourni une copie de review du jeu


children of zodiarcs red art games

Si l'édition physique de Children Of Zodiarcs sur Switch vous intéresse, vous pouvez vous le procurer en cliquant ci-dessus.

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...