Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Random Heroes: Gold Edition - PS Vita - Fini le corps à corps

Image de couverture de [Test] Random Heroes: Gold Edition - PS Vita - Fini le corps à corps
Consultez directement le verdict

Les aliens sont de retour ! Au secours ! Pour faire face à cette menace qui envahit nos rues, toits, égouts… Ratalaika et Woblyware nous proposent d’incarner non pas un seul héros mais une belle brochette de personnages, qui vont devoir venir à bout de hordes de vilains. Pour les aider, une belle panoplie d’armes à disposition et… vous !

 

Fiche technique :

  • Genre : Run and gun, plateforme
  • Développeur : Woblyware / Somepx
  • Editeur : Ratalaika Games
  • En français : oui
  • Plateformes : PS4, PS Vita, Xbox, Switch
  • Testé sur : PS Vita 1000
  • Prix : 4,99 €
  • Version : 1.00
  • Taille : 57 Mo
  • Date de sortie : 5 avril 2020
  • Disponibilité : Dématérialisé (Store PS Vita)

 

 

Rangs d’hommes héros

Random Heroes démarre par une petite intro toute de pixel art vêtue avec une direction artistique qui rappelle quelque chose. Oui ! On reconnaît immédiatement la patte de Woblyware, à l’origine notamment de Devious Dungeon, League Of Evil, Daggerhood ou Omega Strike.

Quelqu’un qui ressemble de loin au général Hammond nous briefe rapidement. Nous allons faire partie de l’opération “Random Heroes” ! Quézako ?
Une histoire simple et classique... Les aliens ont débarqué sur terre, encore. Cette fois-ci, ils ressemblent pas mal à des zombies croisés avec des Terminators, ahah. Pour répondre à cela, ce n’est pas l’armée qui a été appelée à la rescousse mais le peuple !

le peuple

Sous vos applaudissements... à 20h si possible.


Nous serons donc envoyé au front en mission avec tout un tas de héros pour dégommer la menace façon “Pan Pan Boom Boom” en attendant que les scientifiques gouvernementaux arrivent à ouvrir une sorte de porte des étoiles vers leur monde... pour leur envoyer une ogive bien sentie ?

 

Menu fretin

Les menus sont tout à fait classiques, légers et sobres. Ils comportent les entrées habituelles pour démarrer ou continuer une partie et modifier quelques rares options assez basiques comme le choix de langue, l’activation ou non des musiques, sons et tremblements d’écran. Rien de plus à voir, place à l’action !

français

C'est de coutume, le français est de la partie

 

Cette fois ce n’est pas un château

Bon, j’ai oublié de préciser quelque chose en intro. Les héros, euh… pour l’instant il n’y a que vous de dispo. Les autres doivent surement avoir un agenda très tendu et ne sont pas encore dans les parages. Qu’à cela ne tienne ! Comme d’habitude, Ici c’est la one man army et ça commence très léger avec un héros basique et lent, pas énormément de barre de vie et une arme elle aussi très basique de type “piou piou”. Comme d’hab hein !

Même si nous nous retrouvons dans un univers urbain et contemporain, dès les premiers écrans on se rend compte que l’on se trouve dans un Devious Dungeon qui a troqué son mode RPG/Rogue-lite Castle Fantasy avec des armes de corps à corps tranchantes pour un Run and Gun qui veut faire parler la poudre !

boom

Si l'inspiration provenant des autres titres du studio saute aux yeux, ce n’est pas forcément pour nous déplaire. Cela se ressent au niveau des graphismes comme du gameplay !

 

Un tuto vaut mieux que deux flingues tu auras

Les premiers niveaux sont l’occasion de présenter les commandes via des pancartes qui servent de tutoriel interactif. Classique mais tellement pratique.

Les commandes sont diablement simples : droite et gauche pour avancer dans une direction, croix pour sauter et enfin carré ou rond pour tirer. Quoi c’est tout ? bah oui, notre arme est en mode munitions infinies donc il n’y a pas besoin de la recharger, il n'y a pas d'attaque alternative… et euh, quand on tire on ne peut le faire qu’à droite ou à gauche, pas en haut, en bas ou en diagonales. snif… simplicité avant tout dira t’on.

tuto

La combinaison là aussi classique.

 

Le but du jeu est de traverser un niveau en partant de sa porte d’entrée et d’arriver jusqu’à la porte de sortie en un seul morceau. Entre les deux, vous vous doutez qu’il va se passer des choses hein ?

Premièrement il y a pas mal de plateformes, dénivelés (parfois énormes), plateaux mobiles verticaux et horizontaux, mais également quelques pièges structurels comme des goutes à goutes de liquides chimiques, des piques plantées dans le sol, des mines... et j’en passe ! La bonne nouvelle c’est que vous pouvez sauter de n’importe quelle hauteur sans vous blesser !

dénivelés

"Ne fais pas mime d'avoir le vertige..."

 

E.T avec un flingue

Les niveaux sont déjà dangereux de base mais ce n’est pas tout, de nombreux ennemis sont de la partie et ils ne sont pas venus les mains vides, ils canardent ! Les vilains aliens sont assez variés dans leur style mais basiques dans leurs patterns. La plupart d’entre eux feront leur ronde sans se soucier de votre présence. Certains se tourneront systématiquement vers vous grâce à votre charme irrésistible, d’autres non.

ennemis

Doomliens VS Termidator


Une bonne partie d’entre eux se déclencheront à votre approche uniquement quitte à en devenir kamikaze. Enfin il y en aura pour tous les goûts avec des rapidité différentes, des “fonce dans le tas” ou plutôt “statiques”, volants ou non, tir horizontaux, verticaux ou mortier et même certains dont la mort vous laissera une petite surprise explosive...

ennemis

Bon, celui là il vous voit puis arrivé au bord se retourne. Plus qu'à tirer dans le tas...

 

A mesure que l’on découvrira les nouveaux niveaux et chapitres on rencontrera d’autres pièges et ennemis qui, bien entendu, seront de plus en plus denses et difficiles à éviter ou à abattre !

 

Quoi c’est tout ?

Non, bien sûr que non. Chaque niveau doit être fini avec certaines contraintes pour obtenir 3 étoiles :

  • Ne pas être touché.
  • Récolter un certain nombre de pièces.
  • Avoir dégommé tous les ennemis.

Mais il n’y a par contre pas du tout de contrainte de temps contrairement à League of Evil par exemple, et j’adore ça ! Ensuite il faut savoir que les niveaux contiennent des passages secrets afin de rejoindre des zones remplies de pièces d’or et parfois d’autres surprises.

pièces

Des pièces secrètes, remplies de pièces... secrètes. Cela ne vous rappelle rien ?

 

Armes à gogo

Justement en parlant de pièces, plus on en collecte (en trucidant des ennemis et en les récupérant au sol ou en hauteur) plus on peut s’offrir d’armes dans la boutique disponible via le menu pause.

cher

Le dernier joujou est juste trop mignon... et démoniaque. Préparez vos économies, ça va douiller...

 

Chaque arme (il y en a un paquet) dispose de deux jauges : dégâts et vitesse... et bien sûr un prix et un niveau à partir duquel elle est débloquable (inutile de farmer dans les premiers niveaux faciles, cela n’aidera pas vraiment).

Il y a vraiment de tout : flingues, fusils, mitrailleuses, gros calibres... avec du tir plus ou moins rapide, plus ou moins puissant et plus ou moins dispersé, et bien entendu une apparence propre et un sound design également différent.

armes

"J'ai pas l'teeeeeeemps, mon espriiit, c'est l'jokeeeerr"

 

C’est mon héros, ma bataille

Tout à l’heure je vous parlais d’une cohorte de héros et je n’ai pas tellement menti car vous aurez la possibilité d’incarner de nombreuses “personnes”... mais une à la fois ! Eh ouais, fini les team de folie à la Avengers.

Comment faire ? Pour débloquer de nouveaux héros, il faut un max d’étoiles... ce qui sera facilité en obtenant 3 étoiles dans les niveaux. Il va donc falloir s’appliquer à ne pas speedrun, mais les faire de manière propre : ne pas se faire toucher étant le plus compliqué.

Pour récupérer un nouveau héros il faut avoir atteint un certain cumul d’étoiles, chacun son nombre. Pour changer de héros, il suffit de… se rendre dans le menu principal, obligeant à quitter une partie et revenir à l’écran titre en faisant plusieurs retours en arrière, Grrr.

heros

We can be heroes, just for one dayyyyy

 

Chaque héros propose un nombre initial de slots de santé, un indice de dommage et un indice de vitesse. Ces deux derniers pouvant être négatifs. Le héros utilisé sera donc plus ou moins résistant, plus ou moins lent à la détente (réflexes !) et infligera plus ou moins de dégâts (en combinaison avec l’arme choisie).

Enfin si vous n’aimez pas les héros qui n’ont que 2 slots de vie (une touche ou un projectile et c’est une barre en moins… cela peut donc aller vite), il est possible d’ajouter des slots de santé supplémentaires en trouvant des crânes de cristal disséminés dans les chapitres. Ils ne seront d’ailleurs pas très faciles à trouver alors n’hésitez pas à bien fouiller.

action

Et les cranes volants ça ne compte pas...

 

Paysages random ?

Random Heroes est assez copieux avec 9 chapitres, composés chacun de 11 niveaux et un boss. Il est possible à tout instant de retourner dans un niveau via un sélecteur de chapitres et une grille des plus classiques.

chaud

Les 3 étoiles partout, c'est chaud... Bon courage.

 

les chapitres sont variés : centre-ville, égouts, cimetière, citée alien, usine, repaire, complexe, catacombes, sous sols… chacun avec son style propre, mais hélas on sent qu’il y a beaucoup de recyclage avec les mêmes “briques” simples et le même style graphique (qui est plaisant au demeurant). A cela on ajoutera qu’il n’y a absolument aucune transition d’un chapitre à l’autre, pas même quelques images ou dialogues. Pas ouf !

niveaux

Qu'est ce que tu fais avec ce foret Jean-Michel ?

 

Les niveaux sont quelque peu variés par leur structure et relativement courts. Ils font la part belle à la verticalité avec beaucoup d'”escaliers”, plateformes mobiles, gouffres, etc.

vertical

Hey range moi de suite cette scie circulaire frérot

 

Les niveaux se complexifient à mesure que les chapitres avancent mais on n’atteint pas réellement quelque chose d’hyper poussé. On a le sentiment que l’inspiration a été assez limitée au bout d’un moment et que le recyclage de très peu d’éléments montre ses limites, amenant parfois à une sensation de lassitude. C’est généralement à ce moment-là qu’il faut passer à autre chose, ce genre de jeux étant plutôt idéal pour les courtes sessions.

niveaux

Les fonds sont tout de même travaillés... et répétés à l'infini.

 

 

Techniquement dans le rang

Random Heroes est très fluide et ça fait plaisir de voir un jeu PS Vita si à l’aise. On observe de temps à autre quelques rares ralentissements, essentiellement en tout début de niveau (il finit de charger des choses ?) et au moment où un trophée va poper (classique sur Vita).

Graphiquement c’est plutôt mignon et les animations sont de bonne qualité (surtout vu le nombre de persos et d’ennemis différents).

animation

Même avec de nombreux ennemis et projectiles. Pas de lags. (Difficile de prendre un screen en pleine action)

 

Par contre on sent encore une fois que l’on se retrouve vraiment avec un skin différent des autres jeux du studio Woblyware, avec le même moteur sous le capot, le même système de “briques” qui composent les niveaux, les mêmes mouvements de caméras, les mêmes mécaniques de gameplay, IA, scripts et patterns d’ennemis. Un peu dommage de ne pas se distinguer davantage d’un jeu à l’autre.

Enfin les temps de chargements sont immédiats, il n’y a donc rien à redire sur ce point.

 

Crr Crr, Pan Pan, Blip, Pof, Ziouf

La partie sonore de Random Heroes n’est pas mauvaise en soi, elle est juste là encore pas mal recyclée et l’on reconnaît aisément certains sons qui font partie de la “bibliothèque” de Woblyware. Ils sont peu nombreux de manière générale, l’immersion et l’ambiance globale ne sont pas la priorité numéro un dans ce genre de petits jeux arcade.

Les musiques sont quasi inaudibles sur haut parleur ou parfois même absentes… Elles ne sont pas hyper originales ou variées mais correspondent au titre et font le job comme on dit quand c’est ni bon ni mauvais...

 

Difficulté et trophées

Random Heroes est un jeu assez simple à prendre en main et peu difficile, sauf quand on commence à avancer dans les chapitres et que l’on veut récupérer toutes les étoiles de tous les niveaux… Là, le challenge est au rendez-vous, ne serait-ce que par la multiplication des ennemis et la difficulté de ne pas se faire toucher une seule fois.

Il n’y a pas de choix de difficulté, ce sera donc entièrement dépendant du chapitre et de votre implication/dextérité. Malgré tout, arrivé à un certain stade on atteint un plateau de difficulté assez moyen qui ne rendra pas le jeu crispant au point de jeter la console par la fenêtre. Loin de là. Je dirai même qu'il est accessible à tous, petits comme grands.

dextérité

Les tirs de mortiers et grenades sont les plus difficiles à éviter avec leurs trajectoires en ellipse. Heureusement notre héros est réactif.

 

Les boss sont relativement simples à battre avec des patterns là aussi très simples et répétitifs qui seront déjoués en moins de deux par votre logique. Certes, sur la fin il y a un peu plus de difficulté mais cela reste dans le domaine du raisonnable.

boss

 

La durée de vie est plus que correcte avec au minimum 3 à 4 heures de jeu pour arriver au bout (à moins de la jouer speedrun). Mais encore une fois, il faudra segmenter sous peine de se lasser.

De nombreux trophées sont proposés et sont surtout liés au déblocage d’armes, de héros, zigouillages de boss et il faudra entre une et deux heures max pour obtenir le platine... à moins de la moitié du jeu. Classique de la part de Ratalaika et peu gratifiant hélas.

platine

Un platine "donné" de plus

 

Notre avis :

Les +

  • La patte graphique Woblyware
  • Nombreux niveaux
  • Pas mal de héros et armes à débloquer
  • Gameplay facile à prendre en main et accessible
  • Des ennemis et boss relativement variés (en apparence en tout cas !)
  • Easy platine

Les -

  • Dommage qu’il n’y ait pas de capacité spécifique à un héros
  • level design répétitif de chapitre en chapitre
  • ennemis dont les panels de patterns sont peu nombreux
  • pas d’interactions ou d’aspect puzzle : on tire, on avance
  • La partie sonore bof bof
  • Le recyclage à son paroxysme

On aurait aimé :

Du puzzle ?, Des ennemis un peu moins prévisibles, De vrais boss, Un peu plus d’innovation ou de changement dans le gameplay

Dans le même genre :

Devious Dungeon 1 & 2, League of Evil, Beaucoup d’autres jeux Ratalaika, Brotherhood United, L’univers de Steamworld pour certains héros/ennemis et level designs.

Graphismes :
Mignon mais répétitif, malgré 9 environnements "différents".
7/10
Musique et sons :
Passable et basique. Les musiques ne sont pas du tout mises en avant.
5/10
Gameplay :
Un bon gameplay réactif mais trop simpliste. Il a l'avantage d'être accessible.
6/10
Scénario et histoire :
Niveau zéro de l'effort et de l'inventivité. Aucune transition entre chapitres.
4/10
Durée de vie :
Bonne mais attention à ne pas se lasser.
7/10
Rapport qualité / prix :
Pour le prix ça fait le job et plutôt bien !
8/10
Coup de coeur :
J'ai passé un bon moment sur ce spin off "armes à feu" de Devious Dungeon que j'avais beaucoup apprécié en son temps ! On aurait aimé un peu plus de prise de risque et moins de recyclage tout de même... (je l'ai beaucoup dit recyclage non ?)
6/10
Total : 6.1/10

 

Nous remercions Ratalaika Games qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...