Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Detective Driver: Miami files - Switch - Le taxi pas fou

[Test] Detective Driver: Miami files - Switch - Le taxi pas fou
Flèche vers le bas Consultez directement le verdict

BoomBit Games, créateur de jeux mettant en scène des véhicules en tout genre, revient avec une nouvelle déclinaison de sa base technique. Detective Driver: Miami Files est un jeu d'enquête... ou plutôt de pilotage où l'on incarnera un... détective.

 

Fiche technique :

  • Genre : Conduite, simulation
  • Développeur : BoomBit Games
  • Editeur : BoomBit Games
  • Langues : Anglais uniquement
  • Plateformes : Switch
  • Testé sur : Switch Lite
  • Prix : 11,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 1,34 Go
  • Date de sortie : 24 juillet 2020
  • Disponibilité : eShop

 

Dans la peau de John… tout court

Detective Driver: Miami files nous plonge dans un scénario se déroulant sur 10 chapitres avec comme trame principale notre héros John : Vous êtes un détective particulièrement normal, avec femme, enfant, une maison… bref loin du cliché du solitaire crasseux qui n’a personne à perdre et qui s’enfile des vodka gin tonic au ptit dej. John est en quête de travail, et ça tombe bien, on va lui en donner par l’intermédiaire du… “commandant” (et ses sous-fifres).

histoire bd scénarisée

"Je suis le gentil, je mets les méchants en prison, mais pas avant une bonne course poursuite !"

 

Chaque chapitre se compose de 5 missions plus ou moins scénarisées via des planches de BD ou petits cartouches d'introduction que l'on va passer à la manière d'un Power Point… on a presque l’impression de se trouver dans une (mauvaise) copie de l’encore plus mauvais Driver Renegade 3DS. Le scénario est là uniquement pour enrober et justifier les actions que nous devrons faire, qui sont, pour le dire franchement, insipides : missions de filature, patrouilles, effectuer des courses poursuites, regagner un lieu en un temps record, transporter d’autres véhicules, voguer sur les eaux via de nombreux moyens (jetski, bateaux, yoat, vedettes…).

quêtes fedex

"Eh, j'ai vu untel qui avait prévu de faire un truc quelque part ! Va jeter un coup d'oeil par là, ne sait-on jamais !"

 

Pour résumer : on ne va pas arrêter d'effectuer des quêtes FedEx : se rendre d’un point A à un point B, puis de B à A, puis de A à C et ainsi de suite...

Si dans City Driving simulator, du même éditeur, tout s'enchaînait avec une certaine logique et cohérence (basée sur l'apprentissage de chaque véhicule), ici on passe du coq à l’âne, d’un véhicule à l’autre, sur terre, sur mer... et on a l’impression avant tout d’être baladé dans une toute petite ville avec des tracés sinueux qui tournent en rond.

tour spark

Je me retrouve dans une Corvette à balader dans les rues quasi désertes de Vice Island... mais il y a une tour "SPARK" alors tout va bien !

 

Gameplay simple mais pas efficace

Le gameplay est on ne peut plus basique : gâchette droite pour accélérer, gâchette gauche pour freiner, haut pour changer de vue (arrière, éloignée, capot) et… c’est tout. Pas de boîte manuelle ni de frein à main ou autres commandes farfelues, non ! Cette fois-ci il n’y a pas de rétro non plus, contrairement à d'autres productions... nous ne sommes plus dans un "simulateur de conduite".

Cette fois-ci non plus on ne devra pas conduire de poids lourds ou de bus mais on aura tout de même droit à de gros 4x4 et véhicules spécialisés qui tracteront d'énorme remorque (ouf) où seront posés des navires que nous utiliserons pour les opérations en mer : surveillance, assistance, et toujours filatures et courses poursuites.

remorques

Et si on se faisait passer pour des garde-côtes ?

 

Les missions sont (ultra) balisées puisqu’il faudra comme à l’accoutumée des titres de l’éditeur suivre des sortes de portails circulaires sans en oublier un seul. Enfin dans certains cas il faudra se garer ou s’arrêter dans des zones balisées bleues, soit pour faire une pause, soit pour terminer la mission.

Certaines missions sont prétexte à vous faire effectuer des parcours avec manœuvres, marches arrière, évitement d’obstacles et de véhicules (les piétons étant en béton et immobiles on ne risque pas de leur faire mal). C'est plutôt intéressant mais... quel rapport avec le scénario ?

balisé

"Aujourd'hui nous allons effectuer une marche arrière dans la foule d'une Rave Party. David (Guetta) t'assitera dans ta progression."

 

Un peu plus près des étoiles

Chaque mission de Detective Driver va être jugée et vous allez être noté selon un critère essentiellement : le temps que vous avez mis pour la réaliser (parfois une mission se fait en plusieurs étapes, si vous recommencez vous repartez de la première étape). La notation se fait via 3 étoiles : bronze, argent et or. Il n’est pas obligatoire de décrocher l’or pour passer à la suite ni avancer dans les chapitres. Quoi qu’il arrive vous gagnez de l’argent qui vous permettra parfois de sauter au chapitre suivant en l’achetant.

score

Bien joué ! Même en vous ramassant il est probable que vous obteniez l'or du premier coup dans 90% des cas. Parfois ce sera (bien) moins évident... va comprendre Charles.

 

Dans certaines missions, les étoiles seront à collecter directement sur le terrain… par ce que c’est comme ça… pourquoi chercher une raison hein ?!

or

 

Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse

L'interface de jeu est simple et comprend les infos vitales comme votre vitesse, le rapport enclenché, le chrono, le niveau en cours et votre barre de vie (attention aux chocs contre les bosquets de fleurs en béton). A cela s’ajoute une représentation graphique de la direction via des flèches (ou un volant selon le mode choisi) et les pédales d’accélérateur et freins en surimpression. En effet il est possible de commander le jeu via le tactile mais je n'y ai trouvé aucun intérêt particulier. Les réalisations plus récentes de ce studio ont enfin retiré ces énormités.

testarossa

Ces commandes affichées à l'écran, ça gâche un peu le paysage...

 

Les dialogues s'enchaînent avec plusieurs personnages : des gentils qui vous donnent des missions et vous informent sur la localisation des vilains, des gangsters avec qui vous aurez des échanges parfois tendus, ou encore d’autres intervenants, histoire de subir effectuer quelques missions annexes. Bref, les dialogues n’ont aucun intérêt et sentent encore une fois à plein nez le prétexte pour vous balader et se passent heureusement en appuyant sur B tellement c’est toujours la même chose et tellement ça gonfle (ça se sent que je suis gonflé là ?).

interludes

Les illustrations des interludes "story" sont plutôt bien réalisés, à la mode BD / cellshading... mais les véhicules ne correspondent pas à ce qui vient de se dérouler. Sic !

 

Peu d'attrait, peu de temps

Techniquement, Detective Driver: Miami Files est très light côté réalisation, on sent que c'est une adaptation mobile d'un jeu déjà bien daté. C'est certes fluide mais le tout manque de détails et de profondeur. Pire, le clipping est omniprésent. On passera les moments où des bugs de collisions permettront aux ennemis que vous pourchassez de passer au travers des autres véhicules IA et à notre jetski de passer complètement sous la map en se frottant contre un mur… Si vous voulez vous exercer aux activités nautiques, on ne saurait trop vous conseiller de tester Riptide GP qui est tout de même un (sacré) cran au-dessus.

bateau

Même si nous avons de jolis tremplins, c'est loin d'être fun et réaliste...

 

Que dire de plus ? Si ce n’est que côté durée de vie c'est très maigre. Les 50 missions se règlent en 2 à 3 heures maximum... si vous visez l’or. Cela peut également être bien plus court si vous fermez simplement le jeu par lassitude et manque d'intérêt.

manoeuvres

Manoeuvrer de gros gabarits dans des espaces peu larges, voilà qui donne (un peu) de piquant et d'intérêt... mais quel rapport ?

 

Mon avis sur Detective Driver: Miami Files

Un titre dont la recette est éprouvée (et éprouvante), enchaîner des missions qui semblent être de simples trajets d'un chauffeur Uber ou livreur FedEx (on a hâte de découvrir Amazing Livreur Simulator !). Ça manque de cohésion, de cohérence et la mise en scène de tout cela façon BD / roman photo n'arrive pas à cacher le manque de créativité des auteurs de ce titre. Un soft qui pourrait éventuellement plaire à de jeunes enfants qui ne cherchent pas vraiment du scénario de compétition, et encore je ne suis pas sûr que leur niveau d’exigence soit bien plus bas que les nôtres quand on voit certains propositions de très grande qualité à des prix guère plus hauts.

Un petit jeu à faire “pour la science” et pour la physique qui n’est pas siiiii mauvaiseee, le clipping, les assets recyclés des autres jeux de l’éditeur, le flou gaussien exagérément exagéré, les quelques défis intéressants et acrobatiques, les véhicules plutôt pas trop mal modélisés et bien entendu la Testarossa !

Note: Detective Driver: Miami Files est (très) régulièrement en promotion sur l'eShop (souvent moins de 3€). Ne mettez pas plus, sincèrement.

navire

Je vous laisse, j'ai un bateau à réparer...

 

Verdict :

Les +

  • Variété de véhicules
  • (Un peu trop) Facile
  • De jolis dessins
  • Des véhicules relativement bien modélisés
  • Possibilité de prendre la mer

Les -

  • Trop court
  • Répétitif
  • Pas de cohérence
  • Les dialogues inutiles
  • Le scénario dispensable
  • La carte
  • Le manque de détails
  • Clipping
  • Les quêtes insipides

On aurait aimé :

Un peu de sérieux !

Dans le même genre :

Les autres jeux de BoomBit Games

Graphismes :
6/10
Musique et sons :
4/10
Gameplay :
5/10
Scénario et histoire :
4/10
Durée de vie :
3/10
Rapport qualité / prix :
4/10
Coup de coeur :
4/10
Total : 4.3/10

Merci pour votre lecture ! Coeur bleu

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Offrez-nous un café !

Partager : Facebook Twitter email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...

[Test] Loopindex - Switch Switch

[Test] Loopindex - Switch

Proposé par Ratalaika Games et le studio Somepx, Loopindex compte bien mettre au défi vos neurones avec 70 niveaux de puzzles aux mécaniques variées dans un monde pixelisé, à la fois paisible et tellement dangereux...
Lire la suite