Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] WRC 10 - PS5 - La nostalgie s’enlise

[Test] WRC 10 - PS5 - La nostalgie s’enlise
Flèche vers le bas Consultez directement le verdict

Le dernier opus des WRC mise sur les anciennes gloires du rallye pour étoffer son contenu déjà riche avec son nouveau mode anniversaire, qui a pour but de réveiller la nostalgie des fans de la discipline. Après un neuvième opus qui était plutôt convaincant, celui-ci arrivera t’il à vous redonner envie d’enfiler votre combinaison ?

promesse

Une belle promesse.

 

Fiche technique :

  • Genre : Course, Rallye
  • Développeur : Kylotonn
  • Editeur : Nacon
  • Langues :
  • Plateformes : PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series et PC
  • Testé sur : PS5
  • Prix : 59€99 (49€99 en version PS4), 79€99 en édition deluxe qui donne accès à du contenu exclusif mais surtout aux 2 versions : PS4 et PS5
  • Version : 1.001.000
  • Taille : 33.88 Go
  • Date de sortie : 2 septembre 2021
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé (PS4, PS5, Xbox, Steam)

 

palette

La palette de couleur légèrement modifiée se veut plus réaliste, tout comme les effets de lumières bien mieux maitrisés.

 

Kylotonn n’a jamais cessé d’améliorer sa licence phare, sans toutefois égaler Dirt Rally dans le cœur des plus exigeants en matière de simulation. Si WRC 9 a commencé à réellement faire pencher la balance en sa faveur, il reste nécessaire de saluer le travail d’un studio n’ayant jamais eu de moyens comparables à Codemasters. On peut parallèlement se poser la question de l’intérêt que porterait le grand public à un jeu plus pointu.

Il s’agit là de l'avant-dernier WRC développé sous l’égide de ce studio, qui a débuté avec WRC5, avant que la licence ne tombe dans les mains de EA/Codemasters à partir de 2023.

Dans la vie réelle, l'édition 2021 des World Rally Championship étant bouleversée par la crise sanitaire et les multiples remaniements de calendrier, vous ne disposerez pas exactement des mêmes épreuves dans le jeu que lors du championnat officiel : Rallye de Suède annulé et remplacé par la Finlande, le Chili par la Grèce et dernièrement le Japon laisse sa place à l’Italie (Monza)... Si les développeurs ont déjà annoncé 2 mises à jour majeures et gratuites à venir, difficile d’imaginer qu’ils puissent fournir les spéciales annoncées au dernier moment par la FIA. (mais les bonnes surprises ne sont à écarter définitivement).

roadmap wrc 10

Le contenu à venir se détaille dans cette roadmap

 

Votre pilote essayeur habituel, Dimeao, n’étant pas disponible pour faire un tour du monde sur 4 roues (quand elles restent posées au sol...), je m’en vais faire mes plus beaux barrel roll en son honneur!

Loeb

Un mode qui rend hommage aux meilleurs moments du WRC sans Sébastien Loeb ? Impensable bien sûr !

 

La carte des menus s'étoffe

Après un bref test, non obligatoire, qui vous permettra de choisir votre niveau et les aides que vous souhaitez utiliser - pour éviter de finir trop souvent dans le ravin - vous arrivez au menu principal.

menu

Le menu annonce la couleur : le jeu n’est clairement pas avare en contenu !

 

Il est donc composé d’un bandeau vertical sur la gauche qui va vous donner accès au mode WRC, 50ème anniversaire, Drivecard, Showroom et enfin les options.

Le mode WRC

est lui même divisé en 4 sous menus contenant eux mêmes d’autres choix :

  • Life qui propose des événements en ligne journaliers, hebdomadaires et des défis spéciaux. Ce dernier n'est toujours pas accessible au moment où je rédige ce test.
     
  • Solo qui contient les modes carrière, partie rapide (qui ne permet toujours pas de se configurer une rally mais offre simplement la possibilité de faire une spéciale), "Saison" qui est une carrière simplifiée sans aucune notion de gestion et enfinl’éditeur de livrée qui est une des nouveautés que nous détaillerons ensuite.
     
  • Multijoueurs vous donnera accès au club pour créer ou rejoindre un club comme son nom l’indique, afin d’organiser vos propres compétitions. Multijoueur en ligne permet de faire une partie rapide, rejoindre un lobby ou en créer un, et consulter le classement. Le mode "Copilote" apparu lors d’une mise à jour de WRC 9 fait aussi son retour en version améliorée. Enfin, il faut le saluer car c’est encore trop rare, un mode écran partagé est toujours de la partie (depuis WRC 8).
     
  • Perfectionnement vous permettra d’améliorer vos compétences à travers les défis qui mettront vos talents à rude épreuve lors d’exercices assez variés. Test Area permet de tester les voitures dans une zone assez vaste et enfin nous disposons de l'entraînement.
     

Le mode anniversaire

qui est LA grande nouveauté de cet épisode et permet d’apporter un complément de contenu non négligeable. Il vous permettra de revivre des spéciales au volant de voitures mythiques telles les anciennes Renault Alpine A110, 205 T16, Audi Quattro mais aussi des véhicules beaucoup plus récents car l'épreuve la plus contemporaine se déroulera à bord d’une Toyota Yaris en 2019.

Drivecard

vous donnera un résumé complet de tous vos faits à travers le coach qui donne des conseils sur le choix de vos futurs courses et “Ma vie de pilote” qui est un simple résumé ultra détaillé.

Le Showroom

qui vous permettra d’admirer chaque bolide mais aussi les livrées que vous avez créées.

Les options

sont plutôt bien fournies :
Les paramètres du jeu vous permettent de gérer les aides, personnaliser le HUD, le copilote, de choisir entre 3 modes vidéo : équilibré (1440p, 60fps) performance (1080p, 120fps) et qualité (4k 30fps).
Commande pour régler votre contrôleur. Je tiens à signaler qu’il y a de nombreux joueurs qui se plaignent des contrôles au volant, certains ne sont tout simplement pas détectés par le jeu, un patch a été déployé sur PC mais rien pour les versions consoles à ce jour.
Enfin Audio, crédits et données qui sert à réinitialiser votre partie.
 

 

quattro showroom

Le showroom permet de constater que toutes les voitures n’ont pas bénéficié du même soin dans leur modélisation.

 

Une victoire, c’est avant tout une équipe bien gérée!

victoire

Ceux qui connaissent la série ne seront pas dépaysés par les scènes de podium qui cette année semblent avoir été remaniées et sont exemptes de bugs (fini les glissades et personnages qui tremblent).

 

Le cœur du jeu est bien sûr la carrière, dans laquelle il faudra faire vos preuves... et le chemin sera parsemé d’obstacles avant d’accéder à la catégorie reine. Après avoir créé votre avatar, votre copilote et choisi une voix masculine ou féminine ainsi que sa langue (Si vous prenez une voix féminine, ce sera en anglais obligatoirement), vient le choix de la difficulté et des dégâts. N’ayez crainte, il sera possible de réajuster plus tard. Les plus courageux auront le loisir d'opter pour les crash permanents.

La longueur des week-ends de rallyes est personnalisable, ajustable à tout moment, ce qui changera le nombre de spéciales qui les composeront et le nombre de pneus qui vous seront alloués. Attention, les étapes les plus longues ne vous seront jamais proposées si vous sélectionnez “courtes” mais c'est un bon moyen d'accélérer les premières saisons peu intéressantes...

Il faut maintenant choisir une équipe, vous pouvez débuter en WRC Junior avec la Ford Fiesta Rally 4 qui sera la seule voiture proposée ou en WRC3 mais il faudra réussir un test pour débuter dans cette catégorie et vous n’aurez droit qu’à 3 essais. Vous devrez choisir une équipe, impossible de monter une équipe privée pour l'instant, cette option se débloquera ultérieurement, en ayant débloqué toutes les épreuves du mode anniversaire. Un patch à venir va vous en ouvrir l’accès dès que vous serez en catégorie reine.

Le choix de votre bolide en WRC3 va se résumer aux Citroën C3, Ford Fiesta, Skoda Fabia et VW Polo. Une fois votre dévolu jeté sur une équipe, un bref tuto vous explique la partie gestion du jeu. Pas trop envahissante, elle n’accapparera pas votre attention mais restera assez intéressante en donnant l’impression de tenir votre avenir entre les mains. Les voitures du WRC se résument à trois modèles cette année : Ford Fiesta, Hyundai i20 et Toyota Yaris.

crash

Pas de soucis, il suffira d’ajuster les portières avant de repartir!

 

Comme pour les années précédentes, il faudra vous occuper de la R&D qui est divisée en 4 groupes : écurie, performance, équipe et fiabilité. Attention, l’arbre de compétences est remis à zéro à chaque changement de saison ou de team ! L’effet pervers, c’est que si vous ne souhaitez pas évoluer dans l’équipe ou vous êtes, seuls les onglets performance et fiabilité auront votre intérêt, mais mettre des points pour gagner de l'XP plus rapidement est un bon moyen de faire progresser plus vite l'équipe.

Recherche développement

L'aspect R&D n’est pas trop invasif tout en permettant de faire évoluer votre team avec maintenant pas moins de 90 compétences.

 

La gestion du personnel retiendra forcément votre attention, il sera nécessaire de faire attention à la fatigue et au moral de tout le staff, de faire des recrutements pour avoir des gens plus compétents ! Notamment le météorologue, car j’ai eu droit à Robert le spécialiste du dimanche. Je vous assure que me retrouver en pneu sec sur l’asphalte mouillé ne m’a pas fait rire en plus de me faire perdre un rally où la victoire m’était acquise. Une simple anecdote pour vous faire comprendre l’intérêt de porter de l’attention à cet aspect du jeu. Un mécanicien expérimenté fera bien plus de réparations dans le temps imparti, un ingénieur augmentera votre gain d’XP, un kiné réduira la fatigue, etc…

Avant d’aller rouler, il faut vous occuper de votre calendrier. De nombreuses activités pourront être programmées entre deux rallyes : repos, entraînements, conditions extrêmes, des épreuves de maintenances pour améliorer l’état de votre véhicule, des tests constructeurs mais surtout les nouvelles épreuves anniversaires.

extreme limite

Les événements en conditions extrêmes demandent un peu de doigté.

 

En plus de votre objectif de saison, des objectifs à court et moyen terme vous seront attribués régulièrement, attention à les respecter un minimum au risque de froisser votre employeur. Des relations que vous entretiendrez avec les différents constructeurs, dépendent vos futurs contrats. Des tests vous seront régulièrement proposés pour augmenter vos chances de piloter la voiture dont vous rêvez.

tests constructeurs

Chaque événement vous aidera à évoluer, un échec ne plaira pas à votre patron et le moral de l’équipe baissera.

 

Si cette partie gestion vous dérange, le mode saison est fait pour vous. J’avoue que pour ma part c’est la première fois que je me plonge vraiment dedans. Préférant habituellement la partie pilotage, je me suis surpris à trouver ça plutôt intéressant…

garage

Votre garage évoluera pendant votre carrière.

 

Le cul entre deux baquets?

C’est le moment de commencer la saison sur le seul rallye que je n’ai jamais réussi à gagner : le Monte-Carlo.

Côté gameplay, les amateurs de la licence ne seront pas trop perturbés mais on sent que cet opus a pris un tournant un peu plus arcade. Les distances de freinages ont été largement réduites par rapport aux opus précédents. Il en résulte un jeu plus simple à prendre en main pour les plus débutants même si aucun flashback ne viendra les aider et vu l’étroitesse de certains passages, ça ne serait pas un luxe… Autre preuve de la difficulté revue à la baisse, sous la pluie, rouler dans une flaque ne fera que ralentir votre véhicule. Les différences de comportements entre les bolides d’une même catégorie me semblent aussi beaucoup moins marquées qu'auparavant.

etroit

Certains passages sont très étroits!

 

La série avait commencé à faire pencher la balance du côté simulation depuis WRC 8, ce revirement peut donc étonner. Encore une fois les développeurs semblent avoir bien du mal à donner une orientation claire à leur jeu. Cette licence ayant pour but de séduire les fans de la discipline, il faut reconnaître que c’est certainement leur jeu le plus accessible. Si piloter dans ce WRC est plus simple, il reste exigeant et demandera un petit temps d’adaptation.

bucheron

Ma formation ? Pilote, option bûcheron!

 

Sur cette version PS5, les vibrations HD donnent beaucoup d’informations sur le revêtement sur lequel on roule, sur les chocs... rarement je n’ai ressenti autant la piste avec une simple manette en main ! Autre spécificité : les gâchettes de la dualsense. Si pour le freinage, cette fonction apporte un vrai plus grâce à un point dur, je suis beaucoup moins convaincu par l’accélérateur qui se durcit en fonction de l’usure des pneus ou des dégâts, ça m'a gêné plus qu’autre chose.

pare-brise

L'effet des pare-brises fissurés est particulièrement réussi.

 

Commencer la saison par le fameux rallye mêlant asphalte et neige n’est pas chose aisée, les différences d’adhérences sont légions, très piégeuses et les bas côtés toujours aussi dangereux ! Les dégâts sont d’ailleurs bien moins pénalisants, les crevaisons qui ont pû me faire pester se faisant aussi plus rares que dans les éditions précédentes. Vous l’aurez deviné, j’ai fait ce test en dégâts réalistes et je n’ai été contraint à l’abandon qu’une seule fois.

45 minutes, pas une de plus, vous seront allouées entre 2 étapes pour les réparations sous peine de pénalités. Ce sera aussi le moment de changer vos pneus qui seront certainement usés. Leur gestion est primordiale, un mauvais choix transforme vite une spéciale en véritable enfer et c’est la défaite assurée qui vous attend. Au début de chaque nouveau week-end de course, on vous propose un shakedown afin de bénéficier de gommes supplémentaires, je vous encourage à ne pas zapper cette étape, le stock étant désormais limité…

pneus

La gestion du stock de pneus apporte une vraie dimension stratégique en plus !

 

Les victoires vous amèneront à gravir les différents championnats. Le WRC junior montre un gameplay assez mou, le WRC3 est déjà plus intéressant et c’est donc lui qui a eu ma préférence pour débuter. Le WRC2 est la catégorie qui propose le gameplay le plus équilibré, les vitesses atteintes sont assez élevées sans risquer la sortie de route à la moindre erreur. Finalement on arrive au sommet avec des voitures au grip, à la puissance de freinage et l'accélération tellement impressionnante, qu’on n’ose pas et qu’il faut un petit temps pour s’y habituer mais quel plaisir d'enchaîner les épingles et les virages à des vitesses folles une fois le gameplay assimilé !

 

La course au contenu crève avant l’arrivée…

Si une grande partie des rallyes viennent des épisodes précédents, il y a pas mal de nouveautés, même parmi les rallyes déjà présents précédemment. En Finlande, on bénéficie par exemple de toutes nouvelles étapes bien plus intéressantes.

rallyes

Le mode 50ème anniversaire est divisé en plusieurs catégories: Groupe 4, Groupe B, Groupe A et les WRC récentes. Dommage que la physique et la modélisation d’une partie de ces véhicules soient bâclées.

 

L’argument choc pour justifier l’achat de ce nouveau jeu est bien sûr le mode 50éme anniversaire qui a pour but, comme un certain Art of Rally, de vous faire traverser les âges pour revivre les grands moments du championnat depuis sa création. Jouer sur la fibre nostalgique des amateurs, c’est forcément un bel argument marketing, mais gare à la déception ! Comme dit précédemment, ces épreuves se retrouvent aussi pendant la carrière.

Si rouler au Portugal comme à l’époque (sur terre) est très agréable, la déception vient des tacots qui vont servir à les parcourir.

Sans âme, voilà ce qui définit le mieux l’Audi Quattro, la 205T16… Ces voitures, en plus d’avoir des modélisations approximatives, des textures parfois douteuses, ont des physiques assez particulières pour rester poli. Ce qui devait être un atout devient certainement le plus gros défaut du jeu ! Le but est uniquement de battre un temps de référence.

L’autre gros problème de ce mode est la difficulté très mal gérée : réussir le défi au Monte Carlo avec la Quattro va certainement plus vous agacer que vous amuser. C’est d’autant plus étonnant que les défis avec l’Alpine, la Stratos ou la Delta sont des promenades de santé. N'espérez pas non plus régler votre voiture, c'est tout simplement impossible pour ces épreuves !

Suite aux plaintes des joueurs, les développeurs ont assuré qu’ils baisseraient la difficulté s'ils détectent trop d'échecs.

Si vous avez du mal avec ces épreuves, la bonne nouvelle c’est que les voitures et les spéciales de ce mode ne sont pas verrouillées et sont librement accessibles en partie rapide.

vues

Les différentes vues sont toutes jouables et agréables : une vue parechoc, une vue capot, 2 vues intérieures, dont une rapprochée sans visibilité du volant et 2 externes.

 

quattro

Rappelez-vous qu’une manette coûte cher, pas la peine de la casser, même si ce défi est d’une difficulté abyssale.

 

Il faut malheureusement finir le mode 50 ème anniversaire pour débloquer l'écurie privée, un choix vraiment étonnant mais qui semble sur le point d’être résolu dans un patch à venir. D’ailleurs, ces épreuves ne sont pas des plus claires, en effet, le but est de battre un temps qui vous est donné avant de rouler... mais chaque segment s’allume en vert, indépendamment de votre temps. Même chose, en fin de course, vous apparaissez toujours premier, même si vous échouez. Ce sont simplement les classements de l’époque. Votre temps n'apparaît même pas, il faut lire en dessous de ce classement pour savoir si vous avez réussi. On a vu plus clair…

L'autre nouveauté majeure est l'éditeur de livrée... mais impossible de l'exploiter pleinement dès le début, les développeurs ayant choisi de bloquer une bonne partie des éléments : réaliser des objectifs bien précis pour débloquer couleurs et stickers sera nécessaire afin de réaliser la voiture de vos rêves. N'espérez pas non plus d'options de partage, il n'y en a pas. Encore une nouveauté mal exploitée qui finit par frustrer le joueur. Dommage car son utilisation est simple et les meilleurs artistes ont déjà fait des merveilles !

livrée

Quel est l’intérêt de bloquer autant d’éléments dans un éditeur de livrée ?

peinture

Fraîchement peinte, je ne vais pas tarder à aller rajouter un peu de boue pour lui donner un look de baroudeuse !

test area

La Test Area est un terrain de jeu pour... tester les voitures.

 

La carrière se compose des rallyes suivants : Monte-Carlo, Suède, Croatie, Portugal, Italie-Sardaigne, Kenya, Estonie, Chili, Pays de Galles, Finlande, Espagne et Japon. Un mot sur la Finlande dont les spéciales sont presque toutes nouvelles. Faire ce tour de monde sera l’assurance de revêtements bien différents : asphalte, terre, gravier, neige…

Les spéciales les plus longues pouvant atteindre les 20km, quasiment toutes avec des versions inversées, il y a de quoi faire!

Sur les 4 nouveaux rallyes annoncés, une partie n’est que du recyclage, l’Espagne étant déjà présente dans le 8 mais surtout la Belgique, que j’ai cherché, arrivera plus tard sous forme de DLC gratuit, tout comme le rallye de Grèce… Concernant les DLC, même si il n’y a rien d’obligatoire, voir la Subraru Impreza et la Mitsubishi Lancer à 5€ l’unité semble exagéré, surtout lorsqu'il s'agit de modèles aussi emblématiques et en considérant le peu de soin apporté à d'autres voitures, difficile de se motiver à passer à la caisse ! On constate également que des véhicules maintenant "de série" dans WRC 10 sont des véhicules DLC des opus précédents.

duel

Remporter un duel est étonnamment simple !

 

Le mode anniversaire ne propose pas de rallye complet mais simplement des spéciales :
Monte-Carlo (1984 et 1985), Suède (2004 et 2011), Kenya (1993), Grèce (1973, 1983 et 1987), Italie Sanremo (1974, 1981, 1997 et 1998), Nouvelle Zélande (1986, 1992 et 2007), et l’Espagne (2018 et 2019). De quoi allonger le nombre de spéciales de façon plus que conséquente !

sous bois

Passer dans les sous-bois avec les feuilles qui se soulèvent fait son petit effet.

 

Chaque spéciale pourra se dérouler à plusieurs moments de la journée : aube, midi, soirée et nuit. La météo dynamique a une place importante dans WRC 10, elle est présente sur chaque piste et il ne sera pas rare de commencer sous un soleil clément pour finir sur une piste détrempée avec vos pneus secs. Dans ces moments-là, le gameplay change radicalement et le manque de grip se fait vraiment ressentir.

Graphiquement les effets de pluies, de neige sont plutôt réussis, sauf en vue interne où l’on a déjà vu bien mieux ! De nuit, les phares ne sont pas des plus efficaces, la visibilité est vraiment mauvaise, à ce titre, le Kenya qui a des passages très larges et des pistes mal délimitées est un véritable enfer.

nuit

De nuit, la visibilité est restreinte et il faudra absolument être attentif aux notes de votre copilote.

 

 

Le KT Engine donne des signes de faiblesse.

kt engine

La version PS5 souffre régulièrement de tearing.

kt engine

Le KT Engine est capable du meilleur comme du pire, c’est parfois vraiment beau...

 

Sur PS5, si le jeu est parfois très beau, il loupe clairement la marche de la next gen. De nombreux problèmes techniques viennent gâcher vos courses. Je n’ai pas pu tester le 120hz, mais que ce soit en mode équilibré ou qualité, impossible d’avoir un framerate stable, on subit bien trop souvent des ralentissements accompagnés de tearing. Un flou ambiant se fait sentir, surtout lors des replays même en désactivant le flou de mouvement dans les options.

Le KT engine est pourtant capable de très belles choses et le nouveau rallye du Chili n’a pas tardé à devenir un de mes préférés, tout comme la spéciale 2007 de Nouvelle-Zélande, à contrario du Kenya qui accentue tous les défauts du moteur maison : le clipping et la pauvreté de certaines textures.

On se retrouve parfois devant des modèles 3D de pierres très anguleux indignes d’un jeu nouvelle génération mais tout aussi inacceptables pour les vénérables PS4 et Xbox One. La végétation bouge au gré du vent, c'est du détail mais ça fait son effet. On oscille constamment entre le bon et le moins bon.

Les chargements ne sont pas très long mais je doute qu’ils profitent pleinement du SSD de la console.

kt engine pierres

Difficile d’imaginer qu’on est sur PS5...

soleil

En vue interne, le soleil qui transperce les arbres rend vraiment bien.

 

Quelques patchs viendront certainement améliorer des choses mais certains soucis datent des opus précédents, donc peu de chance de voir le clipping disparaître par exemple. Ce dernier se fait d’autant plus remarquer que dans l’ensemble le jeu est propre et parvient même à nous impressionner à certains moments.

Côté bugs graphiques, on note régulièrement des phares qui ne sont pas allumés alors que leur faisceau lumineux éclaire bien la route. Les flammes des pots d’échappement sont parfois à plusieurs centimètres derrière la voiture, je suis rapide mais quand même!

Le mode photo quant à lui est plutôt agréable à utiliser et ne souffre d’aucun problème majeur si ce n'est mettre en lumière la pauvreté graphique de certains décors.

J’ai également eu droit à quelques plantages du jeu, souvent au chargement du nouveau rallye du Chili.

kenya

Vide, techniquement dépassé, le Kenya offre parfois de vastes étendues qui ne rendent vraiment pas hommage au moteur graphique de WRC 10.

phares

Les phares sont aux abonnés absents.

bugs

Voilà le genre de bugs qui vient perturber les rediffusions.

 

Rendez-moi mon turbo!!!

Côté son, difficile de trouver du positif, ils sont largement moins bons qu’avant. Impossible de reconnaître une voiture de rallye. Le turbo se fait trop discret. L’anti-lag, qui provoque les pétarades au rétrogradage, est quasiment absent, presque étouffé. Il ne faudra pas compter sur la partie sonore pour l’immersion! C’est encore pire lors des replays.

Seul bon point, les bruits de cailloux qui tapent sur le fond plat de votre caisse, le son vient de la manette (sur PS5) et c’est plutôt bien rendu.

La voix du copilote, il est vrai sans grande fougue, est parfaitement audible sans devoir jongler dans les réglages du jeu. Dommage qu' il y ait quelques erreurs de notes comme au Chili par exemple. Dans les options, il y a "voix immersive", activée par défaut, votre comparse fera des commentaires entre les notes, c'est finalement assez pénible à la longue même si ça rompt un peu la monotonie.

La bande son se fait rapidement oublier, parfait quand on passe du temps dans les menus.

sortie

Un peu comme moi, le jeu frôle la sortie de route!

fumée

Les effets de fumée sont particulièrement réussis !

 

Conclusion

J’aime beaucoup rouler dans WRC 10 mais la promesse de nous faire revivre les meilleurs moment du WRC est gâchée par les modélisations et les physiques inégales des voitures. Les fans de simulation peuvent cette fois ci passer leur chemin.

Fans de la licence, le contenu en plus devrait vous convaincre, contrairement aux problèmes techniques qui pourront rebuter les moins motivés !

Les nouveaux venus trouveront un jeu parfait pour débuter, demandant un peu d'investissement, il représente parfaitement la discipline malgré des défauts évidents.

Il y a 47 trophées à débloquer, dont 2 dédiés au mode copilote et pour l’instant, moins de 3% des joueurs ont réussi celui qui consiste à terminer toutes les épreuves anniversaires...

Karsher

Il va falloir passer un coup de Karsher à l’arrivée!

flaque

Les flaques d’eau sont moins dangereuses dans cet épisode. Fini les embardées incontrôlées.

public

Le public reste stoïque malgré mon passage pas vraiment contrôlé!

public

Rejouer avec les WRC des éditions précédentes nous fait ressentir l’évolution du dernier règlement.

 

Verdict :

Les +

  • Le WRC parfait pour débuter.
  • Une palette de couleur et une gestion des éclairages qui rends l’ensemble plus réaliste visuellement, parfois au détriment de la lisibilité.
  • Un contenu énorme.
  • La carrière qui est vraiment le gros point fort du jeu.
  • La gestion du stock de pneus qui peut vraiment changer l'issue d’un rallye!

Les -

  • Les sons des moteurs et l’ambiance générale sont en régression par rapport aux anciens opus.
  • Trop de problèmes techniques (tearing, ralentissement, bugs graphiques, modélisations inégales).
  • Le mode anniversaire a une difficulté mal équilibrée.
  • La physique inégale des voitures.

On aurait aimé :

Le jeu manque de finitions. Le contenu est là et ce WRC avait tout pour être LE WRC mais la technique ne suit pas toujours. L’immersion est également moins bonne à cause d’une partie sonore vraiment loupée.

Dans le même genre :

Les jeux WRC, Dirt Rally 1 et 2.

Graphismes :
Occasionnellement le jeu peut être beau mais le tearing, le clipping et les ralentissements sont bien trop présents. Difficile à accepter sur une PS5! La version Series X semble épargnée par ces problèmes. Une déception car les effets de lumières ont largement été améliorés et les couleurs plus réalistes apportent une touche plus naturelle à l’ensemble. Certains éléments restent grossiers, difficile à accepter en 2021
6/10
Musique et sons :
C’est une régression assez incompréhensible sur ce point alors que Kylotonn avait beaucoup communiqué sur les améliorations concernant les sons. Certains moteurs sont quand même un peu plus réussis que d’autres.
6/10
Gameplay :
Un jeu plus accessible que les précédents, les freinages sont ultra puissants, le grip sur asphalte largement exagéré, les flaques d’eau ne sont plus aussi piégeuses... mais les voitures glissent toujours autant sur sol humide. Les différences de revêtements restent très largement perceptibles et plutôt bien gérées. C’est convaincant. Il faut simplement prendre en compte que WRC est une licence qui ne s’adresse pas aux simracers mais au grand public.

Le gros bémol vient du mode anniversaire dont certaines voitures ont des comportements décevants, les groupes B sont complètement loupés!
7/10
Scénario et histoire :
-/10
Durée de vie :
Difficile de trouver plus complet! Le contenu est juste gargantuesque, peu de joueurs en feront le tour, le mode carrière vous occupera de longues heures, ajoutons à ça les nouveaux défis, à la difficulté mal dosée pour le moment, vous n’êtes pas prêt de lâcher la manette.
9/10
Rapport qualité / prix :
Les amateurs de la série y trouveront certainement leur compte tandis que les nouveaux venus trouveront un jeu vraiment complet. Les possesseurs de WRC 9 seront fatalement déçus par les sons et peut-être par le comportement plus arcade. Les nouveautés peuvent justifier l’achat en ayant conscience de toutes les tares qu’elles amènent avec elles.
7/10
Coup de coeur :
Un passage à la next gen loupée, mais n’étant pas un joueur qui recherche les graphismes avant tout, je passe de virage en virage avec grand plaisir. Un bon jeu qui méritera une meilleure note lorsque les développeurs auront patché certains problèmes. Le bon point c’est qu’ils semblent à l’écoute des retours des joueurs, le mauvais c’est que si les joueurs PC ont déjà profité de plusieurs patchs, aucun n’est encore sorti sur PS5.

Kylotonn a encore une dernière chance de nous séduire totalement l'année prochaine, avec l'arrivée de l'ère Hybride, la gestion de l'énergie va faire son apparition, j'ai hâte de voir comment ils vont réussir à intégrer ça. Les voitures passeront à 514ch ce qui représentera un sacré challenge !
7/10
Total : 7/10

 

Nous remercions Nacon qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture ! Coeur bleu

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Offrez-nous un café !

Partager : Facebook Twitter email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

Ces articles pourraient vous intéresser...