Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Test] Persona 5 Strikers sur Switch, Very Road Trip

Image de couverture de [Test] Persona 5 Strikers sur Switch, Very Road Trip
Consultez directement le verdict

Sorti il y a un an au pays du Soleil Levant sous le titre Persona 5 Scramble : The Phantom Strikers, le dernier spin off de la saga Persona débarque enfin chez nous, rebaptisé Persona 5 Strikers. Cette fois-ci, Atlus, et plus particulièrement P-Studio, a fait équipe avec Omega Force, connu notamment pour ses fameux musou Warriors.

 

Fiche technique :

  • Genre : JRPG, action
  • Développeur : P-studio, Omega Force
  • Editeur : Atlus
  • Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Italien
  • Plateformes : Switch, Playstation 4
  • Testé sur : Switch
  • Prix : 59,99 €
  • Version : 1.0.0
  • Taille : 12,25 GB
  • Date de sortie : 23 février 2021
  • Disponibilité : Physique et Dématérialisé

 

Oh sh*t, here we go again!

6 mois après les évènements de Persona 5, Ren est de retour à Tokyo pour les vacances d'été. Naturellement tous ses amis Voleurs Fantômes sont là pour l'accueillir. Chacun a ses occupations, mais aucun n'aurait manqué le retour de leur chef, qui a tant pris sur son dos pour tout le monde. Rapidement, nos amis décident de passer les vacances ensemble, encore faut-il s'accorder sur la destination!

Selon Lavenza, ces vacances ne seront pas de tout repos...

 

En pleine séance de shopping pour acheter le nécessaire pour le voyage, ils tombent sur l'inauguration d'une boutique par l'idol à la mode en ce moment. Cette dernière invite des gens du public, dont Ren, à devenir amis avec elle sur Emma, la nouvelle application d'assistant personnel qui cartonne au Japon. Lorsque Ren entre le mot de passe dans l'application, voilà qu'il est transporté avec les Voleurs Fantômes dans le metavers ! Que se passe-t-il ? Pour le découvrir, nos amis vont devoir s'embarquer dans un road trip à travers le Japon qui sera loin d'être de tout repos. A nouveau, le sort de l'humanité sera entre les mains de Ren et ses amis. Une chose est sûre, après cette aventure, vous ne regarderez plus Ciri ou Alexa de la même façon…

 

Musou ou pas Musou?

J'avoue que suite à l'annonce de Persona 5 Scramble, je m'attendais de la part d'Omega Force à un "Persona 5 Warriors", du genre de ce que l'on avait déjà pu voir avec Hyrule Warriors, Fire Emblem Warriors, etc… Et ça me convenait très bien. D'ailleurs de nombreux sites annonçaient un musou. Voulant me préserver des spoils, je n'ai jamais voulu regarder de vidéo de gameplay. J'ai donc attendu bien sagement d'avoir le jeu entre les mains pour le découvrir.

Joker, toujours aussi efficace!

 

Et là j'avoue avoir été assez surpris car il n'en est vraiment rien. Persona 5 Strikers est tout simplement... un Persona! Alors je pourrais dire un Persona 5 "lite" car il reprend en bonne partie les éléments de gameplay de Persona 5, de manière un peu simplifiée, moins poussée dirons nous. La principale différence, et c'est là qu’Omega Force intervient, c'est que les combats ne se déroulent plus au tour par tour mais sous forme de beat'em all. Donc même si j'ai été surpris, j'ai été en même temps très content du résultat.

 

Personalement ça me botte

Ainsi on retrouve donc l'exploration des donjons qui ne sont plus des palais mais des prisons, avec toujours des phases d'infiltration, la possibilité de tendre des embuscades aux ombres qui patrouillent mais aussi le système de niveau d'alerte qui, s’il est élevé, augmentera le nombre de ces patrouilles. Le niveau augmente lorsque l'on se fait surprendre par des ombres ou par des projecteurs. Un niveau élevé peut aussi avoir pour effet d'empêcher l'accès à certains coffres. En sachant en plus que si on se fait surprendre par une ombre, on commence le combat assommé alors que si on tend une embuscade, c'est le contraire. On a donc tout intérêt à être le plus discret possible.

La voie est libre? Go!

 

Une partie de l'aventure se déroule aussi dans le monde réel. Le road trip de nos amis nous permettra d'arpenter les rues de Tokyo, Kyoto, Okinawa, Osaka… On pourra y acheter différents items et aussi des recettes de cuisine. Une fois consommés, ces items et recettes apportent des bonus aux combattants. Mais bien sûr, pour progresser dans le metavers, il faudra enquêter dans le monde réel. Pour cela, on devra écouter des conversations, poser des questions aux passants et aux commerçants… avant d'aller faire le point avec l'équipe à la planque.

Enfin on aura des requêtes, les quêtes annexes du jeu, à remplir dans les 2 mondes. Elles nous sont confiées par des anonymes mais aussi par nos camarades Voleurs Fantômes.

Ayant fait Persona 5 Royal l'an dernier, j'ai tout de suite retrouvé mes marques.

 

Last surprise

Venons-en donc aux combats. Comme évoqué plus haut, exit le tour par tour, on passe au beat’em all. On dirige un personnage à la fois sur les 4 qui composent le groupe, que l’on peut changer à souhait aux checkpoints. On peut en sélectionner un autre à tout moment via les touches haut, gauche et droite du d-pad. Les enchaînements s’effectuent via les boutons Y et X, la touche A sert à lancer le fameux “Assaut général” quand on a atteint le point de rupture de la défense de l’ennemi. A + X sert à lancer l’attaque spéciale de la persona quand la jauge est chargée. Les esquives, qui sont pour ainsi dire vitales dans le jeu, s’effectuent en pressant ZR. Enfin, en maintenant R, on sélectionne l’action à effectuer par les personaes. On peut également changer de persona avec Joker, seul personnage pouvant en équiper plusieurs. Les compétences des personaes coûtent des PC à l’utilisation, voire des PV pour certaines.

Panther en pleine action!

 

Les combats sont très dynamiques, on peut verrouiller les adversaires, ce qui est fort utile puisque parfois, l’action manque un peu de lisibilité, notamment quand il y a beaucoup d’ennemis à l’écran. Dans le doute, mieux vaut cogner dans le tas! Enfin en vrai, non. C’est quand même plus technique que ça en a l’air. Si on n’esquive pas et que l’on attaque pas sur les faiblesses élémentaires des ennemis, certains boss ne feront qu’une bouchée de nos Voleurs Fantômes…

Des attaques spéciales dévastatrices!

 

Fuuuuuuusion!

On retrouve également le système de sacrifice des personaes de l’épisode précédent, à la différence qu’elles ne passent plus par la guillotine mais dans une vierge de fer. En avançant dans l’histoire, on pourra sacrifier jusque 5 personaes pour en obtenir une plus puissante. Pour les obtenir, il faut récupérer le masques qu’elles laissent parfois tomber après un combat. Une compétence de lien permet d’augmenter le taux de drop de masques.

Et un de plus!

 

En se battant ou en passant du temps avec nos amis, les liens augmentent et on obtient à chaque niveau des points de lien qui permettent de débloquer des compétences. Chaque compétence peut être augmentée plusieurs fois en dépensant des points de lien, mais parfois d’autres conditions seront requises comme réaliser des quêtes annexes désignées.

Renforcer ses liens, c'est devenir plus fort!

 

Une réalisation “Royal”

Une fois de plus, ce Persona jouit d’une réalisation exemplaire. Que ce soit au niveau graphismes, gameplay, ost, doublage… Rien n’a été laissé au hasard.

Niveau graphismes, si la version Switch sera forcément en dessous de la version PS4, elle n’a toutefois pas à rougir du résultat! La direction artistique du titre est la même que celle de Persona 5, avec des décors lumineux pour le monde réel et sombres pour le métavers, mais dans les 2 cas toujours très colorés. Le charadesign est sublime tant pour nos Voleurs Fantômes que pour les ennemis. Les cinématiques animées sont particulièrement belles.

Une magnifique pluie de Désirs!

 

La bande son composée par Shoji Meguro et interprétée par Lyn Inaizumi est toujours aussi entraînante, jonglant entre les accords rock, ‎electro‎, ‎jazz‎, ‎J-pop… C’est très différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre dans les RPG et ça fait entièrement partie des raisons pour lesquelles les Persona sont si uniques.

On peut choisir entre les doublages japonais ou anglais (je vous laisse deviner lesquels j’ai choisi) mais le jeu est intégralement sous-titré en français, pour notre plus grand plaisir. Les jeux Sega bénéficient de plus en plus de localisations en français, c’est vraiment une grande avancée, notamment pour les RPG qui sont ainsi bien plus accessibles.

Ah oui, ça a l'air pas mal ça...

 

Persona 5 Strikers offre une durée de vie d’environ 30-35 heures. C’est certes moins que Persona 5 Royal mais en même temps il n’est pas évident pour tout le monde de finir un jeu qui dépasse la centaine d’heures. On a donc ici une histoire bien construite, un voyage à travers le Japon dont on reconnaîtra facilement les lieux caractéristiques. Durant toute ma partie, je n’ai pas rencontré de bugs particuliers, le jeu a toujours été fluide, même dans les combats impliquant énormément d’enemis.

 

Conclusion Strikers

Quel immense plaisir de retrouver Joker et ses amis, les Voleurs Fantômes! Persona 5 Strikers offre donc une belle suite à Persona 5, ceux qui y ont joués ne pourront qu’apprécier cette nouvelle aventure et se sentir tout de suite à leur aise! Quant aux autres, je ne pourrais que leur recommander de commencer par le commencement, quand bien même ce n’est pas impératif puisque c’est une toute nouvelle aventure et que les tutos ne manquent pas pour expliquer le gameplay. Cependant, non seulement la première aventure mérite d’être faite, mais les personnages font également de nombreuses allusions à ce qui s’y est passé.

Le passage des combats en beat’em all apporte de la fraîcheur au gameplay et fait que Strikers n’est pas un simple DLC de Persona 5, mais bien un nouveau jeu et une suite à part entière. Atlus a eu la bonne idée de confier cette partie à Omega Force, spécialiste en la matière. C’est donc un jeu que j’ai pris énormément de plaisir à tester et que je ne peux que recommander vivement!

 

 

Verdict :

Les +

  • Suite directe de Persona 5
  • Système de combat original
  • OST excellente
  • 2 nouveaux personnages dans l'équipe
  • Localisé en français

Les -

  • Certains combats manquent de lisibilité

On aurait aimé :

Je serais tenté de dire rien de plus.

Dans le même genre :

Persona, Caligula Effect...

Graphismes :
Très beaux et DA excellente
8/10
Musique et sons :
Toujours une des meilleures OST de jeu vidéo
10/10
Gameplay :
Plateforme, infiltration, beat'em all... Ca varie et c'est toujours du bon!
9/10
Scénario et histoire :
Une histoire captivante dans la lignée de l'opus précédent
9/10
Durée de vie :
35 heures environ, tout à fait appréciable
8/10
Rapport qualité / prix :
Proposé à 59,99€ sur le eshop, je ne peux que vous conseiller la version physique trouvable moins cher à peu près partout
8/10
Coup de coeur :
Un tout petit peu...
10/10
Total : 8.9/10

 

Nous remercions Koch Media qui nous a fourni une copie de review du jeu

 

Merci pour votre lecture !

Vous appréciez notre travail et désirez nous soutenir ?

Facebook Twitter Google Plus email

0 Commentaires

Il n'y a pas de commentaires pour l'instant

Ajouter un commentaire

 

Ces articles pourraient vous intéresser...